background preloader

Actualité des Régions

Facebook Twitter

À qui profite la suppression de la pub à Grenoble ? FOCUS - En devenant la première ville européenne à supprimer l'affichage publicitaire, la capitale des Alpes a frappé un grand coup. Si certains s'en réjouissent, d'autres ont beaucoup à y perdre. La pub n'a plus droit de cité à Grenoble. La municipalité écologiste a annoncé en fin de semaine que, comme elle s'y était engagée lors de la campagne électorale, elle ne renouvellerait pas le contrat de la ville avec JC Decaux. Dès janvier, les panneaux publicitaires seront démontés et ponctuellement et progressivement remplacés par des arbres. La mesure a fait grand bruit, suscitant hourras d'un côté et huées de l'autre. Les gagnants Les associations anti-pub. Les Grenoblois. Un avis que ne partage cependant pas Jacques Séguéla, qui estime, dans une interview accordée au site d'information local Place Gre'net, que la mesure de la municipalité prive les Grenoblois d'une «qualité de vie supplémentaire».

L'équipe municipale. Les petits commerces. Les services publics et les associations. Twitter Search, Monitoring, & Analytics. Fini la pub à Grenoble ! Une bonne nouvelle pour nos yeux, nos oreilles... et les oiseaux. Éric Piolle, le maire de Grenoble, a décidé de démonter les panneaux publicitaires. (X. VILA/SIPA) Je connais le nouveau maire de Grenoble, Éric Piolle. Nous nous sommes côtoyés pendant plusieurs années à l’Assemblée régionale de Rhône-Alpes, sur les bancs du groupe Europe-Écologie les-Verts. Il en a démissionné pour honorer son mandat municipal. J’ai quitté le groupe pour des raisons que j’ai expliquées ici-même. Nous n’incarnons ni l’un, ni l’autre, de dangereux utopistes anticapitalistes, anti-progrès, antitout. Nous sommes restés d’accord sur nombre de sujets, y compris celui-ci : la publicité, ça commence à bien faire ! Bonne nouvelle pour les oiseaux Éric Piolle l’avait promis dans sa campagne électorale : il tient parole.

À la place, le maire de Grenoble veut planter des arbres (une cinquantaine ; bonne nouvelle pour les oiseaux et les insectes) et projette d’aménager des "espaces d’expression publique" en concertation avec le milieu associatif. Un attentat à la créativité ? Plus de publicité à grenoble. Les Brésiliens aiment leur ville sans pub. Twitter Search, Monitoring, & Analytics. Grenoble, ville sans pub: "une exception mondiale" qui fait du bruit. Hors de ma vue! Grenoble a choisi de se débarrasser de 326 panneaux publicitaires en ne renouvelant pas son contrat avec JC Decaux en 2015. Une promesse de campagne du maire écolo, Eric Piolle, qui ne privera la ville que de 150 000 euros, selon son adjointe interviewée par Libération.

L'argent n'est pas tout, c'est une question de modèle de société. "Ces panneaux correspondent à un modèle dépassé : celui des années 1960, des grandes surfaces, des grands projets inutiles, du tout-voiture", affirme ainsi Lucille Lheureux, qui rappelle que l'espace public libéré sera rendu à des informations plus utiles à la vie citoyenne. "La pub fait vivre beaucoup de gens" "Beaucoup de gens qui aimaient la pub commencent à la détester", reconnaît pour L'Expansion la publicitaire Babette Auvray-Pagnozzi, auteure de Langue de pub (Eyrolles).

"Les coûts cachés de la publicité" Le ton est bien plus radical à l'association écologiste Les Amis de la Terre. "Un concept qui a fait le tour du monde" Grenoble dit non à l'affichage publicitaire. La communication extérieure - nouveau nom plus consensuel donné à l'affichage - est mal jugée par les Français... En effet, 73% la jugent envahissante et 85% intrusive (baromètre de la publicité TNS Sofres/Australie - voir plus loin notre article). Une "pollution visuelle " donc pour l'écrasante majorité des français.

Le nouveau maire de Grenoble, Eric Piolle, a donc décidé de ne pas renouveler son contrat avec JC Decaux pour sa ville. L'élu EELV, qui avait fait de cette mesure radicale une promesse de campagne (engagement n°15), a déclaré, dans un communiqué du dimanche 23 novembre dernier : Eric Piolle, maire de Grenoble " les responsables publics traditionnels ont pris du retard sur les nouvelles aspirations des habitants, sur les nouvelles façons de vivre et d'échanger.

Sao Paulo - la cidade limpa ou " la ville propre"- est pour l'heure la seule grande ville à avoir adopté une telle démarche (lire l'article du Monde Style) en 2007. Grenoble dit non la publicité. A paraitre dans leJDD Le maire de Grenoble, Eric Piolle. (Sipa) C’est une première en France. La municipalité grenobloise n’a pas renouvelé le contrat avec le groupe JCDecaux. L’afficheur perd 2.000 m2 d’installation, mais conserve 1.000 Abribus jusqu’en 2019. Ce dernier contrat pourrait à son tour ne pas être renouvelé. Le maire EELV Eric Piolle souhaite que les messages sur les panneaux soient désormais "libres, culturels et citoyens". Pour lire cet article en intégralité, cliquez ici. Vous pouvez aussi acheter le JDD sur iPad ou sur Internet. Www.ledauphine.com/search?page=1. Isère-Sud | Grenoble, première grande ville européenne à bannir la publicité de ses rues. Centrafrique-Cameroun | Cameroun : la présidence confirme la libération du prêtre polonais et de 15 autres otages.

Paul Biya, le président camerounais.© AFP Dans un communiqué publié mercredi, la présidence camerounaise a confirmé la libération d'au moins 16 otages dont un missionnaire polonais, enlevés ces deux derniers mois par des rebelles centrafricains dans la zone frontalière entre le Cameroun et la Centrafrique. Quelques heures après la libération du prêtre polonais Mateusz Dziedzic, enlevé le 12 octobre par un groupe armé à Baboua dans l'ouest de la Centrafrique, annoncée en exclusivité mercredi sur Jeune Afrique, la présidence camerounaise a confirmé la nouvelle.

À l'en croire, au moins 16 otages, dont le prêtre polonais et 15 autres Camerounais, ont été libérés dans la nuit de mardi à mercredi lors d'une intervention de l'armée. Le chef de l'État camerounais, Paul Biya, a tenu à saluer "tout particulièrement à cet égard la contribution" de son homologue congolais, Denis Sassou Nguesso, médiateur dans la crise centrafricaine. "Rôle de la France" (Avec AFP) Newsmap. Grenoble : le maire écologiste veut en finir avec la publicité dans les rues. A Roybon, en Isère, le massacre de la forêt a commencé. POUR PREPARER LA RENCONTRE DE REPORTERRE LUNDI 1 DECEMBRE : Projets inutiles : la victoire est possible ! Grenoble, correspondance À Roybon, au cœur des Chambarans, l’une des plus grandes et des plus typiques forêts d’Isère, la société Pierre et Vacances a reçu en octobre le feu vert du préfet pour l’implantation d’un immense Center Parcs. Quelques jours plus tard, le maire de Roybon, Serge Perraud, a signé le contrat qui établit la vente du terrain où devra être édifié le village-vacances : « C’est une formidable opportunité pour les chefs d’entreprises, je suis surtout content pour eux », avait-il déclaré.

Après la délibération du préfet de l’Isère, Pierre et Vacances a immédiatement commencé les travaux : dès le 20 octobre, une petite équipe d’ouvriers, munie d’un tracteur et de deux fourgons, arrachait la végétation au bord de la route qui mène aux bois. - "Accès interdit au public" - Accès au chantier interdit - Zone Nord-Ouest. . - Les engins de chantier à l’oeuvre sur le terrain.