background preloader

Consommation collaborative

Facebook Twitter

Consommation collaborative

Le tourisme collaboratif a la cote. Panorama des nouvelles tendances du voyage collaboratif : entre précurseurs et pervertis. [EDIT] Cet article a bénéficié d’une mise à jour en décembre 2014. La plupart des études récentes en matière de tourisme convergent vers les mêmes conclusions : raccourcissement des périodes de vacances, développement du tourisme local au détriment des destinations lointaines, succès des comparateurs de prix, entres autres. Une évolution des comportements touristiques en réponse à la conjoncture économique.

La crise n’est plus un mot qui fait peur tant elle est devenue une réalité. Les gouvernements se succèdent et sans faire de distinctions de bords, les solutions concrètes et tangibles tardent à venir. “La consommation collaborative désigne un modèle économique où l’usage prédomine sur la propriété que ce soit par le partage, l’échange, le troc, la vente ou la location d’un bien” (Source Wikipédia). Tous partagent encore la même recette du succès : simplicité, proximité, convivialité, prix réduit et confiance ! Site(s) de couchsurfing : couchsurfing.org | The Hospitality Club. L’économie du partage va s’étendre bien au-delà. Airbnb, qui a révolutionné l’hébergement, approche le million d'"hôtes" (640.000, au dernier décompte) louant leur appartement.

La bête noire des taxis, l’application Uber, qui permet à tout le monde de devenir chauffeur, est valorisée 40 milliards de dollars. Les plateformes de financement participatif ("crowdfunding"), comme KissKissBank, explosent. "Pourtant, vous n’avez encore rien vu", lance Jeremiah Owyang, à l'ouverture de la conférence sur l'innovation Le Web.

"2015 sera l’année de la foule. " Pour ce gourou de l’économie du partage, ou plus précisément "collaborative", de nouveaux acteurs vont bouleverser d’autres secteurs, plutôt inattendus : Santé et bien-être. Et encore : Bannerman vous permet de "louer" des gardes du corps comme une voiture.Un premier rendez-vous avec un inconnu ? En 2014, le secteur de l’économie collaborative a levé 8 milliards de dollars. La présentation complète (en anglais) : Aurélien Viers - @aviers. L’e-commerce à l’heure de la consommation collaborative. A l’instar de 2013, le premier semestre 2014 démarre en fanfare avec un grand nombre de création de start-ups basées sur la consommation collaborative en France et à l’étranger. Le phénomène, parfois méconnu mais pourtant bien implanté en terme d’usage, prend de plus en plus d’importance dans l’hexagone, au point que 77%* des français y ont déjà fait appel souhaitant sortir des circuits marchands traditionnels.

Selon Forbes, l’économie collaborative pèserait plus de 3,5 milliards de dollars en 2013, et devient une véritable alternative au modèle capitaliste. Aucun secteur n’échappe à cette transition économique : musique (sites d’écoute en ligne comme Spotify.com, Deezer.com), banque (financement participatif avec Ulule.com, KisskissBankBank.com), transport (Blablacar.fr), alimentaire (laRuchequiditOui.fr), hébergement (airbnb.fr, chambrealouer.com), biens et prestations de services (leboncoin.fr). Zoom sur cette nouvelle mode… *étude IFOP pour Alittlemarket Une tendance de fond. Comment l’économie du partage crée du lien social. Alors que les échanges marchands créent de plus en plus d'exclusion sociale et de défiance, l'économie du partage, par le don, transforme les relations grâce à la reconnaissance et l'inter-dépendance. Le XXème siècle aura été incontestablement celui de l’échange marchand.

Jamais l’humanité n’avait autant commercé, exporté, importé. Jamais les transactions n’avaient été aussi simples et rapides. Le volume du commerce mondial a triplé depuis la chute du mur de Berlin et a connu une croissance presque exponentielle [en] jusqu’à la crise économique de 2008. Bizarrement, alors que les hommes entraient toujours plus en interaction et devenaient toujours plus dépendants les uns des autres, ce XXème siècle aura connu un immense délitement des structures sociales traditionnelles sans création d’autres structures alternatives efficaces.

Religions, nations, classes sociales, familles… Toutes ces institutions ont été bousculées et affaiblies. Quand l’échange marchand abolit la relation Photos flickr. La montée de la consommation collaborative. « La consommation collaborative correspond au fait de prêter, louer, donner, échanger des objets via les technologies et les communautés de pairs », explique le site éponyme lancé par Rachel Botsman et Roo Rogers, les auteurs de What’s mine is yours, the rise of collaborative consumption (Ce qui est à moi est à toi, la montée de la consommation collaborative). Ceux-ci affirment d’ailleurs que cette pratique est en passe de devenir un « mouvement ». Un mouvement qui va des places de marchés mondiales comme eBay ou Craiglist à des secteurs de niches comme le prêt entre particuliers (Zopa) ou les plates-formes de partage de voitures (Zipcar)

. « La consommation collaborative modifie les façons de faire des affaires et réinvente non seulement ce que nous consommons, mais également comment nous consommons », affirment ses défenseurs. Vidéo : la vidéo promotionnelle du livre de Rachel Botsman et Roo Rogers. Les fans du partage ont déjà leur magazine : Shareable.net. ET SI NOUS ETIONS DEFINITIVEMENT ENTRES DANS L’ECONOMIE DU PARTAGE? | Blog - Nicolas Bordas. J’ai décidé de consacrer ce #JourDuPenseur dominical au sujet qui fit la Une de THE ECONOMIST en mars dernier, et fut cette semaine le thème de LEWEB London (cliquer ici pour voir toutes les vidéos de l’événement) organisé par notre ami Loïc Le Meur (vidéo ci-dessus) : « L’économie du partage », à l’occasion de la sortie du nouveau livre de Anne-Sophie Novel » La vie share – mode d’emploi ». Anne-Sophie Novel est docteur en économie et journaliste spécialisée dans le développement durable, l’innovation sociale et l’économie collaborative.

Son nouveau livre prolonge et complète sous un angle pratique la corévolution décrite et analysée avec Stéphane Riot dans « Vive la CoRévolution ! » publié en mai 2012. L’habitat et la vie quotidienne sont les premiers impactés : la colocation permet de partager un espace de vie commun, mais surtout de renouveler le « vivre ensemble ». La consommation collaborative, nouvelle façon de consommer | Mobeye. Aujourd’hui, avec la crise et une croissance qui a bien du mal à remonter la pente, startups et jeunes entrepreneurs s’allient pour trouver de nouveaux modes de consommation. En replaçant l’humain au centre du commerce et en proposant de vrais bons plans,la consommation collaborative c’est une nouvelle économie qui repose sur l’échange et le partage. Si comme la plupart des français vous ne connaissez pas encore ce terme, vous connaissez forcément Airbnb, blablacar ou encore ulule, toutes ces sociétés de services participatifs.

Aujourd’hui plus d’un français sur deux la pratique ! Covoiturage, auto partage, échange, ou achat d’occasion, la consommation collaborative n’est plus marginale dans notre société. Si certains l’adorent pour le bien qu’elle fait à leur porte-monnaie, d’autres l’adoptent pour son impact positif sur l’environnement : plus de partage, moins de gaspillage ! La consommation collaborative expliqué en image ça donne ça : Iddri-economie-du-partage.pdf.