background preloader

Masculinité hégémonique/toxique

Facebook Twitter

The Descent of Man by Grayson Perry review – a man’s man is yesterday’s hero. It is a strangely embarrassing time to be a man.

The Descent of Man by Grayson Perry review – a man’s man is yesterday’s hero

You only have to watch the news, or log on to Twitter, or just open your eyes, and you will see a man doing something atrocious. Very often the man we see is Donald Trump, but Trump is just the most visible example of the toxic masculinity on offer. It is there, in some form or other, all over our virtual and actual reality. Of course, men have always done terrible things. You could pinpoint any moment in history and men would have been doing something despicable. And, away from the big names, as Grayson Perry puts it in his new book on masculinity, “most violent people, rapists, criminals, killers, tax avoiders, corrupt politicians, planet despoilers, sex abusers and dinner-party bores, do tend to be, well… men”.

For decades now, female writers and theorists have been dismantling their biological gender from the perceived feminine roles that can restrict or harm their lives. Life as performance is not a new idea. Grayson Perry: 'What's gone wrong with men?' 18 Times Tumblr Nailed Fragile Masculinity. Independent Filmmaker Confronts The Male Gayze — Cakeboy Magazine. Your work has dealt before with the “clubbiness” of masculinity.

Independent Filmmaker Confronts The Male Gayze — Cakeboy Magazine

What are your thoughts on men as an audience, and making work that speaks to or addresses them? It’s interesting because I think all audiences are presumed to be men, whether people realize it or not. You get into this rut of thinking that everyone’s perspective is sort of male, or the male perspective is the neutral thing around which everything kind of performs. I think it’s really interesting to look directly at masculinity because it’s perceived to be invisible, typically. Like, femininity is performed while masculinity is inherently nothing. New Film Takes A Hard Look At Masculinity And Homophobia In America. 48 Things Men Hear In A Lifetime (That Are Bad For Everyone) Are Gay Men More Masculine? La Domination Masculine. Masculinité hégémonique.

Quand on parle du genre, au singulier, on l’envisage à la fois comme une construction sociale, comme un processus relationnel et comme un rapport de pouvoir imbriqué dans d’autres rapports de pouvoir.

Masculinité hégémonique

Pour comprendre ce qui suit, il faut notamment bien comprendre cette idée de processus relationnel. Le genre crée de la division et de la binarité : il produit deux groupes, sur le mode de l’opposition, le groupe des « hommes » et celui des « femmes ». La « différence des sexes » est donc toujours aussi une opposition : on apprend les caractéristiques de son genre par opposition à celles de l’autre genre. Mais les recherches sur les masculinités montrent que cette opposition entre « le masculin » et « le féminin » n’est pas qu’une opposition entre hommes et femmes: elle fonctionne aussi au sein de ces deux groupes.

Il faut également garder à l’esprit que le genre est conçu comme un rapport de pouvoir. Vous l’aurez compris, ceci est un billet théorique. Masculinité ou virilité? J'aime : En finir avec la fabrique des garçons. Quelque chose ne tourne pas rond chez les garçons.

En finir avec la fabrique des garçons

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : au collège, ils représentent 80% des élèves sanctionnés tous motifs confondus, 92% des élèves sanctionnés pour des actes relevant d’atteinte aux biens et aux personnes, ou encore 86% des élèves des dispositifs Relais qui accueillent les jeunes entrés dans un processus de rejet de l’institution scolaire. Tous ces garçons ont-ils des problèmes, des troubles du comportement et/ou de l’apprentissage ?

Eh bien non, loin s’en faut. Des travaux récents (1) montrent que leurs transgressions et leurs difficultés scolaires sont, le plus souvent et quel que soit leur milieu social d’origine, des conduites liées à la construction même de leur identité masculine. Tous les premiers vendredis du mois, Libération publie en partenariat avec le magazine en ligne de l’organisme ( une analyse scientifique originale. L'injonction sociale à la virilité Cette fabrique des garçons se prolonge hors de l’école. Tony Porter: A call to men.