background preloader

Préhistoire

Facebook Twitter

À classer

Art. Cartographie. L'homme de Néandertal. Outils. Adieu Lucy " l’australopithèque ne pouvait pas être considéré comme l’ancêtre de l’homme. Un fossile de crâne d’espèce d’australopithèque bosei codé en OH-5 Les créatures, appelées par les évolutionnistes australopithèques, ne sont en fait rien d'autre qu'une espèce de singe disparue.

Adieu Lucy " l’australopithèque ne pouvait pas être considéré comme l’ancêtre de l’homme

Australopithèque signifie " singe du sud ". Appartenant à différentes catégories, toutes les espèces d'australopithèques sont des singes disparus qui ressemblent aux singes d'aujourd'hui. Leurs capacités crâniennes sont les mêmes, ou plus petites que les chimpanzés actuels. Il y a des parties saillantes dans leurs mains et pieds qu'ils utilisent pour grimper aux arbres, comme les chimpanzés d'aujourd'hui, et leurs pieds ont des habiletés simiesques pour s'agripper aux branches.

Les évolutionnistes affirment que bien que les australopithèques possèdent l'anatomie d'un singe, ils marchaient debout comme les humains. Lascaux. Un portrait robot inattendu de nos ancêtres d’il y a 7000 ans. Mis au jour en 2006 dans la grotte de La Braña-Arintero (péninsule ibérique), les squelettes de deux chasseurs-cueilleurs âgés de 35 à 40 ans avaient été retrouvés dans un état de conservation remarquable.

Un portrait robot inattendu de nos ancêtres d’il y a 7000 ans

En parvenant à extraire et analyser l’ADN de l’un des deux squelettes, l’Institut de Biologie Évolutive de Barcelone a réussi à mettre au point un portrait-robot de nos ancêtres d’il y a 7000 ans. Publiés dans la revue Nature, les résultats de leur étude montre que l’individu dont le génome a été analysé avait la peau mâte (ou noire), les cheveux bruns et les yeux bleus, comme ses ancêtres du Rift africain. « La plus grande surprise a été de découvrir que cet individu possédait des versions africaines dans les gènes qui déterminent la pigmentation des Européens actuels, ce qui indique qu’il avait la peau sombre, même si nous ne pouvons pas savoir quelle était la teinte exacte. Centre Européen de Recherches Préhistoriques de Tautavel. Chasseur de la Préhistoire. L'Homme de Tautavel il y a 450 000 ans.

Mégalithes du Morbihan. Séquençage de l’ADN mitochondrial (ADNmt) d’un fossile d’un homme Cro-Magnon. Découverte d’une mandibule d’Homo heidelbergensis à Tautavel.

Séquençage de l’ADN mitochondrial (ADNmt) d’un fossile d’un homme Cro-Magnon

Le Centre Européen de Recherches Préhistoriques de Tautavel ( Roussillon ) a mis à jour, dans la Caune de l’Arago, une nouvelle mandibule humaine anté-néandertalienne : Arago 119. Elle a été découverte le 19 juin 2008 par Audrey Lee, qui participait à un stage de fouilles, et entièrement dégagée le 9 juillet. Elle est située sur le sol d’occupation d’un campement de chasseurs acheuléens daté de - 450 000 ans. Marie-Antoinette de Lumley, qui dirige les fouilles sur le site depuis 1964 avec son époux, le professeur Henry de Lumley, a sorti la mandibule de terre et l'a ensuite présentée au public (voir la vidéo) . La mandibule Arago 119 - Marie-Antoinette et Henry de Lumley Il s'agit d'une mandibule partielle avec deux dents, traduisant un appareil masticateur puissant. Un chromosome Y vieux de 338 000 ans. Horloge moleculaire et evolution de l'homme. L’horloge moléculaire remise à l’heure ?

Horloge moleculaire et evolution de l'homme

Le calcul du taux de mutation dans l’ADN de l’espèce humaine doit-il être revu ? L’horloge moléculaire L’horloge moléculaire est un calcul effectué par les généticiens pour déterminer la séparation entre deux espèces ayant un ancêtre commun. L’horloge est basée sur le nombre de mutations détectées dans l’ADN d’un sujet A par rapport à un sujet B. En déterminant à quel rythme les mutations ont lieu, les généticiens peuvent estimer le temps passé depuis la séparation des deux espèces A et B. Ce mode de calcul a déjà été appliqué entre deux espèces proches comme Néandertal et Homo sapiens, mais également pour des cousins plus éloignés comme Homo sapiens et Pan troglodyte (les chimpanzés).

Les premiers cannibales à la préhistoire. Les premiers cannibales de la préhistoire Frederic Belnet Cannibales, nos ancêtres ?

Les premiers cannibales à la préhistoire

Peut-être bien. Même si les éléments de preuve restent sujets à controverse, nombre d’anthropologues et d’archéologues en sont convaincus. Reste à savoir dans quelles circonstances cette pratique a pu exister. "Dure à avaler", comme le dit plaisamment l'archéologue britannique Paul Bahn, l’existence d’un cannibalisme à la Préhistoire est, plus qu’un autre sans doute, un sujet ô combien délicat !

Les experts de la Préhistoire : décryptage du génome de l'Homme de Neandertal. Reconstitution du bassin d'une femelle Homo erectus : les bébés avaient déjà un gros cerveau !

Les experts de la Préhistoire : décryptage du génome de l'Homme de Neandertal

L’équipe de Sileshi Semaw (Stone Age Institute, Indiana, US) et Scott Simpson (Case Western Reserve University, Cleveland, US) a reconstitué un bassin de femelle presque complet attribué à l’espèce H. erectus. Les Homo erectus sont des homininés plutôt grands et fins, adaptés à la course, les chercheurs s’attendaient à ce que la taille du bassin soit assez réduite chez les femmes. Publication de l'étude complète sur Ardipithecus ramidus. Découverte de fibres végétales tressées de 30 000 ans.

Publication de l'étude complète sur Ardipithecus ramidus

Découverte d'une chaussure de 5500 ans. Alimentation au Paléolithique. Alimentation - Nutrition - Préhistoire. Comment savoir ce que les hommes préhistoriques mangeaient ?

Alimentation - Nutrition - Préhistoire

Les traces laissées sur les dents fossilisées En analysant, grace au microscope à balayage électronique, l'émail dentaire on peut découvrir des stries d'utilisation provoquées par le type d'aliment mâché. L'existence de stries verticales et longues indiquent une alimentation à base de viande. Des stries horizontales témoignent d'une alimentation plus riche en végétaux. Par ailleurs, la consommation de feuilles laisse des traces de polissage sur les incisives. Les hommes, omnivores, ont des stries obliques depuis le début. Composition chimique des dents et des os L'étude de la composition des dents et des os peut également donner des indications sur le type d'aliment ingéré habituellement Le type de dents retrouvées En observant la denture, la forme des mâchoires et les insertions des muscles masticateurs sur le crâne d'un animal, on peut déterminer son régime alimentaire habituel.

Paranthropus boisei était majoritairement végétarien. Découverte de rites funéraires de l'Epipaléolithique.

Paranthropus boisei était majoritairement végétarien

Le site d'Uyun al-Hammam en Jordanie a été découvert en 2000 et étudié par Edward Banning (Université de Toronto au Canada) et Lisa Maher (Centre d'études sur l'évolution de l'Homme, Université de Cambridge). Il est localisé sur la terrasse d'une ancienne rivière dans la petite vallée de Wadi Ziqlab, un site archéologique déjà connu. Il est daté de 16 500 ans environ. Les premières tombes ont été ouvertes en 2005 et ont fourni de nombreuses informations sur la période Épipaléolithique (de - 23 000 à - 11 600 ans), la dernière phase de la Préhistoire, succédant au Paléolithique supérieur. Le site a livré les restes d'au moins 11 individus, ce qui en fait le plus vieux cimetière du Moyen Orient (les plus anciennes sépultures connues auparavant dans la région sont du Natoufien de -14 500 à -11 600 ans).

Tombes I et VIII.