background preloader

PATRIMOINE RELIGIEUX

Facebook Twitter

Le savoir-faire du forgeron : un patrimoine immatériel à préserver. Art de vivre Le savoir-faire du forgeron : un patrimoine immatériel à préserver Le mercredi 7 septembre 2016 « Nous ce qu'on veut, c'est remettre en valeur les Forges de Montréal comme étant un site important de l'histoire de Montréal » Mathieu Collette est maître forgeron et se porte à la défense des Forges de Montréal, alors que le site est menacé d'expulsion par la Ville de Montréal.

Le savoir-faire du forgeron : un patrimoine immatériel à préserver

Jean-François Nadeau et Annie Desrochers sont allés visiter ce lieu chargé d'histoire. Debout, les morts! N’ayant plus d’autres vivants à faire souffrir, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) veut maintenant sévir chez les morts.

Debout, les morts!

Les scribes du Dr Barrette ne savent trop comment salons funéraires, crématoriums, cimetières et autres mausolées traitent les défunts ? Pas de problème ! Comme certains « cadavres » menaceraient la santé publique, une loi régentera les services funéraires. Du même coup, tout en proclamant la « dignité » des morts, Québec nie aux proches endeuillés le droit de choisir leurs funérailles. On cherche vainement, en effet, pourquoi cette pluie de permis, de registres, d’inspections, de normes, de structures et de sanctions devrait s’abattre sur les maisons funéraires et les services de thanatologie.

Nécessité d’une réforme La plupart des mémoires présentés à la commission parlementaire de la santé et des services sociaux reconnaissent le besoin d’une réforme. Inquiétudes autour du projet de loi 66 Néanmoins, le gouvernement doit mettre de l’ordre. De jeunes prêtres chérissent la tradition. Pendant que l’héritage catholique québécois s’effrite et que les églises se vident, certains jeunes bravent les préjugés en se tournant vers Dieu.

De jeunes prêtres chérissent la tradition

Qu’ils s’engagent dans une voie traditionnelle ou plus contemporaine, tous ont leur raison de lever les yeux vers le ciel, à la recherche de sens. Premier de trois textes sur ces jeunes Québécois qui, en 2015, croient toujours. Dans la chapelle du séminaire de Saint-Hyacinthe, des notes d’orgue graves et rapides marquent l’entrée de deux Québécois dans la vingtaine qui, dans quelques heures, seront prêtres. Les fidèles se lèvent dès que les deux futurs abbés franchissent la porte de la chapelle avec un convoi de religieux de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre.

Malgré leur âge, Alexandre Marchand (27 ans) et Jacques Breton (29 ans) ont choisi une branche traditionaliste du catholicisme — qui conserve l’aspect liturgique d’avant 1962, année des réformes religieuses du concile Vatican II. Petite communauté. Entrez dans l'entrepôt du bon Dieu. Le hockey comme patrimoine immatériel québécois? Fondateur de l’identité québécoise, le hockey sur glace ?

Le hockey comme patrimoine immatériel québécois?

C’est ce que croit le Conseil québécois du patrimoine vivant, qui prépare un dossier pour faire reconnaître « notre sport national » comme patrimoine immatériel du Québec, aux côtés du chant de gorge inuit, du canot à glace et de la veillée de danse. Le projet devrait être bientôt soumis à l’attention de la ministre de la Culture et des Communications du Québec, Hélène David. Mais si plusieurs croient encore que le hockey est né dans les ruelles glacées de Montréal, un livre a récemment lancé un pavé dans leur mare. Jean-Patrice Martel, président de la Société internationale de recherche sur le hockey, a en effet publié, avec les Suédois Patrick Houda et Carl Gidén, un petit livre à compte d’auteur, On the Origins of Hockey, qui situe les origines de notre sport chéri sur la glace de la… lointaine Angleterre. « Au départ, le hockey se jouait avec une balle de bois, raconte M.

Tradition anglophone Et Montréal dans tout ça ? Origines. Sommes-nous prêt pour les touristes religieux? L’achalandage touristique est en baisse dans la ville de Québec depuis quelques années.

Sommes-nous prêt pour les touristes religieux?

Le célèbre festival d’hiver du Carnaval de Québec glisse en popularité et la ville semble chercher à tâtons un nouvel élan touristique. En 2013, l’indice de fréquentation dans la capitale a baissé de 2 % alors qu’il augmentait à Montréal (3 %), à Toronto (2,1 %) et à Ottawa (0,2 %). Inquiet, le milieu touristique de la ville de Québec s’est doté d’une stratégie d’ici à 2020 pour renverser la vapeur. On parle notamment d’axer davantage l’offre sur le produit « hiver » et sur le fleuve, mais la démarche est toujours en chantier. L’annonce cette semaine de la tenue d’un spectacle des Rolling Stone a la mi-juillet au Festival d’été de Québec ne va pas fondamentalement changer la donne : la ville de Québec doit redéfinir de façon durable son pouvoir d’attraction et son attrait touristique mondial. Plusieurs estiment que la ville pourrait miser sur le tourisme religieux. Écoutez Le saviez-vous? Liens externes. Faire vivre les traditions.

Les hauts et les bas de la fameuse liste.