background preloader

ETUDE BAC

Facebook Twitter

Réflexions sur l'avenir de l'agriculture et de l'alimentation. Comment l'agriculture parviendra-t-elle à nourrir les 9 milliards d'individus qui seront sur la planète en 2050 ?

Réflexions sur l'avenir de l'agriculture et de l'alimentation

Comment pourra-t-elle permettre à la communauté internationale d'atteindre les Objectifs du Millénaire fixés par l'ONU afin de lutter contre la pauvreté et la faim, tout en respectant des normes environnementales sans cesse plus sévères? Telles sont les questions que se posent actuellement tous les scientifiques et les experts travaillant sur les dossiers agricoles. C'est dans ce contexte que l'Initiative Française pour la Recherche Agronomique Internationale (IFRAI), un projet collaboratif mené conjointement par l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) et le CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement), a organisé un séminaire visant à synthétiser tous les thèmes abordés dans le cadre des études de prospective actuellement menées.

La rédaction de momagri Convergences, divergences, et débats en cours 1. 2. 3. L´agriculture bio est-elle menacée ? - Matélé. Publié le:09/02/2016 17:57:30 - mis à jour: 09/02/2016 18:17:32 Menace sur le bio : c'est ce que disent des organismes comme Nature et Progrès.

L´agriculture bio est-elle menacée ? - Matélé

En cause, un projet de règlement européen qui autoriserait la présence de résidus de pesticides dans les produits labellisés bio. Le bio c'est tendance. Et c'est même plus qu'une tendance puisque c'est un marché en croissance: ­ + 8'pour cent chaque année et 22 milliards d'euros par an de chiffre d'affaires. Agroalimentaire Français à l'export.

La France affiche le second meilleur taux de croissance européen dans le domaine de l’agriculture biologique et les perspectives à moyen terme sont réjouissantes.

Agroalimentaire Français à l'export

Un marché intérieur qui se porte bien Les produits français issus de l’agriculture biologique se portent à merveille. Après avoir connu un essor sans précédent en 2015, la croissance de la Bio en France début 2016 poursuit son développement à un rythme très soutenu. Le marché de la Bio a progressé de 14,7 % en 2015 par rapport à 2014, pour atteindre un total de 5,76 milliards d’euros, au-delà des premières prévisions à 5,5 milliards (Source Agence Bio). « On constate depuis ces derniers mois, une nouvelle augmentation, peut-être due à l’après COP 21 et sa forte médiatisation. Il semble que tous les voyants sont au vert pour que la filière perdure dans cette direction. A l’aval, le nombre d’opérateurs a augmenté de 5 %, pour atteindre 13 528 entreprises de transformation, de distribution et d’import/export. A Séville, le bio sauve l’agriculture mais s’exporte trop. « L’association CAAE offre à ses membres la force du label écologique leader en Europe », débite la voix d’une campagne diffusée sur l’écran plasma de la salle d’attente.

A Séville, le bio sauve l’agriculture mais s’exporte trop

Nous sommes au siège social du Comité Andaluz de Agricultura Ecologica (CAAE) à Séville, une ville où quatre entreprises ferment chaque jour depuis 2007 selon le quotidien El diario de Sevilla. Y-a-t-il un avenir pour l'agriculture bio en France? — La plume dans les champs. A l'occasion de la troisième édition du salon européen Tech & Bio, qui vient de fermer ses portes à Bourg-lès-Valence dans la Drôme, premier département bio de France avec plus de 11 000 visiteurs et 220 exposants, il était important de faire un point sur ce marché de niche avec l'un des initiateurs de cette manifestation, Jean-Louis Cazaubon, vice-président des Chambres d'agriculture en charge du bio et président de la Chambre d'agriculture de Midi-Pyrénées.

Y-a-t-il un avenir pour l'agriculture bio en France? — La plume dans les champs

Fin 2010, l'agriculture biologique représentait seulement 3% de la surface agricole totale en France, 4% des exploitations et 2% du marché alimentaire, avec des différences selon les secteurs de produits. Les ventes du bio ont progressé l'an dernier de 10% à environ 3,3 milliards d'euros, tirées notamment par les boissons (+26%), l'épicerie (soupes, compotes, pain de mie..., +18%) et les produits frais (+16%), toujours selon l'Agence Bio avec une recrudescence des importations car l'offre n'est pas suffisante en France. Le bio va-t-il rester bio. La réglementation européenne : enjeux et perspectives Les eurodéputés de la commission agriculture se sont prononcés début février pour l’abandon de la décertification de produits de l’agriculture biologique contaminés par des OGM ou des pesticides.

Le bio va-t-il rester bio

L’avis du Parlement européen s’inscrit dans la démarche de révision du cahier des charges de l’agriculture biologique entreprise par la Commission européenne depuis 2011. Cette dernière a soumis des propositions qui vont plutôt dans le sens d’un renforcement de cahier des charges, afin d’éviter toute dérives et de garantir la confiance des consommateurs. Elle prévoit également la fin des exploitations mixtes, afin de limiter les dérives et d’intensifier les contrôles. Le Parlement européen quant à lui souhaite se positionner dans une démarche encourageant le développement des exploitations biologiques, en ne créant pas un cadre trop stricte propre à décourager les entrants sur le marché. L’agriculture bio menacée par la future législation européenne – EurActiv.fr. La filière de l’agriculture biologique peine à répondre à la demande grandissante des Européens.

L’agriculture bio menacée par la future législation européenne – EurActiv.fr

Des difficultés qui pourraient être accentuées par une nouvelle législation européenne. Un article d’EurActiv Allemagne. Ces10 dernières années, le marché des produits biologiques a quadruplé en Europe, et pas seulement en Allemagne, pionnière de l’agriculture biologique. Selon les chiffres de l’Union européenne, environ 5,5 % du total des terres agricoles de l’UE sont destinés à la culture biologique. Pourtant, ces dernières années, l’offre de produits biologiques n’a pas pu faire face à la demande grandissante.

L’agriculture biologique engendre des coûts plus élevés que les techniques de l’agriculture conventionnelle alors que les productions sont plus faibles et sujettes à davantage de fluctuations. Selon ses détracteurs, ce paradoxe pourrait encore s’aggraver. Le bio est-il l’avenir de l’agriculture européenne ? Pourquoi le bio progresse si lentement dans certains pays européens ?

Le bio est-il l’avenir de l’agriculture européenne ?

Faut-il se focaliser sur cette question ? Qu’est-ce que bien manger ? Est-ce que cela contribue vraiment à une vie meilleure ? Interview censurée par le journal polonais qui me l’avait commandée, car il le trouve trop critique et redoute des représailles du gouvernement maintenant aux mains du Parti fort intolérant Droit et Justice… Une vraie atteinte à la liberté de la presse dans ce pays frère ! …Bon finalement un autre journal, Przeglad, l’a publié dans son édition du 12 juin. Pourquoi l’alimentation-Bio peine tellement à se frayer le chemin vers les tables des consommateurs? Bruno Parmentier : Le bio stricto sensu a vocation à rester minoritaire, tant au niveau de la production que de la consommation. Du côté du consommateur, acheter de temps en temps une douzaine d’œufs bios, ou un peu de lait, de viande ou de fruits bios pour ses enfants reste un acte relativement simple. Distribution d’aide alimentaire en Somalie.