background preloader

Renseignement

Facebook Twitter

Loi sur le renseignement: une copie de la NSA. Pourquoi le projet « Loi renseignement » ou « boite noire » est irréaliste techniquement. Une communication de NBS System Le projet de loi sur le renseignement qui est débattu depuis lundi dernier, 13 Avril 2015, propose une mise en écoute systématique et globale au niveau du réseau des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) ou des hébergeurs de services via une « boite noire ». Sans même parler des aspects liberticides et contre-productifs d’une telle loi, il est surprenant de constater que, manifestement, aucune étude préliminaire ne semble avoir été commandée par les initiateurs de ce projet de loi.

Pourquoi ? Parce qu’en l’état, l’implémentation de l’idée directrice semble bien irréaliste. Ecouter l’Internet français ? Parlons en premier lieu du concept le plus évident : le stockage. Prenons l’exemple d’un internaute lambda qui n’utiliserait que son téléphone mobile en mode « données » (nous excluons ici toutes données vocales). 9 375 To de données pour • 1 mois d’exploitation ; • chez 1 seul opérateur ; • pour les utilisations mobiles uniquement ; • sans les données vocales.

Projet de loi relatif au Renseignement : agissons contre la surveillance de masse ! | Sous-Surveillance.fr. Ce n’est pas le nombre qui compte ? | Vu d’ici. La loi sur le renseignement, dont j’ai déjà parlé par ici, a été approuvée par 25 députés français, tandis que cinq s’y sont opposés.

Ils étaient donc 30 présents pour voter une loi qui touche aux libertés individuelles. 30 sur une législature comptant 577 députés. C’est-à-dire qu’environ 5 % des députés se sont donnés la peine de se déplacer. Bien entendu, il peut arriver que l’on ait un empêchement. Certains députés peuvent être occupés par leur travail en commission. Cela dit, est-ce véritablement déraisonnable d’espérer qu’ils soient plus de 50 % à participer au débat et à l’amendement d’un projet de loi ?

Pardonnez-moi : rendre le vote obligatoire pour les citoyens français, c’est du bon sens républicain, tandis que demander que les députés soient présents pour remplir le mandat pour lequel ils ont été élus, c’est du populisme… On entend souvent dire que la France a du mal à se réformer, mais qu’en est-il de la capacité du monde politique à se réformer lui-même ? Sur le même thème. Un groupement d'hébergeurs français demande l'abandon du projet "boîtes noires" au Premier ministre, Manuel Valls.