background preloader

Controverse sur Assassin's creed 5

Facebook Twitter

Utiliser Assassin’s Creed Unity en classe de quatrième. « Mais comme pour les livres et les films, les fictions historiques doivent être corrigées par des professeurs.

Utiliser Assassin’s Creed Unity en classe de quatrième

C’est notre travail d’historien. Un tel jeu vidéo pourrait servir de support pédagogique pour des cours au collège et au lycée. Il permettrait de faire comprendre aux élèves le Paris d’époque. Il faut prendre les jeux vidéo au sérieux. Ils font partie de la culture partagée. Un rappel de la polémique soulevée par l’extrême gauche au moment de la sortie du jeu : Un collègue canadien a fait réfléchir ses élèves sur cette polémique en proposant une activité consultable ici .

Jean-Luc Mélenchon et « Assassin’s Creed Unity » : « deux formes différentes de la mémoire » de la Révolution. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par William Audureau Jean-Luc Mélenchon, ancien candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle, a dénoncé à plusieurs reprises dans les médias « le dénigrement de la grande Révolution », représenté, selon lui, dans le jeu vidéo Assassin’s Creed Unity, sorti jeudi 13 novembre. Le scénario du jeu s’appuie notamment sur le « chaos » de la période 1791-1793 en France, sur fond d’assassinats, de complots templiers et de manipulation des masses. » Lire l’interview d’un producteur du jeu : « “Assassin’s Creed Unity” est un jeu vidéo grand public, pas une leçon d’histoire » Hervé Leuwers est professeur d’histoire moderne à l’université Lille 3, spécialiste de la Révolution française, et auteur d’une récente biographie de l’enfant d’Arras, Robespierre, aux éditions Fayard. Il réagit aux propos de M. Jean-Luc Mélenchon reproche à « Assassin’s Creed Unity » de donner une image négative de la Révolution et du personnage de Robespierre.

Jean-Luc Mélenchon et « Assassin’s Creed Unity » : « deux formes différentes de la mémoire » de la Révolution. L’extrême gauche fustige Assassin’s Creed Unity. Assassin's Creed suscite la controverse en France. Le nouveau jeu vidéo Assassin's Creed Unity, produit à Montréal, ne fait pas l'unanimité.

Assassin's Creed suscite la controverse en France

Des représentants de l'extrême gauche française accusent les créateurs de propagande et de révision de l'Histoire. Un texte de Thomas Gerbet Depuis hier, le leader du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, est sur toutes les tribunes pour pourfendre non pas le fait que le jeu ait été produit au Québec par la compagnie française Ubisoft, mais plutôt le contenu historique du jeu vidéo, qui se déroule dans les rues de Paris durant la Révolution de 1789. « C'est de la propagande contre le peuple », dénonce l'homme politique d'extrême gauche. « Le peuple [est présenté comme] des barbares, des sauvages sanguinaires. [...] Watch - ASSASSIN'S CREED UNITY La Révolution Française (Réalisé par Rob Zombie) [modifié pour élève du secondaire] — Vibby.com. Assassin's Creed Unity Cinematic Trailer - Assassin's Creed 5. Le 14 Juillet 1789 - HD.

Document 1. Document 2. Document 3. Document 4. Jean-Luc Mélenchon dénonce la «propagande» d'Assassin's Creed Unity. Jean-Luc Mélenchon contre Ubisoft - La réponse des historiens d’Assassin’s Creed Unity. Le dernier volet de la série de jeux vidéos Assassin's Creed, Unity, est-il "contre-révolutionnaire" ?

Ça m'aide beaucoup pour mon travail d'histoire – vincentlatitlance

Nous avons posé la question à l'historien québécois, Laurent Turcot, consultant sur Unity, et à son collègue français, Jean-Clément Martin, spécialiste de la Révolution française, qui a été impliqué comme conseiller scientifique sur le scénario du jeu.

Jean-Luc Mélenchon contre Ubisoft - La réponse des historiens d’Assassin’s Creed Unity

Pour Jean-Luc Mélenchon, le jeu Assassin’s Creed Unity, édité par Ubisoft, est une propagande réactionnaire qui dénigre « la grande Révolution », présente le peuple comme un « ramassis de pouilleux » et caricature Robespierre en brute sanguinaire. Ce n’est pas la première fois que le cofondateur du Front de gauche s’insurge contre une présentation qu’il juge tendancieuse de la Révolution française en général et de Maximilien Robespierre, en particulier, la grande figure révolutionnaire qu’il veut réhabiliter. Laurent Turcot: "L’historien ne travaille pas sur le passé mais sur les traces du passé" Ce que semble ignorer M. Jean Luc Mélenchon a-t-il raison de s'en prendre à Assassin's Creed ? Assassin’s Creed Unity est-il un jeu anti-républicain ?

Jean Luc Mélenchon a-t-il raison de s'en prendre à Assassin's Creed ?

C’est en tout cas la thèse de Jean-Luc qui s’est exprimé successivement dans le Figaro et sur France Info au sujet du jeu d’Ubisoft: “C’est de la propagande contre le peuple. Le peuple, c’est des barbares, des sauvages sanguinaires. Et celui qui est notre libérateur à un moment de la Révolution, Robespierre, est présenté comme un monstre. On dénigre pour dénigrer ce qui nous rassemble, nous les Français.

VIDEO. Jean-Luc Mélenchon révolté par «Assassin’s Creed: Unity» JEU VIDEO L'eurodéputé reprend les propos du secrétaire national du Parti du gauche, au sujet d'une bande-annonce du jeu vidéo.

VIDEO. Jean-Luc Mélenchon révolté par «Assassin’s Creed: Unity»

Ubisoft répond qu'il s'agit d'un «divertissement grand public, pas une leçon d'histoire» ... Joel Metreau Publié le Mis à jour le Mots-clés Aucun mot-clé Il ne va pas se faire des amis chez les gamers. « Assassin’s Creed Unity est un jeu vidéo grand public, pas une leçon d’histoire » Le nouvel épisode de la série d’Ubisoft se déroule dans le Paris de la Révolution et du XIXe siècle.

« Assassin’s Creed Unity est un jeu vidéo grand public, pas une leçon d’histoire »

Le producteur du jeu explique comment les lieux et l’époque ont été recréés. LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par William Audureau La nouvelle superproduction d’Ubisoft, Assassin’s Creed Unity, sort ce jeudi sur PlayStation 4 et Xbox One. Après avoir traité des Croisades, de la Renaissance italienne ou encore de la Révolution américaine, la série s’intéresse à la période de la Révolution française. L’histoire se déroule sur plusieurs décennies et permet de croiser le chemin de Robespierre, Napoléon ou encore du marquis de Sade. « Assassin’s Creed Unity » ou le petit jeu des 7 erreurs historiques. Disponible depuis jeudi, le nouveau jeu d’infiltration d’Ubisoft se déroule dans le Paris de la Révolution française.

« Assassin’s Creed Unity » ou le petit jeu des 7 erreurs historiques

Ou presque. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par William Audureau Attention, cet article dévoile certains éléments du scénario du jeu. A peine sorti, Assassin’s Creed Unity suscite les polémiques. Techniques pour la plupart (de nombreux joueurs lui reprochent ses ralentissements intempestifs), politiques pour d’autres (Jean-Luc Mélenchon y voit une relecture réactionnaire de la Révolution et de Robespierre), ou tout simplement historiques : même si Ubisoft dit les assumer, de nombreux anachronismes parsèment notamment les rues du Paris de 1791, année durant laquelle se déroule la majeure partie de l’aventure. Assassins Creed suscite la controverse en France. La très attendue suite de la franchise Assassin's Creed, «Unity», développée par Ubisoft Montréal, est critiquée par la gauche française car elle ferait de la propagande et modifierait l'Histoire.

Assassins Creed suscite la controverse en France

L'action du jeu se déroule à Paris, durant la Révolution de 1789. Et le leader du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, n'est pas content du tout de ce qu'il a vu du jeu. Assassin's Creed Unity - Au cœur de la Révolution Française. Robespierre, un moralisateur incompris. Temps de lecture: 8 min La politique fiscale du gouvernement?

Robespierre, un moralisateur incompris

Jean-François Copé explique qu’elle consiste à revenir au «temps de Robespierre» où «on décapitait d’abord et on discutait après». Jean-Luc Mélenchon se lance dans une diatribe contre le gouvernement? Un proche de Harlem Désir le traite de «petit Robespierre de mauvaise facture». L'affaire Cahuzac déclenche des appels à la transparence? » Ubisoft embrouillé dans une controverse féministe. Les personnages d’Assassin’s Creed Unity L’un des commentaires les plus souvent aperçus sur les médias sociaux pendant la présentations des quatre grandes conférences de presse de l’E3, lundi dernier, touchait l’absence de personnages féminins.

» Ubisoft embrouillé dans une controverse féministe

Les uns après les autres, les jeux présentés à cet E3 mettaient en vedette des personnages principaux masculins. Non seulement cela, mais la plupart des ces personnages pourraient passer sinon pour des jumeaux, à tout le moins pour des frères. Ils sont grands, blancs, ont les cheveux sombres un peu en bataille, les yeux bruns ou noirs et la barbe mal faite. C’est surtout vrai pour les jeux qui mettent en scène des personnages et des univers « réalistes ». Certains ont manifestement commencé à chercher un coupable au terme de cette série de présentations et il semble qu’au jeu de la chaise musicale, c’est Ubisoft qui soit restée debout au moment où la musique s’est arrêté.

The Assassin’s Perspective: Teaching History with Video Games. Un historien montréalais participe à la création d'un jeu vidéo. The History of the World According to Assassin's Creed. Based on a true story. Kinda. By Josh SmithSince 2007, approximately 4,500 Assassin's Creed games have launched on console and mobile. One of the most intriguing recurrences is the alternate history that is introduced to players within most games. Using people who really lived throughout history, and staying accurate (mostly) to the actual date of death, we’ve been introduced to villain and hero alike, all having met a tragic demise at the end of a pointed blade, a drop of poison, or some sinister plot.

While our educators try to convince us of one truth, often that someone died of natural causes or some strange ailment, Ubisoft and Assassin’s Creed teaches us that history was more violent than we realize. History Says. Assassin’s Creed : comment Mélenchon s'est fait prendre au jeu. Jean-Luc Mélenchon a fait la désagréable expérience d’un « gamergate » ce week-end, scandale qui suit les propos, généralement à côté de la plaque, d’une personnalité publique sur le monde des jeux vidéo. La raison de cette vindicte populaire ? Ironiquement, c'est en s'attaquant à la Révolution française telle qu'elle semble être présentée dans le jeu vidéo Assassin's Creed Unity que Jean-Luc Mélenchon a provoqué l'ire des « gamers ».

L’homme politique s’insurge de la représentation des personnages historiques qui est faite dans cette production du français Ubisoft : « Les gentils, ici, ce sont la reine, cette infâme traîtresse et corruptrice, le roi, ce mollasson vendu, les aristocrates agents des Autrichiens, des Anglais et de n’importe qui qui soit contre le peuple, voilà les héros, subliminaux ou bien déclarés. » Mais ce qui agace plus que tout l’ancien co-président du Parti de gauche, c’est que Maximilien de Robespierre soit dépeint « comme un monstre ». «La Revanche des jeux vidéo» à Canal D : pas juste pour les «geeks» Le profil des utilisateurs de jeux vidéo a beaucoup changé avec l’évolution des technologies et l’apparition des téléphones intelligents. Autrefois associé presque uniquement aux adolescents (ou aux «adulescents»), ce genre de divertissement se déploie maintenant partout, sur diverses consoles, sur tous les types d’écrans. On joue désormais à Angry Birds en faisant la file au supermarché, on défie nos amis sur Facebook, et les mises en scène d’Assassin’s Creed sont devenues dignes des plus grandes sagas cinématographiques.

Il n’y a plus que les geeks qui s’intéressent à ce média encore un peu snobé ; on dénombre aujourd’hui plus d’un milliard de joueurs de tous les âges, dans tous les recoins du globe. Quelques semaines à peine après que le retrait de l’émission M.Net des ondes de MusiquePlus eût agité les réseaux sociaux, Canal D diffuse le documentaire La Revanche des jeux vidéo. Les personnages arabes dans les jeux vidéo, des stéréotypes qui évoluent lentement. Essentiellement produits au Japon et aux Etats-Unis, les jeux vidéo ont longtemps perpétué des images stéréotypées du monde arabe.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par William Audureau « Je suis Rachid du vent turbulent. Retenez bien mon nom ! » Mardi 16 février, l’éditeur japonais Capcom a commercialisé Street Fighter V, la nouvelle génération d’une série de jeux vidéo de combat née en 1987. Cas rare dans l’industrie, elle met en scène un héros issu du Moyen-Orient, que Capcom avait présenté le 11 septembre 2015. Le Moyen-Orient, un marché émergent L’annonce du personnage, à cette date symbolique, avait été perçue comme une provocation par certains joueurs occidentaux.

Capcom imagine alors un fauconnier virevoltant, non sans tâtonner. « Les soucis étaient surtout dans les détails. Clichés orientalistes Le progrès est net. . « L’orientalisme recrée la société islamique comme une entité exotique et intemporelle », analyse dans une étude le chercheur tchèque Vít Sisler. Un problème de visibilité. Best Free Podcasts. Si les jeux vidéo attirent plus de vingt millions de joueurs en France, comme pour le cinéma ou les séries TV, ils puisent également, et depuis longtemps, dans l'histoire. Alors, avec les Jeux, les séries TV et le cinéma, peut-on apprendre l'Histoire autrement que dans des livres ? Pourquoi les séries TV françaises sont-elle si mauvaises ? Peut-on faire un grand jeu, un grand film ou une grande série historique en respectant parfaitement l’Histoire ? Faut-il toujours violer l’Histoire pour lui faire de beaux enfants (dixit Alexandre Dumas) ?

Autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre au travers de deux émissions, dont voici le premier épisode, très centré Assassin’s Creed Unity, l’accent québécois en prime.