background preloader

Textes

Facebook Twitter

Références littéraires, visions réalistes et imaginaires du travail du verre et du métal, évolutions des techniques et conditions de travail, inspirations diverses, contextes
Pas franchement utile au projet, mais juste pour le plaisir de voir ce que la littérature peut en dire :)

HÉPHAÏSTOS. Dieu du Feu, fils de Zeus et d'Héra selon plusieurs traditions, Héphaïstos est au contraire, selon la Théogonie d'Hésiode, engendré par la seule Héra (dépitée de la naissance d'Athéna issue du seul Zeus).

HÉPHAÏSTOS

Cette tradition s'accorde cependant mal avec l'aide qu'Héphaïstos est censé avoir apportée à son père en lui fendant la tête afin de permettre à Athéna de venir au monde. Héphaïstos est boiteux : deux légendes expliquent cette infirmité. Difference between elves and dwarves blacksmithing in the Lord of the Rings. Bernard Tirtiaux - Le passeur de lumière Epub. «La lumière est diffuse», dit Rosal de Sainte-Croix au jeune Nivard de Chassepierre.

Un des travaux de l'auteur, qui travaille aussi le verre : – flyiingsheep

«Elle est fugace, changeante, capricieuse.

Bernard Tirtiaux - Le passeur de lumière Epub

Elle a toutes les ruses. Jamais tu ne seras satisfait de ton ouvrage, si beau soit-il. Jamais tu n’auras assez de couleurs dans tes casiers pour donner vie à un vitrail comme tu le souhaites, jamais tu n’auras la certitude de colorer juste comme on chante juste. Les souffleurs de verre - Daphné Du Maurier. Voilà bien longtemps que je n'avais lu un livre de Daphné Du Maurier.

Les souffleurs de verre - Daphné Du Maurier

Quelle erreur! Ses romans sont pour moi un véritable ravissement, une plongée dans un autre temps et un autre monde, qui me fait à chaque fois terriblement rêver. Dans ce roman, Daphné du Maurier revisite l'histoire de ses ancêtres, maîtres verriers dans la région du Mans. L'histoire débute quelques années avant la Révolution Française, et s'achève sous le règne de Napoléon, une période de notre histoire de France que je prise particulièrement. Lettres choisies (Sévigné), éd. 1846/Lettre 195. La bibliothèque libre.

Lettres choisies (Sévigné), éd. 1846/Lettre 195

À Gien, vendredi Ier octobre 1677. Hier au soir à Cône nous allâmes dans un véritable enfer, ce sont des forges de Vulcain : nous y trouvâmes huit ou dix cyclopes forgeant, non pas les armes d’Énée, mais des ancres pour les vaisseaux : jamais vous n’avez vu redoubler des coups si justes, ni d’une si admirable cadence. Nous étions au milieu de quatre fourneaux ; de temps en temps ces démons venaient autour de nous, tous fondus de sueur, avec des visages pâles, des yeux farouches, des moustaches brutes, des cheveux longs et noirs ; cette vue pouvait effrayer des gens moins polis que nous. Florange, l'un des derniers sites de hauts-fourneaux en France - 30 novembre 2012.

Florange, dont les hauts-fourneaux sont menacés de fermeture vendredi 30 novembre, est l'un des trois derniers sites sidérurgiques - tous propriétés d'ArcelorMittal -, comprenant des hauts-fourneaux, des usines produisant de l'acier brut à partir de minerai de fer et de carbone et qui forment ce qu'on appelle la filière "à chaud".

Florange, l'un des derniers sites de hauts-fourneaux en France - 30 novembre 2012

Florange Le site de Moselle comprend tous les éléments de la filière à chaud, dite aussi "amont" ou "liquide". Cette filière comprend une usine d'agglomération (préparation du minerai de fer à haute température), une cokerie (cuisson du charbon) et les deux hauts-fourneaux, dans lesquels sont mélangés le fer aggloméré et le coke, pour une capacité de production de 2 à 2,5 millions de tonnes par an. Elle inclut également une aciérie, qui transforme la fonte liquide sortant des hauts-fourneaux en acier, une "coulée continue" qui moule l'acier en brames d'acier (plaques épaisses). La sidérurgie a-t-elle un avenir en France ? A Florange, la nouvelle ne passe pas.

La sidérurgie a-t-elle un avenir en France ?

ArcelorMittal s'est engagé à investir 180 millions d'euros dans les cinq ans à venir sur le site mosellan, mais les salariés se font peu d'illusions : les hauts-fourneaux resteront à l'arrêt. Le géant de l'acier a-t-il encore l'intention de maintenir une activité pérenne sur le territoire français ? Echaudés par l'attitude de l'industriel, beaucoup en doutent. Comme le député PS de Moselle, Michel Liebgott, ils craignent que "Florange ne soit que la partie émergée de l'iceberg". La métallurgie manque de main-d'œuvre - le Parisien.

Tordre le cou aux a priori tenaces, rappeler que les ateliers de métallurgie ne sentent plus le soufre comme dans Zola et qu'on ne trempe plus les mains dans le cambouis.

La métallurgie manque de main-d'œuvre - le Parisien

A l'occasion de la Semaine de l'industrie, le préfet visitait lundi une entreprise à Trilport qui n'a jamais connu la crise. D'ailleurs, la métallurgie embauche et l'UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie) annonce 97 postes à pourvoir dans ce secteur immédiatement en Seine-et-Marne. 2 travail zola. L'assommoir - Chapitre 6 : Le tournoi de boulons - Emile Zola. Plan de la fiche sur le chapitre 6 de L’Assommoir de Emile Zola : Introduction Dans cet extrait du chapitre 6 de L'Assommoir, roman naturaliste de Emile Zola, Gervaise a été prise d’un désir subit d’aller voir son amoureux Goujet qui travaille à la forge.

L'assommoir - Chapitre 6 : Le tournoi de boulons - Emile Zola

Prétextant d’y rejoindre son fils Etienne qui travaille avec lui comme apprenti, elle arrive à le rencontrer. Elle croise cependant également Bec-Salé, un ouvrier ivrogne qui lance un défi à Gueule-d’Or : tailler tout seul des boulons de quarante millimètres. C’est maintenant au tour de l’amoureux de Gervaise de relever le défi. Nouveaux contes à Ninon/11. Le forgeron[modifier] Le Forgeron était un grand, le plus grand du pays, les épaules noueuses, la face et les bras noirs des flammes de la forge et de la poussière de fer des marteaux.

Nouveaux contes à Ninon/11

Il avait, dans son crâne carré, sous l’épaisse broussaille de ses cheveux, de gros yeux bleus d’enfant, clairs comme de l’acier. Sa mâchoire large roulait avec des rires, des bruits d’haleine qui ronflaient, pareils à la respiration et aux gaietés géantes de son soufflet ; et, quand il levait les bras, dans un geste de puissance satisfaite, — geste dont le travail de l’enclume lui avait donné l’habitude, — il semblait porter ses cinquante ans plus gaillardement encore qu’il ne soulevait « la Demoiselle, » une masse pesant vingt-cinq livres, une terrible fillette qu’il pouvait seul mettre en danse, de Vernon à Rouen. J’ai vécu une année chez le Forgeron, toute une année de convalescence.