background preloader

Les bibliothécaires et le numérique

Facebook Twitter

Le numérique est un formidable outil pour aider les bibliothèques à renforcer leur mission de partage des savoirs au plus grand nombre.

Plusieurs millions de documents à portée de main. Page d'accueil de la Bibliothèque numérique mondiale. Ville de Paris - Bibliothèque numérique de la Ville de Paris. Service commun de la documentation - bibliothèque - Accueil - Bibliothèques / Service commun de documentation. Brewster Kahle: A free digital library. La numérisation de masse à la BnF. Cette vidéo retrace succinctement les principales étapes du processus de numérisation, qui transforme un livre physique en un livre numérique.

La numérisation de masse à la BnF

Le processus de numérisation de masse a été lancé par la BnF en 2008, avec le soutien du Centre national du Livre. L’objectif est de numériser près de 100 000 ouvrages par an. Près de 2500 documents sont mis en ligne par semaine. Les ouvrages sont sélectionnés, indexés et traités : numérisation automatique pour les ouvrages brochés et massicotés, numérisation manuelle pour les ouvrages fragiles ; transformation du "format image" – simple photographie – en "mode texte" – qui permet de réaliser des "copier-coller" et des recherches sémantiques dans le document – par le procédé d’océrisation (reconnaissance optique de caractères) ; vérification du résultat par le "contrôle qualité" ; mise en ligne des ouvrages sur Gallica et dans le catalogue de la BnF ; archivage dans Spar (le système de préservation d’archivage réparti) mis au point par la BnF.

La numérisation du patrimoine écrit. I.1.

La numérisation du patrimoine écrit

OÙ EN SONT LES BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES ? I.1.1. Une idée relativement ancienne qui a connu un réel essor à partir de 2004 I.1.2. Une idée qui s’est concrétisée par des avancées hétérogènes I.1.3. Une idée portée par l’évolution des usages. Lecture numérique en bibliothèque. Prêt Numérique en Bibliothèque. PNB est une plateforme créée et maintenue par Dilicom.

Prêt Numérique en Bibliothèque

Cet opérateur technique met en place des échanges standardisés entre les différents acteurs (maisons d’édition, bibliothèques, librairies indépendantes, prestataires et distributeurs) permettant l’interopérabilité de leurs systèmes d’information. PNB n’est pas lié à un éditeur ni à un libraire. C’est une plateforme ouverte à tous les acteurs de la chaîne du livre (Gallimard, Flammarion, Seuil, Minuit, L’Olivier, Belfond, Robert Laffont, Pygmalion etc.).

Les bibliothèques disposent grâce à PNB d’un catalogue de livres numériques attractif et actualisé avec des milliers de notices. Supporté par le ministère de la Culture, il permet d’ouvrir l’usage du numérique dans les médiathèques. Le prêt de livres numériques en bibliothèque : pourquoi investir aujourd’hui ? Où en est-on aujourd’hui du prêt de livres numériques en bibliothèque ?

Le prêt de livres numériques en bibliothèque : pourquoi investir aujourd’hui ?

Quelles peuvent être les motivations ou les réticences des établissements à s’emparer de la question ? Que peut-on dire de l’offre, du produit, de la demande ? Telles étaient les principales questions de la table ronde organisée par l’Enssib, le 17 juin 2014, à l’occasion de laquelle trois intervenants ont pu débattre sur l’intérêt (ou non) d’investir dans le prêt de livres numériques en bibliothèque. En guise d’introduction de cette table ronde, Hervé Bienvault (consultant indépendant dans l’édition numérique et administrateur du blog Aldus) explique qu’en tant que modérateur, il prendra la position d’un lecteur numérique.

Il partage ainsi son point de vue sur le marché du livre numérique en France, qui selon lui est « un secteur en phase de développement important ». Prêt numérique en bibliothèque. Pour en finir avec le prêt de livres numériques dans les bibliothèques, quels modèles d'accès ? - Il y a quand même des paradoxes dans le paysage numérique de ce début 2013.

Pour en finir avec le prêt de livres numériques dans les bibliothèques, quels modèles d'accès ? -

On a d’un côté on a un monde académique qui affirme l’importance du libre accès à l’information scientifique et de l’autre des éditeurs (pas tous, mais les plus gros) soucieux de construire un marché segmenté et de soigneusement distinguer l’information du web des objets numériques payants que sont les livres. Au milieu, des publics de lecteurs qui subissent une offre chère et encore très incomplète. L’offre est très pauvre pour des bibliothèques perçues comme des centres sociaux pour ceux-qui-n’ont-pas-d’argent-pour-se-payer-un-ipad., dixit M. Nourry le président d’Hachette. Provocation et mépris des communautés de lecteurs qui fréquentent les établissements de lecture publique et sont les premiers clients des éditeurs. Pour beaucoup de professionnels, tout ça est complexe (et ça l’est sans conteste). On le voit : la notion implique une durée de prêt.

Ensuite vient le mot numérique. Sur le même thème. AddnB – Association pour le développement des démarches numériques en bibliothèques.