background preloader

Plagiat

Facebook Twitter

Plagiat : l’affaire Rigaux rebondit. Copier, c’est voler.

Plagiat : l’affaire Rigaux rebondit

Cet adage anti-plagiat est au cœur de l’affaire Rigaux qui secoue le petit monde des médiévistes français depuis deux ans. Elle rebondit aujourd’hui, avec une nouvelle démonstration d’un comportement plagiaire qui met les institutions universitaires et les communautés scientifiques devant leurs responsabilités. Et pose la question plus générale de la capacité du système universitaire à s’attaquer à ce problème, au delà du cas mis en exergue. L’Université de Grenoble, la section concernée du Conseil national des université (le CNU dont dépend la qualification permettant de se présenter aux concours de recrutement de maître de conférence puis de Professeur et qui intervient dans la carrière des universitaires) mais aussi la SHMESP (Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public) ont en effet reçu début mai 2016 un épais dossier.

«c’est vraiment trop systématique pour y voir autre chose qu’une volonté délibérée.» page 41 du rapport Un procès perdu. Fabula, Atelier littéaire : Plagiat. Le plagiat démolit la science. Même la science est touchée par le plagiat. Un Maître de conférences au Muséum d'histoire naturelle a été victime d'une affaire de plagiat scientifique, découverte par hasard par l'un de ses collègues néerlandais.

Même la science est touchée par le plagiat

On connaît le plagiat en littérature, ou dans le monde scolaire et universitaire, on le découvre désormais dans le monde scientifique. C'est en rentrant de vacances en août dernier que Pierre-Michel Forget, Maître de conférences au Muséum national d'histoire naturelle en a fait l'amère expérience. Quelques jours auparavant, Patrick Jansen, de l'université de Wageningen (Pays-Bas), est sollicité pour relire et évaluer un manuscrit soumis à la revue International Journal of Biodiversity and Conservation.

Il n'en croit pas ses yeux: le texte qu'il a sous les yeux est copie- conforme à 90% d'un article qu'il a co-écrit avec Pierre-Michel Forget en 2007 et qui avait été publié dans Conservation Biology. Il faut dire que le pseudo-auteur ne s'est guère embarrassé. Plagiat et fraude scientifique : la perspective académique. Quand l'éthique vient au secours du plagiat universitaire. Pour Jean-Noël Darde, ancien maître de conférences, l'organisation par l'Université Paris-8 d'un colloque sur l'approche éthique du plagiat le 20 mai n'est rien d'autre qu'une manipulation : sa direction et son conseil scientifique ont protégé des plagiaires avérés et continuent à le faire, dénonce-t-il.

Quand l'éthique vient au secours du plagiat universitaire

Il appelle Benoît Hamon à saisir l'inspection générale. L’université Paris-8, qui a toujours su protéger ses enseignants-plagiaires, lance demain une exceptionnelle opération « éthique du plagiat » en leur faveur. C’est en effet la seule interprétation sérieuse que l’on peut donner à la tenue le 20 mai, dans les nouveaux locaux des Archives de France, du colloque intitulé Approche éthique du plagiat : regards croisés. Qu’on en juge : Comme le précise le programme de ce colloque, il est co-organisé par le Comité d’éthique de l’université Paris-8 et les directeurs d’écoles doctorales.

C’est en effet le point fort de l’opération « Approche éthique de plagiat ». LA FRAUDE SCIENTIQUE, FLÉAU DE LA LITTÉRATURE BIOMÉDICALE : Sciences et Avenir. Plagiat à l'université : pas assez d'appui des directions. Photo : Radio-Canada Exclusif - Des chargés de cours et des professeurs d'université se plaignent qu'ils n'ont ni le temps ni les ressources pour poursuivre les cas de tricherie, surtout ceux qui sont moins flagrants.

Plagiat à l'université : pas assez d'appui des directions

Certains disent même subir des pressions pour qu'ils ferment les yeux. Un texte de Denis-Martin Chabot Comme Radio-Canada le rapportait récemment, moins de 1 % des étudiants universitaires au pays se font prendre à tricher, et les méthodes pour le faire sont de plus en plus sophistiquées. Pourtant, toutes les universités l'affirment : c'est tolérance zéro pour le plagiat. « Je ne crois pas que c'est dans leur intérêt d'en trouver, parce que ça fait baisser leur standard de classement. » — Un ancien étudiant en commerce À la suite de la diffusion de nos reportages, nous avons reçu plusieurs courriels de la part de chargés de cours. Nous demandant l'anonymat, ceux-ci se plaignent de lourdeurs administratives et du peu d'appui de la direction pour discipliner les tricheurs.

M.