background preloader

PS

Facebook Twitter

Gabegie financière : les premières découvertes de Valérie Pécresse. Pourquoi un appel “pour une primaire à gauche” ? Le sociologue Michel Wieviorka, spécialiste des racismes et des mouvements sociaux, est l'un des signataires de l'appel pour l'organisation d'une primaire à gauche, publié dans "Libération". Il nous explique la démarche. Ce lundi 11 janvier 2016, Libération publie un appel signé par une quarantaine d'intellectuels et de personnalités culturelles, réclamant l'organisation d'une primaire des formations politiques de gauche et écologistes, avant l'élection présidentielle de 2017. Dressant un constat sévère sur notre « système politique bloqué » ou nos « institutions inadaptées et sclérosées », les signataires veulent initier un débat sur des enjeux majeurs comme les inégalités, les discriminations, l'éducation, les libertés etc. par le biais de consultations citoyennes locales qui doivent aboutir à une « coalition de projet et un contrat de gouvernement ».

Quand et pourquoi cette idée d'un appel s'est-elle imposée ? Qu'attendez-vous réellement de cet appel ? Valls et la "guerre de civilisation": des propos graves. Il doit des excuses aux musulmans. Manuel Valls à Bogota en Colombie, le 25 juin 2015 (G. LEGARIA/AFP). Le 28 juin, sur Europe 1, Manuel Valls a employé l’expression "guerre de civilisation" pour définir la lutte contre le terrorisme intégriste musulman et contre Daech.

Pour ces propos stupides et graves, il doit des excuses aux Arabes et aux musulmans, de France et d’ailleurs. Il faut d’abord dissiper tout malentendu : si l’on écoute in extenso son interview sur Europe 1, Manuel Valls ne parle pas d’une guerre entre une civilisation occidentale et une civilisation islamique. Au contraire, il dit que "ce n’est pas une guerre entre l’Occident et l’islam". Néanmoins, très stupidement après avoir fait cette distinction légitime, il a également déclaré, dans la même interview, ceci : "Nous ne pouvons pas perdre cette guerre parce que c’est au fond une guerre de civilisation. Une expression néoconservatrice L’expression "guerre de civilisation" n’est pas du tout idéologiquement neutre. Du racisme à vocabulaire pseudo-culturel. VIDEO. Christiane Taubira ironise les "sentiments contrariés" du député Eric Ciotti. POLITIQUE - La guerre que mène le député Eric Ciotti (Les Républicains) contre la ministre de la Justice Christiane Taubira a connu un nouvel épisode ce mardi 23 juin à l'Assemblée nationale.

Mais le bras de fer a cette fois-ci tourné à l'avantage de la garde des Sceaux qui a su habilement mettre les rieurs de son côté. Adversaire résolu de Christiane Taubira dont il dénonce régulièrement le "laxisme" depuis sa nomination place Vendôme, le parlementaire des Alpes-Maritimes a profité des Questions au gouvernement pour s'en prendre une nouvelle fois à l'élue guyanaise. "Que cherchez-vous? Jusqu’où voulez-vous aller? ", lui a-t-il lancé en accusant la ministre de provoquer sciemment Manuel Valls pour mieux négocier sa nomination à la présidence du Conseil constitutionnel. Plutôt que de répondre sur le fond aux attaques de ce proche de François Fillon, la ministre de la Justice a opté pour l'humour. "J'avoue que malgré ces années passées, vous conservez pour moi quelque chose de mystérieux.

La place des femmes et des jeunes en politique selon Michel Sapin. La déclaration est courte, elle aurait pu passer inaperçue au milieu de la longue interview de Michel Sapin ce 21 décembre sur France Inter. Mais elle résume à elle-seule l'idée que semble se faire le ministre du renouvellement en politique et de la place "des femmes et des jeunes" dans ce renouvellement. Dans la bouche de Michel Sapin, les voici bons à parler dans le vide, un soir d'élection compliquée, pendant que les ténors des partis s'occupent, eux, des choses sérieuses : faire les comptes et démêler la situation politique.

Une blague ? Non, Michel Sapin. Reprenons. Peu avant 8h20 ce lundi, le journaliste Anthony Bellanger décrypte la situation en Espagne avec l'émergence de deux jeunes partis, Podemos et Ciudanos, et remarque qu'à la télévision espagnole, la veille au soir, il ne "connaissait aucun des intervenants, qui en plus étaient tous des femmes, et toutes avaient moins de 40 ans" . - France Inter : Vous voulez dire que dans ces cas-là on envoie les femmes et les jeunes ? Vu du Royaume-Uni. Fabius, symbole de ces éternelles élites françaises. Le ministre français des Affaires étrangères, dans la course depuis quarante ans, est un symbole parfait du manque de renouvellement de la classe politique dans l’Hexagone. C’est l’une des raisons principales qui expliquent le vote FN, observe ce journaliste britannique.

Si vous voulez comprendre pourquoi 6 millions d’électeurs français en rogne ont apporté leur soutien aux candidats du Front national lors des élections régionales (et feront de même à la prochaine occasion), penchez-vous sur la carrière de Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, qui a présidé le sommet sur le changement climatique à Paris. Vous n’avez jamais entendu parler de lui ?

Je suis sûr que si, mais votre oubli est pardonnable. Retournez un instant au milieu des années 1980, quand Margaret Thatcher se démenait contre les mineurs. Michael White Article réservé aux abonnés Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à Courrier international Abonnez-vousDéjà abonné ?

Didier marie

Affaire Morelle. « Visible », « influente »... et si la députée Karine Berger avait raison ? Karine Berger à Paris, le 27 juin 2012 (ERIC BAUDET/JDD/SIPA) Dans une interview désormais culte au journal La Provence, la députée PS Karine Berger se considère comme « l’un des députés les plus visibles ». C’est certainement le cas depuis la publication de cette interview qui a déclenché l’hilarité générale, notamment sur les réseaux sociaux. La députée des Hautes-Alpes, également secrétaire nationale du PS à l’économie, se livre en effet à une autocélébration sans retenue, avec la bienveillance de son interviewer qui lui pose des questions aussi déstabilisatrices que : « Vous bénéficiez d’une grande notoriété et vous apparaissez comme une interlocutrice privilégiée des médias.

Comment prenez-vous cette surexposition ? » C’est d’ailleurs dans la réponse à cette question qu’on se demande si Karine Berger a encore un vague souvenir des notions de doute ou d’humilité : « Effectivement, je suis l’un des députés les plus visibles. Ce qu’elle dit est loin d’être délirant Pas besoin d’en rajouter. "La France humiliée" : Taubira répond à la tribune de Sarkozy - 21 mars 2014. Invité de 8H10. Les diplômes usurpés de Jean-Christophe Cambadélis. A Cannes, Filippetti empêche Pellerin de monter les marches. La femme de Manuel Valls prise en flagrant délit de passe-droit.