background preloader

Presse écrite

Facebook Twitter

Notre fierté de vivre à Saint-Denis. Ce vendredi, le Figaro Magazine a choisi de consacrer sa une à Saint-Denis.

Notre fierté de vivre à Saint-Denis

En couverture, une photo montre, devant la basilique, deux jeunes femmes voilées dont le visage a été flouté. Le choix du titre, «Molenbeek-sur-Seine», fait référence à ce quartier bruxellois d’où venaient plusieurs auteurs des attentats du 13 Novembre. Un sous-titre ajoute : «A Saint-Denis, l’islamisme au quotidien.» Pour cette énième couverture sur le sujet, le propos est toujours le même : Saint-Denis, «Molenbeek français», territoire miné par les jihadistes, menace pour la France ; Saint-Denis, territoire de non-droit et de ségrégation, où prolifèrent terroristes, délinquants, marginaux.

De victime des attentats, notre ville serait devenue un vivier de recrues pour Daech ! Comment fabriquer de faux graphiques pour mieux défendre les prêtres pédophiles. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent C’est un graphique destiné à frapper les esprits, qui connaît un certain succès sur les réseaux sociaux depuis quelques semaines, notamment dans les sphères « ultracatholiques ».

Comment fabriquer de faux graphiques pour mieux défendre les prêtres pédophiles

Un cas d’école pour ce qui est de manipuler les chiffres. Sur la foi d’un rapport officiel dont l’adresse Internet est rappelée sous le graphe, l’idée est de montrer que les abus sexuels commis sur des enfants par des prêtres catholiques américains sont bien peu de chose, en nombre, par rapport à d’autres professions qui sont au contact d’enfants. 1. Un graphique qui circule depuis 2006 aux Etats-Unis Notre militant n’a pas été très loin pour trouver ce graphique. L’argumentaire est apparu à la même période sur plusieurs sites et blogs de cette même mouvance, comme LifeSiteNews.com. Sur Twitter, l’antisémite Jérôme Bourbon sort de l’ombre. Il est très difficile de prendre Jérôme Bourbon au sérieux.

Sur Twitter, l’antisémite Jérôme Bourbon sort de l’ombre

Le directeur de Rivarol, hebdomadaire d’extrême droite, est coquet au point d’avoir changé de nom : il utilise son deuxième prénom, qu’il préfère à Fabrice. Il est aussi paradoxal : il reçoit dans une tour du quartier chinois de Paris, dans un appartement-bazar rempli de bricoles, alors qu’il assure n’aimer ni les immigrés ni le désordre (mais les « beaux uniformes fascistes »). Il n’a pas la cohérence d’un Donald Trump qui vit dans les dorures. Ses idées sont si antisémites et caricaturales qu’elles ont l’air de ne pas exister. Aides à la presse: Valeurs Actuelles porte plainte devant la Commission européenne. "Charlie, ta couv sur Morano "trisomique" me blesse et elle est ratée"

Salut Charlie Hebdo.

"Charlie, ta couv sur Morano "trisomique" me blesse et elle est ratée"

Je te respecte énormément, tu sais. Je fais partie de ceux qui te lisaient déjà avant que toute la France devienne "Charlie". Je rigole à tes mauvaises blagues depuis pas mal de temps. Pourquoi nous n'avons pas publié la photo d'Aylan. Comment avons-nous pu, à Libération, ne pas publier la photo d’Aylan Shenu (d'abord appelé Aylan Kurdi par les médias turcs, avant que son véritable nom ne soit découvert), tout jeune enfant retrouvé mort noyé sur une plage turque ?

Pourquoi nous n'avons pas publié la photo d'Aylan

Depuis que la quasi-totalité de la presse anglaise et une partie de la presse européenne a mis la terrible photo en une, son absence des journaux français pose en effet question. Je ne peux répondre pour les confrères. Nous vous devons une explication, sans autoflagellation excessive. La réponse est malheureusement simple : nous ne l’avons pas vue. Pour être précis, ceux qui l’ont vue ont eu un mouvement de recul (la première image diffusée par les agences est un gros plan d’Aylan) ou n’ont pas tiré la sonnette d’alarme.

La photo d'Aylan absente à la une de la presse: une honte bien française? - Challenges.fr. Nous, journalistes français, faut-il que nous présentions nos excuses à la mémoire d’Aylan Kurdi, oubliée à la Une des journaux de notre pays?

La photo d'Aylan absente à la une de la presse: une honte bien française? - Challenges.fr

Partout dans le monde libre, la photo symbole, qui montre le corps d’un enfant syrien de trois ans mort en mer, victime de toutes les barbaries, s’affiche à la Une de la presse. Partout. Sauf en France. Un ratage national total. Aylan : comment la presse française est passée à côté de cette photo iconique. "The Guardian", "Bild", "El Pais"...

Aylan : comment la presse française est passée à côté de cette photo iconique

Jeudi 3 septembre, l'image bouleversante d'Aylan, petit migrant dont le corps a été rejeté par la mer après le naufrage de son embarcation, apparaît dans une pléiade de titres de la presse européenne. Ces unes de Time qui diabolisent les personnalités. PHOTO. Golshifteh Farahani pose nue en couverture d'Egoïste plusieurs années après avoir fui l'Iran. CINÉMA - En Iran, son pays natal, Golshifteh Farahani est considérée comme une rebelle depuis qu'elle est apparue sans voile dans le film "Mensonges d'Etat" de Ridley Scott avec Léonardo Di Caprio.

PHOTO. Golshifteh Farahani pose nue en couverture d'Egoïste plusieurs années après avoir fui l'Iran

Suite à la sortie du film en 2008, la comédienne s'est vue confisquer son passeport et a fini par s'exiler. Elle vit depuis quatre ans à Paris et pose aujourd'hui entièrement nue et "libre" en couverture de la revue Egoïste. Cette star du cinéma iranien (et la première à franchir les portes d'Hollywood depuis la révolution islamique de 1979) a accepté de poser pour le photographe de mode Paolo Reversi et la revue en noir et blanc Egoïste. Une façon pour Golshifteh Farahani , vue en décembre dans le film Exodus, de se "libérer" et de revendiquer sa liberté d'expression.

"Paris est le seul endroit de la planète où les femmes ne se sentent pas coupables, confie l'actrice dans les pages du magazine. Révélations sur deux journalistes du "Monde" : les méthodes de "Valeurs actuelles" dénoncées par "Libération" Les intouchables ? Une femme avec des formes généreuses à la Une de "Elle" Québec.