background preloader

Attentats 13nov

Facebook Twitter

La COP 21 en vidéo-blog. Naomi Klein : «Cette manifestation est un geste de défi» (20+) Une liberté attaquée par l’ennemi et restreinte par l’Etat. Je suis à Paris et je suis passée boulevard Beaumarchais, près du lieu de la tuerie de vendredi soir.

(20+) Une liberté attaquée par l’ennemi et restreinte par l’Etat

J’avais dîné à dix minutes d’une autre cible. Tous ceux que je connais sont sains et saufs, mais beaucoup de gens que je ne connais pas sont morts, ou traumatisés, ou en deuil. C’est choquant et horrible. Aujourd’hui, il y avait du monde dans les rues l’après-midi, mais personne le soir. Et ce matin, c’était très calme. D’après les débats qui ont eu lieu à la télévision publique immédiatement après les événements, il semble clair que «l’état d’urgence», bien que temporaire, annonce un Etat sécuritaire renforcé.

Et pourtant, tout bouffon qu’il est, c’est lui le chef des armées maintenant. On reproche aux commentateurs qui cherchent à faire la distinction entre les diverses communautés musulmanes et les multiples opinions politiques d’ergoter sur des nuances (1). Le deuil semble strictement limité au cadre national. . (1) En français dans le texte. La France se tromperait-elle d'ennemis? Depuis les massacres du 13 novembre dernier, le gouvernement français semble agir d'une façon chaotique qui pourrait à moyen-terme se révéler très dangereuse.

La France se tromperait-elle d'ennemis?

Et il n'est pas le seul, comme on l'a vu avec la Grande-Bretagne et bientôt l'Allemagne. Comme si devant l'expression d'une extrême violence, on n'avait de recours possible qu'une autre violence, démultipliée, multiforme, du type Tuez-les tous, Dieu saura reconnaître les siens, célèbre remarque de l'abbé Amalric quand il lança l'assaut contre les hérétiques de Béziers en 1204. Dans l'ivresse de réagir de façon à la fois précipitée et musclée histoire de rassurer une population paniquée, on a omis de poser les questions de base, à savoir 'Pourquoi? ' décliné sur toutes les formes possibles.

Pourquoi un attentat aussi meurtrier contre de jeunes Parisiens commis par leurs contemporains ? Même si aujourd'hui Bernard Cazeneuve évoque leur fermeture, le mal est fait. Www.womeninwar.org 3 décembre 2015. Les Maternelles - France 5. Les attentats de Paris pour les enfants (Spécial enseignants et parents) - Kaleidoscope Kids asbl. Attentats de Paris - Aider les enfants et les adolescents à comprendre. 16 novembre 2015 Pour vous aider à échanger avec vos enfants à propos des attentats du 13 novembre, qui nous ont tous saisis, les rédactions de nos magazines vous proposent des documents à télécharger gratuitement.

Attentats de Paris - Aider les enfants et les adolescents à comprendre

Ils vous permettront d’expliquer ces évènements dramatiques à de jeunes enfants, à des collégiens ou à des lycéens, avec des mots adaptés à chaque âge. Parents, éducateurs et enseignants, n’hésitez pas à partager ces ressources pour accompagner tous les enfants. Pour les petits à partir de 5 ans “Les très méchants ne devraient pas exister !” → Téléchargez l'article en cliquant sur ce lien “Que dire aux plus petits ?” → Lisez l'article sur le site du magazine Pomme d’Api en cliquant sur ce lien “Démocratie”, le magazine Youpi explique ce mot aux enfants dans sa rubrique “Des mots pour comprendre le monde”. → Téléchargez l'article en cliquant sur ce lien “Violence”, le magazine Youpi explique ce mot aux enfants dans sa rubrique “Des mots pour comprendre le monde.

Quels mots pour parler des attentats avec les enfants, à l’école ou à la maison ? France Info junior s’est rendu dans une classe de CM1-CM2 à Paris pour écouter et répondre aux questions des élèves, de retour à l’école après les attentats meurtriers de vendredi.

Quels mots pour parler des attentats avec les enfants, à l’école ou à la maison ?

Claude Halmos, psychanalyste spécialiste des enfants, répond à leurs questions. Il est 8 heures passées dans le nord-est de Paris, l'école du quartier a son allure de lundi matin : des cartables à roulettes qui se frayent un chemin, des parents avec poussettes qui déposent leurs plus grands, le brouhaha de cour de récré. Si on tend l’oreille pourtant, ce matin ne sonne pas comme un lundi ordinaire.