background preloader

La montée de l'économie collaborative ou ubérisation

Facebook Twitter

L'ubérisation est-elle une chance pour l'économie ? (animation Dessine-moi l'éco) De quoi l’« uberisation » est-elle le nom ? lemonde.fr. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé Les réseaux sociaux utilisent depuis quelques mois le terme d’« uberisation », un néologisme formé à partir du nom d’Uber, la fameuse société de transport californienne.

De quoi l’« uberisation » est-elle le nom ? lemonde.fr

Ils s’en gargarisent même depuis les incidents des derniers jours entre les taxis et les VTC (voitures de transport avec chauffeur) : Entre numérisation et paupérisation, que recoupe ce terme, qui sert d’étendard aux détracteurs de plusieurs réalités économiques ? Le tour du concept en 5 exemples. Les taxis Ce qui est critiqué : la précarisation Au-delà de leur cas personnel et des conséquences sur leur profession, les taxis dénoncent « la précarisation des chauffeurs » de VTC. . « Le capital détenu par la personne dont le revenu (et non le salaire) dépend de sa capacité à exploiter le réseau offert par les grandes entreprises présente un coût de portage, d’assurance et d’amortissement qu’il doit lui-même assumer – même en cas de baisse d’activité. »

Jusqu'où l'uberisation de la société va-t-elle aller ? capital.fr. A voir son siège parisien, un simple appartement de 200 mètres carrés perché au-dessus d'un vendeur de scooters dans le quartier du Sentier, on imagine mal que Creads puisse faire trembler les empereurs de la publicité.

Jusqu'où l'uberisation de la société va-t-elle aller ? capital.fr

«En France, Publicis et Havas se partagent le gâteau depuis trop longtemps. Il faut les bousculer !» , plastronne pourtant Julien Mechin, le cofondateur de cette start-up de 40 salariés. Pour riposter à l'uberisation de l'économie... lexpansion.lexpress.fr. Enfin elles se réveillent, enfin elles sortent du confort parfois centenaire de leur modèle et de leur pré carré, enfin elles révisent leurs organisations pyramidales, délicieusement fordistes. Enfin. Mais déjà trop tard ? Toutes ces entreprises traditionnelles, ces fleurons de l'économie, ont été prises de vitesse depuis moins d'un an par ces plateformes digitales aux effets radicaux sur la production et la distribution des services.

EPE - Economie collaborative et tourisme. L'âge du collaboratif. Qui n'a jamais été sollicité pour une campagne de financement participatif ?

L'âge du collaboratif

Qui ne s'est pas vu vanter par des proches la simplicité d'utilisation d'Airbnb pour ses vacances ou celle de BlaBlaCar pour un trajet longue distance ? L'explosion des pratiques collaboratives a révolutionné nos façons de consommer, de voyager ou de réaliser des projets. Le partage et le collaboratif semblent destinés à façonner le monde de demain. D'abord, parce que, prenant acte de la crise du modèle productiviste et de la remise en cause du paradigme de la croissance, nous sommes décidés à prendre les choses en main à notre échelle, à nous organiser pour faire ou construire nous-mêmes avec nos pairs. Ensuite, parce que nous n'attendons plus de l'Etat ou des partis politiques la proposition d'un projet visionnaire ou ambitieux. Mais avec un peu de recul, nous avons aussi un bon aperçu des menaces que l'économie collaborative amène avec elle en matière fiscale et sociale. Observatoire de l'Uberisation.

A moins que vous ayez vécu reclus (mais heureux !)

Observatoire de l'Uberisation

Auprès d’une meute de loups sibériens durant ces six derniers mois, vous n’avez pu échapper à la déferlante Uber et à sa très médiatique et débattue apparition sur le sol français… Uber, c’est cette entreprise venue de Californie et qui a peu à peu investi l’Europe, jusqu’à devenir leader d’un nouveau type de service : le taxi entre particuliers. L’arrivée d’Uber en France a fait l’effet d’une bombe, vivement critiquée mais également révélatrice de ce que devient notre société : celle d’un monde où les règles économiques que nous connaissons se fissurent, et où salariat et industrie laissent doucement place à débrouille, économie alternative et auto-entrepreunariat.

Et si l’on assistait à une Uberévolution ? Le cas Uber Difficile, pour le moment, de savoir quels sont les retentissements réels d’une affaire comme celle d’Uber sur notre économie et notre façon de vivre. Des difficultés pour les locaux pour trouver un logement : la faute à Airbnb? Home » Destination » » Londres et airbnb à la lutte contre les abus de la location touristique Le prestigieux Times révèle une enquête sur les logements locatifs dans de grandes villes touristiques en prenant pour exemple Londres et Barcelone.

Des difficultés pour les locaux pour trouver un logement : la faute à Airbnb?

Celle-ci montre les conséquences qu’a engendré la montée en puissance des locations touristiques provenant de plates formes type AirBnb ou HomeAway. Certaines villes et entreprises réagissent. Pour ou contre Airbnb. New York bouillonne, Berlin l’interdit, Paris l’encadre, les hébergeurs classiques ne peuvent plus l’encadrer.

Pour ou contre Airbnb

Qui est-ce ? Airbnb bien sûr. La plate-forme de location en ligne n’en finit pas de faire parler d’elle. Manne pour les uns, concurrence déloyale pour les autres, le problème n’est pas si simple qu’il n’en a l’air, et pose plus largement la question des droits et devoirs d’une économie collaborative (ou pas !) Bernard Boutboul s'exprime à propos de l'économie collaborative. Faut-il avoir peur de l'ubérisation en hôtellerie-restauration ? Ubérisation : le secteur de la restauration s'insurge contre les "restaurants clandestins" Les cuistots amateurs qui invitent d'autres particuliers à venir partager un repas moyennant finances s'affranchissent des obligations qui incombent à la restauration.

Ubérisation : le secteur de la restauration s'insurge contre les "restaurants clandestins"

Un nouveau secteur est en train de réaliser qu'il va se faire ubériser, celui de la restauration. Le Synhorcat, syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs, s'est ému le 4 septembre dans un communiqué des "3 000 restaurants clandestins" qui, grâce à Internet, s'affranchissent de toute obligation réglementaire ou fiscale s'appliquant à la restauration professionnelle. L'Uberisation de l'hôtellerie - Hospitality Insiders. Airbnb – Bienvenue à la maison Airbnb, vous connaissez ?

L'Uberisation de l'hôtellerie - Hospitality Insiders

Vous en avez forcément entendu parler car aujourd’hui l’entreprise est milliardaire et Paris par exemple possède plus de 50 000 hébergements disponibles via son site internet. Le concept ? Permettre à des propriétaires de louer ponctuellement leur appartement à des particuliers afin d’arrondir leurs fins de mois. Airbnb : le triomphe de l'hôtelier sans hôtels. Si vous passez à San Francisco prochainement et cherchez un lit sur Airbnb, vous tomberez peut-être sur l'annonce de Brian.

Airbnb : le triomphe de l'hôtelier sans hôtels

Pour 40 dollars la nuit, ce designer de 33 ans vous propose son joli canapé bleu. Les 114 commentaires postés sous l'annonce sont enthousiastes. «L'appartement est très confortable, raconte Ron, de New York. Avec sa copine, ils m'ont même invité à leur séance de yoga. » Sympa ce Brian, surtout quand on sait qu'il est le cofondateur et P-DG de la première plate-forme mondiale de location de logements entre particuliers. Imaginerait-on Vincent Bolloré nous emmener en vacances dans son Autolib'? Ces dernières semaines, le jeune patron a toutefois manqué de temps pour accueillir ses hôtes. Airbnb : le business ultrarentable de la location de logements entre particuliers. Les trois fondateurs du site de location de logements entre particuliers sont assis sur un joli petit matelas... de dollars.

Airbnb : le business ultrarentable de la location de logements entre particuliers

Pourtant, le chemin a été sinueux de l'intuition de départ au business ultrarentable d'aujourd'hui. Récit d'une success story. Automne 2007. Brian Chesky partage un appartement à San Francisco avec Joe Gebbia, qu'il a rencontré à l'école de design de Rhode Island. Il a monté une petite agence de design qui vivote, son colocataire, lui, pointe au chômage. Du blé avec les céréales. Les dessous de l’hébergement collaboratif [Rapport] Dérivé de l’économie de partage, l’hébergement collaboratif s’est fait une place dans l’industrie du tourisme. Si la notion de partage reste pour certains au coeur du concept, d’autres en ont fait une véritable profession. Mais le brouillard réglementaire qui l'entourait est en train de se dissiper, et les législations de se durcir... L’hébergement collaboratif n’en reste pas moins une nouvelle offre qui trouvera sans doute à terme sa place sur le marché. Hospitality ON a mené l'enquête sur ce nouveau format : panorama des acteurs majeurs, analyse de la professionnalisation de l'industrie, et contextes juridiques et fiscaux applicables sur les principales destinations européennes.

Enquête économique collaborative. Les contradictions d'Airbnb. La plate-forme de location d'appartements ou de chambres entre particuliers soulève de multiples questions. Devinette : quelle est la principale chaîne hôtelière à Paris ? Accor ? Louvre Hôtels ? Hébergements collaboratifs : quelles règlementations en Europe ? Baléares - Déclaration préalable : Pour les appartements, interdiction totale de commercialisation pour un usage "touristique", mais peuvent être mis en location "occasionnelle" (=formulation contractuelle, les mots-clés et canaux de distribution "touristiques" étant interdits). Pour les maisons: déclaration, inscription au registre touristique régional, déclaration de responsabilité et certificat d'habitabilité obligatoires.

Frais de dossier pour autorisation 24€/chambre. Location partagée interdite. Possibilité des copropriétaires d'interdire toute location occasionnelle (baux < 3 ans) - Durée maximale : aucune - Capacité maximale : 6 chambres, 12 personnes - Obligations d'information : affichage de la catégorie, du numéro unique d'enregistrement, du prix public, des heures d'arrivée/départ. Hospitality ON - Comment appréhendez-vous l’économie collaborative ? Hébergements alternatifs: l'hôtellerie en voie d'ubérisation ? Hôtel : Faut-il être présent sur AirBnB ? (édito lhotellerie-restauration.fr) Hôtel : faut-il être présent sur AirBnB ? (article + complet) Ubérisation, une nouvelle opportunité pour les marques ? (voir vidéo interview Accor)

L’arrivée d’entreprises innovantes et disruptives comme Uber oblige les acteurs traditionnels des secteurs concernés à se réinventer. Comment les hôtels se réinventent face à Airbnb et Booking. Le PDG d’AccorHotels installe un « comex fantôme » issu de la génération Y Comment rester dans la course face à la concurrence d’acteurs comme Airbnb ou Booking ? « 80 % de toutes les entreprises digitales ont été créées par des personnes âgées de moins de 35 ans, quand 90 % des décisions sont prises par les plus de 50 ans chez AccorHotels », constate Sébastien Bazin, le PDG du groupe hôtelier (en photo ci-dessus).

Début février, il a annoncé une mesure originale : la mise en place d’un « shadow comex », selon son expression. Autrement dit un « comité exécutif fantôme », composé de salariés de moins de 35 ans. Cette instance se réunira une fois par mois pour apporter au comité exécutif la vision de collaborateurs appartenant à la génération Y. « Plus aucune décision ne sera prise sans leur demander leur avis », assure le PDG, qui s’est engagé à leur transmettre toutes les informations dont il dispose, qu’elles soient financières, juridiques ou concernent l’actionnariat. Comment rivaliser avec Airbnb ? AhTop veut lutter contre l'opacité de l'économie collaborative.

Armotour en guerre contre l'ubérisation de l'hébergement touristique.