background preloader

Social Bookmarking

Facebook Twitter

Les sites de bookmarks partagés (ou bookmarking social) ou une fonctionnalité de ce type implémentée dans un espace privé (plateforme, intranet...) permettent de mettre en ligne ses marques pages et de les partager avec tout le monde ou seulement quelques personnes.


Si l'on s'entend sur les tags associés à ces marques pages et si on les accompagne de commentaires, on peut même parler de partages de connaissances. Social bookmarking. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Partage. Dans un système ou réseau de bookmarking social, les utilisateurs enregistrent des listes de ressources Web qu’ils trouvent utiles. Ces listes sont accessibles aux utilisateurs d'un réseau ou site web. D’autres utilisateurs ayant les mêmes centres d’intérêt peuvent consulter les liens par sujet, catégorie, étiquette ou même de façon aléatoire.

En dehors des favoris Web, on peut trouver d’autres services spécialisés sur un sujet particulier (alimentation et vins, livres, vidéos, commerce en ligne, cartographie...). Historique[modifier | modifier le code] Le concept de listes de signets partagées en ligne date d’avril 1996 avec l’apparition du site itList.com[1]. En 2005 et 2006, les sites de bookmarking social, tels que Delicious, StumbleUpon ou encore Mister Wong sont devenus populaires. Fonctionnement[modifier | modifier le code] Notification automatique[modifier | modifier le code] List of social bookmarking websites.

Wikimedia list article Defunct sites[edit] See also[edit] Notes and references[edit] Web sémantique. Logo du W3C pour le Web sémantique Le Web sémantique, ou toile sémantique[1], est une extension du Web standardisée par le World Wide Web Consortium (W3C)[2]. Ces standards encouragent l'utilisation de formats de données et de protocoles d'échange normés sur le Web, en s'appuyant sur le modèle Resource Description Framework (RDF). Le web sémantique est par certains qualifié de web 3.0 . Alors que ses détracteurs ont mis en doute sa faisabilité, ses promoteurs font valoir que les applications réalisées par les chercheurs dans l'industrie, la biologie et les sciences humaines ont déjà prouvé la validité de ce nouveau concept[5].

L'article original de Tim Berners-Lee en 2001 dans le Scientific American a décrit une évolution attendue du Web existant vers un Web sémantique[6], mais cela n'a pas encore eu lieu. En 2006, Tim Berners-Lee et ses collègues ont déclaré : Cette idée simple… reste largement inexploitée.[7] Histoire[modifier | modifier le code] — Tim Berners-Lee, Weaving the Web[13] Marque-page (informatique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En informatique, le terme marque-page (en anglais bookmark) est employé de façon similaire aux marque-pages utilisés avec les livres pour retrouver la page à laquelle la lecture avait été interrompue.

On les retrouve principalement dans les logiciels de traitement de texte ou pour la navigation internet. Le marque-page des traitements de texte est la version électronique du marque-page papier expliqué ci-dessus. Il s'agit d'une fonctionnalité permettant de garder en mémoire le numéro de page désiré afin de pouvoir y accéder ultérieurement. Une fonctionnalité équivalente existe pour certains environnements de développement intégré qui permet de marquer une ligne du code source afin de pouvoir y accéder ultérieurement. Propriété d'un marque-page du logiciel Mozilla Firefox. Comparatif sur Clubic Portail de l’informatique. Les meilleurs outils de bookmarking. Petit article comme j'en fais que trop rarement autour des outils. Je parle souvent ici d'usages, de stratégie, de démarches, de bonnes et mauvaises pratiques, de décryptage de certaines tendances. Donc j'ai décidé aujourd'hui de donner la part belle aux outils de bookmarking.

Mais si vous savez, ces outils sur lesquels vous vous êtes inscrits et que vous ne pensez que trop rarement à consulter pour y retrouver vos favoris préférant encore trop souvent utiliser l'onglet Favoris ou Marque-pages de votre navigateur Internet. Pearltrees : le frenchy Pour autant, nul doute qu'avec la densité de contenus et de types de source, il devient de plus en plus urgent d'utiliser avec une certaine productivité un outil de bookmarking. Del.icio.us : le leader ? Des solutions, il en existe d'autres avec un leader Del.icio.us qui tend à se tailler la part du gâteau mais qui souffre aujourd'hui d'une concurrence de plus en plus accrue et surtout d'un certain désintérêt de la part de Yahoo! Entretenez et synchronisez une unique base de favoris. Diigo : un outil de gestion de signets.

Diigo - Web Highlighter and Sticky Notes, Online Bookmarking and Annotation, Personal Learning Network. Diigo. Delicious. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nom de domaine de del.icio.us n'est pas du tout dû au hasard puisqu'il s'agit en fait d'un jeu de mots. Il faut lire : delicious (délicieux en français). Présentation[modifier | modifier le code] On peut créer aussi des « tag clouds » ou nuages de mots clefs spécifiques à l'ensemble de vos signets. Il est possible d'enregistrer un compte personnel pour pouvoir retrouver ses marques-pages depuis n'importe quel poste connecté à Internet et ce gratuitement. Delicious utilise un système de classification non-hiérarchique dans lequel les utilisateurs peuvent enregistrer chacun de leurs marque-pages avec des mots clés qu’ils choisissent eux même (générant un genre de « folksonomie »).

Propriétaire[modifier | modifier le code] Delicious a été racheté le par Yahoo!. Le , Techcrunch annonce la fermeture du site par Yahoo[1], rapidement démenti par le site après un tollé sur la toile. Voir aussi[modifier | modifier le code] Web 2.0 Portail d’Internet. Entretenez et synchronisez une unique base de favoris : Del.icio.us : indigeste, mais incontournable. Around pearltrees. Réseaux de bookmarking. Gestionnaire de favoris. Mémoriser et synchoniser ses favoris. Xmarks | Bookmark Sync and Search.

Système de recommandation. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les systèmes de recommandation sont une forme spécifique de filtrage de l'information (SI) visant à présenter les éléments d'information (films, musique, livres, news, images, pages Web, etc) qui sont susceptibles d'intéresser l'utilisateur. Généralement, un système de recommandation permet de comparer le profil d'un utilisateur à certaines caractéristiques de référence, et cherche à prédire l'« avis » que donnerait un utilisateur. Ces caractéristiques peuvent provenir de : l'objet lui-même, on parle « d'approche basée sur le contenu » ou content-based approach,l'utilisateur,l'environnement social, on parle d'approche de filtrage collaboratif ou collaborative filtering. Résumé[modifier | modifier le code] Lors de la construction du profil de l'utilisateur, une distinction est faite entre les formes explicites et implicites de collecte de données : Exemples de collecte explicite de données explicites : Exemples de collecte implicite de données :

StumbleUpon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. StumbleUpon est un système de recommandation gratuit permettant de découvrir des page web en fonction de vos intérêts, de vos habitudes de navigation et des commentaires des autres utilisateurs. Cette nouvelle façon de parcourir le web permet de découvrir de nombreux sites et contenus que vous n'auriez jamais rencontrés avec une navigation traditionnelle. De par sa nature collaborative (ajout de pages par les utilisateurs, retours de ceux-ci sur la qualité des pages) le service StumbleUpon est donc un service Web 2.0. Le service est accessible sous différentes formes : Les pages ajoutées sont taggées par trois mots-clés par personne (facultatif) et une appréciation de type « j'aime » ou « ce n'est pas pour moi » (facultatif, mais évite de retomber sur la page et permet de définir ses goûts avec plus de précision). Fonctionnement[modifier | modifier le code] Le principe de fonctionnement repose en plusieurs étapes : Quelques fonctionnalités :

Digg. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Digg est un site web communautaire qui a pour but de faire voter les utilisateurs pour une page web intéressante et proposée par un utilisateur. Typique du phénomène « Web 2.0 », il combine social bookmarking, blog et syndication. Il dispose de plusieurs catégories telles que Politique, Divertissement, Vidéos et Technologie. Les nouveaux articles et les sites web soumis par les utilisateurs sont notés par d'autres utilisateurs. Si une proposition remporte le succès nécessaire, elle est affichée sur la page d'accueil.

Histoire[modifier | modifier le code] Digg a été lancé par Kevin Rose, Owen Byrne, Ron Gorodetzky et Jay Adelson, comme une expérience, en novembre 2004. . « Nous avons commencé à travailler sur le développement du site dès octobre 2004 » précise Kevin Rose[trad 1],[1] David Prager, un ami de Kevin Rose, voulait appeler le site Diggnation, mais Kevin souhaitait un nom plus simple et facile à retenir. Digg - What the Internet is talking about right now.