background preloader

Qlques trucs

Facebook Twitter

▶ On a retrouvé la mémoire de l'eau. 2014 - Luc Montagnier. La (R)évolution des Colibris. Cyril & Mélanie presents Demain le film. The project There will be a full English version of the film.

Cyril & Mélanie presents Demain le film

The Kiss Kiss Bank Bank system only allows one video to cover the French and English versions of the campaign page, so we had to subtitle it! An big thanks to everyone who has been contributing to project, to the many people who are behind us, encouraging us and telling us how necessary this film is. We are very touched, amazed and greatly strengthened by all of this positive energy. On May 27th we launched this campaign because we needed to start filming, and we had to supplement the financing we hoped to receive from our film and television partners.

We’re finding out just how deeply the subjects we’re trying to explore (societal change, ecology…) resonate with people, in a time when we’re seeing our democracies, economies and ecosystems shaken by increasingly serious crises. We’ve been getting lot of questions, asking if it’s possible to keep sending contributions. Cyril & Mélanie We get back on the road. J. Why fund it? "L’écologie, c’est du bon sens !" Changer la France ou... Ces derniers mois (ou sont-ce des années ?)

Changer la France ou...

, il ne se passe pas une journée sans que je sois effaré par la marche de notre pays sur la tête. Et je ne parle même pas du reste du monde. Impression d’être cerné par les abrutis et les mafieux, les perfides, les malhonnêtes à la petite semaine, les notables adipeux étouffant de suffisance dans leurs costumes d’élus trop serrés. Je tombe à chaque fois de haut, jour après jour, me demandant jusqu’où s’arrêteront-ils, comme disait l’autre (Coluche) qui a bien fait de partir tôt parce qu’il serait effaré du monde tel qu’il est trente ans plus tard.

Les mains salies par les affaires qui s’empilent de page en page sur mon journal usé, je me dis alors qu’on ne peut pas rester comme ça à regarder le bateau couler depuis le pont principal en jouant de la musique funèbre… On sait où ça mène. Impuissance générale, par où commencer ? Vas-y, rentre en politique, tu vas où ? Pfff… Ou alors je rejoins un parti sympa, nouveau ? T’es un beatnik je te dis. Lâchez-nous avec la valeur travail ! Voici venu le temps des contradictions.

Lâchez-nous avec la valeur travail !

Entre les discours sur le travail que vous - élus, dirigeants, syndicats, prétendants au pouvoir - proférez et les preuves objectives, un gouffre s'est creusé. Les tâches les plus variées nous échappent chaque jour au profit des machines, et pourtant vous érigez encore l'emploi en garant de tous nos droits - santé, vieillesse, citoyenneté - et de notre bonheur. Vous affirmez que le travail est la voie de conquête de notre liberté et de notre indépendance. Nous constatons que les conditions du travail s'améliorent uniquement pour une mince couche de super héros.

Tout peut être compris. Ou « Passer outre la frontière de l’intelligence » Le monde est fondamentalement simple mais nous sommes souvent trop pressés pour prendre le temps de le comprendre.

Tout peut être compris

Depuis tout petit, j’ai horreur de ne pas comprendre quelque chose, de ne pas trouver la logique. Pourquoi ne voit-on pas les anges et le paradis lorsqu’on vole en avion ? Comment fait le père Noël pour déposer un cadeau malgré le poêle à bois ? Pourquoi est-ce qu’on ne sent pas le poids d’un avion quand il passe au-dessus de nous vu qu’on m’a expliqué que les ailes permettaient à l’avion de s’appuyer sur l’air ? Oui, je me posais toutes ces questions. C’est devenu une démarche logique, un questionnement continu qui berce le quotidien au point d’en devenir un réflexe.

Ce n’est que très récemment que j’ai découvert, avec effroi, que cette façon de penser était très loin d’être répandue. Or, si il est certain que nous ne sommes pas complètement égaux, nous avons tous des capacités, souvent atrophiées mais néanmoins présentes.