background preloader

Darwinisme social et néolibéralisme

Facebook Twitter

Darwinisme social. L'effet Darwin - Patrick Tort. La cause : Domination et Pouvoir. Homo æqualis. Capitalisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Capitalisme

Le capitalisme est un concept à la fois économique, sociologique et politique. Caractérisant un système s'appuyant sur la propriété privée des moyens de production, sa définition donne lieu à des variations dans l'espace et dans le temps, et en fonction des sensibilités politiques des personnes qui emploient le terme. Libéralisme économique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Libéralisme économique

Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}. Les partisans du libéralisme économique se rangent en deux grandes familles. Pour les libéraux classiques (Locke, Turgot, Smith ou Condillac), le libéralisme économique est l'application au domaine économique des principes fondateurs du libéralisme : liberté, responsabilité, propriété. Néolibéralisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Néolibéralisme

Le terme de néolibéralisme désigne aujourd'hui un ensemble multidimensionnel d'analyses d'inspiration libérale – ou supposées telles – qui partagent un socle d'idées communes : de façon critique : la dénonciation du développement excessif de l'État-providence dans les pays développés après 1945 et de l'accroissement des interventions publiques dans l'économie[1].de façon positive : la promotion de l'économie de marché au nom de la liberté de l'individu et de l'efficacité économique ; La signification du mot « néolibéralisme » a beaucoup varié au cours du temps : le terme n'est pas du tout consensuel et son utilisation requiert une grande prudence, tant il a oscillé entre différentes significations : Lorsqu’il apparaît, en 1844, le terme désigne – de manière assez générale – une forme de libéralisme qui admet une intervention limitée de l'État[3].

Milton Friedman. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Milton Friedman

Pour les articles homonymes, voir Friedman. Photographie représentant Milton Friedman. Milton Friedman a inauguré une pensée économique d'inspiration libérale dont les prescriptions s'opposent de front à celle du keynésianisme. En réponse à la fonction de consommation keynésienne, il développa la théorie du revenu permanent. Avec cette théorie et l'introduction du taux de chômage naturel, Friedman remet en cause le bien-fondé des politiques de relance qui, pour lui, ne peuvent que provoquer de l'inflation contre laquelle il faut lutter. Ses idées se diffusèrent progressivement et furent prises en compte par les milieux politiques dans les années 1980, influençant profondément les mouvements conservateurs et libertariens américains.

Capital humain. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Capital humain

Le capital humain est l'ensemble des aptitudes, talents, qualifications, expériences accumulés par un individu et qui déterminent en partie sa capacité à travailler ou à produire pour lui-même ou pour les autres[1]. Histoire du concept[modifier | modifier le code] Le concept de « capital humain » est développé pour la première fois en 1961, par l’économiste américain Theodore Schultz qui l’exprime en ces termes : « Alors qu’il apparaît évident que les individus acquièrent des savoir-faire et des savoirs utiles, il n’est pas si évident que ces savoir-faire et savoirs constituent une forme de capital [et] que ce capital soit pour une part substantielle le produit d’un investissement délibéré. » À partir de 1965, Gary Becker approfondit le concept et le vulgarise, obtenant en 1992 le prix Nobel d’économie pour son développement de la théorie du capital humain. Aristocratie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aristocratie

Pour les rois d'Arcadie, voir Aristocrate Ier et Aristocrate II Le terme aristocratie (en grec : aristos : meilleur, excellent, et kratos : le pouvoir, l'autorité : gouvernement des meilleurs) désigne : une forme de gouvernement dans laquelle le pouvoir est officiellement détenu par une élite (parfois par une caste, une classe, une famille, ou bien une élite intellectuelle) ; à ne pas confondre toutefois avec le système politique oligarchique ;les membres de cette classe que ce soit les nobles, les notables ou tout autre forme d'élite, telle la nomenklatura. Oligarchie.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Oligarchie

Une oligarchie (du grec ancien ὀλιγαρχία / oligarkhía, dérivé de ὀλίγος / olígos (« petit », « peu nombreux »), et ἄρχω / árkhô (« commander »)) est une forme de gouvernement où le pouvoir est réservé à un petit groupe de personnes qui forment une classe dominante[1]. Ploutocratie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ploutocratie

La ploutocratie (du grec ploutos : richesse ; kratos : pouvoir) consiste en un système de gouvernement où l'argent constitue la base principale du pouvoir[1]. Définition[modifier | modifier le code] La ploutocratie est un régime politique où les plus riches sont au pouvoir. C'est un régime proche de l'oligarchie mais qui a pour particularité de sélectionner les rares décideurs sur le seul critère de leur richesse. Aujourd'hui on utilise ce terme pour dénoncer les dérives des démocraties où les lobbies (souvent des multinationales) influent fortement sur le texte des lois.

Régimes similaires[modifier | modifier le code] Les suffrages censitaires, c’est-à-dire exigeant une contribution minimale (cens) aux finances publiques, sont très fréquents dans l’Histoire. Charity corruption. Justice corruption. BONUS : dossiers associés ==> Notions et interrogations | de la crise ? Économie de Prédation, Domination. Esprit dualiste et conditionné. Personne et egoisme.

La tête dans le guidon (pervers narcissique)