background preloader

Baruch Spinoza

Facebook Twitter

La philosophie de Spinoza. Spinoza, philosophe de la nature et des passions humaines De Baruch de Spinoza (1632-1677) est un philosophe hollandais.

La philosophie de Spinoza

Spinoza, rejetant toute transcendance divine, identifie Dieu et la Nature. La sagesse est amour intellectuel du vrai Dieu, immanent au réel. Spinoza est considéré par les historiens de la philosophie comme un cartésien, autrement dit un disciple de Descartes. Spinoza et la méthode géométrique : Immanence. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Immanence

Perspective de l'immanence[modifier | modifier le code] La pensée de l'immanence ou de la transcendance de Dieu a divisé les philosophes médiévaux, néo-platoniciens d'après Augustin d'Hippone, ou aristotéliciens d'après Albert le Grand et Thomas d'Aquin. Le symbole de Chalcédoine affirme que le Christ est consubstantiel à l'homme selon l'humanité : cette immanence engage le Saint-Esprit et permet la prière. » Ni rire, ni pleurer mais comprendre. Spinoza. « La plupart de ceux qui ont parlé des sentiments et des conduites humaines paraissent traiter, non de choses naturelles qui suivent les lois ordinaires de la Nature, mais de choses qui seraient hors Nature.

» Ni rire, ni pleurer mais comprendre. Spinoza.

Mieux, on dirait qu'ils conçoivent l'homme dans la Nature comme un empire dans un empire. Car ils croient que l'homme trouble l'ordre de la Nature plutôt qu'il ne le suit, qu'il a sur ses propres actions une puissance absolue et qu'il n'est déterminé que par soi. Et ils attribuent la cause de l'impuissance et de l'inconstance humaines, non à la puissance ordinaire de la Nature, mais à je ne sais quel vice de la nature humaine: et les voilà qui pleurent sur elle, se rient d'elle, la méprisent ou, le plus souvent, lui vouent de la haine; qui sait avec plus d'éloquence ou de subtilité accabler l'impuissance de l'esprit humain passe pour divin. Je veux donc revenir à ceux qui préfèrent haïr ou railler les sentiments et les actions des hommes, plutôt que de les comprendre. Partager :

Les passions tristes

Plaisir. Éthique (Spinoza) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Éthique (Spinoza)

Éthique (en latin Ethica Ordine Geometrico Demonstrata ou Ethica More Geometrico Demonstrata) est une œuvre en cinq parties du philosophe hollandais Spinoza rédigée en latin entre 1661 et 1675, publiée à sa mort en 1677, et interdite l'année suivante. Il s'agit sans doute de son ouvrage le plus connu et le plus important : son impact, entre autres sur les penseurs français, va grandissant depuis les années 1930. Cet ouvrage important est d'un abord difficile pour un lecteur mal averti, ou qui en entreprendrait simplement une lecture cursive. Il n'est en effet pas rédigé comme un essai mais plutôt comme un traité mathématique. Comme le titre de l'œuvre l'annonce, l'Éthique est « more geometrico demonstrata », c'est-à-dire « démontrée suivant l'ordre des géomètres ».

Roger Scruton confirme cette difficulté d'accès lorsqu'il écrit : — (Roger Scruton, Spinoza (1998), Seuil, 2000, p.14) Roger Scruton écrit ainsi : I / Ce qu'est Dieu (prop. 1 à 15) "Se prendre pour un empire dans un empire" - Spinoza. » Pourquoi la guerre entre Etats n’entraîne-t-elle pas de facto le chaos et l’anarchie? Carl Schmitt. Dans l’article précédent, je me demandais pourquoi l’état de nature entre les Etats n’est pas comme l’état de nature entre les individus, un état invivable contraignant les hommes à en sortir en instituant les conditions juridico-politiques d’un dépassement de la guerre.

» Pourquoi la guerre entre Etats n’entraîne-t-elle pas de facto le chaos et l’anarchie? Carl Schmitt.

Si tel était le cas, on pourrait en effet espérer une solution au problème de la guerre. Car il est vain d’en fonder la possibilité sur la capacité morale des hommes. Ce n’est pas celle-ci qui détermine massivement leur conduite, pas davantage la conscience de leur intérêt bien compris. Mais il est permis de croire que la nécessité vitale peut obtenir d’eux des miracles.

Voilà pourquoi, Kant considérait que s’il doit y avoir une solution à la guerre, celle-ci ne pourra qu’être extorquée par la détresse dans laquelle une guerre particulièrement dévastatrice plongera l’humanité entière. Les analyses de Carl Schmitt sur ce point m’ont paru très éclairantes. «Le Jus publicum europaeum.

Podcasts

Livres.