background preloader

Ecologie

Facebook Twitter

En France, 100 % d'électricité renouvelable n'est pas plus coûteux que le nucléaire. Une étude pilotée par l'Ademe conclut qu'un scénario « 100 % électricité verte » est possible en France, à un coût comparable à celui d'un mix conservant 50 % de nucléaire. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir C'est un véritable brûlot que vient, à son corps défendant, d'allumer l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), établissement public placé sous la tutelle des ministères de l'écologie et de la recherche. Une étude, qu'elle a commandée et pilotée, conclut qu'à l'horizon 2050, la France pourrait tirer la totalité de son électricité de ressources renouvelables, sans nucléaire.

Et cela, à un coût comparable à celui de l'atome. La présentation de ce document avait été déprogrammée d'un colloque organisé les 14 et 15 avril à Paris, l'agence expliquant qu'il « n'était pas finalisé » et qu'il serait rendu public dans les prochains mois. Lire : Le scénario escamoté d’une France « 100 % énergies renouvelables » Trois fois la demande « Ouvrir le débat » 5 règles pour se lancer dans la vie « zéro déchet » Fin novembre dernier, (le jour de l’ouverture de la Cop 21 très exactement, c’est une date qui marque!)

, je suis allée dans une petite salle près de Montpellier, à la rencontre de Béa Johnson, aka miss zéro déchet ! Son livre « Zéro déchet » publié en 2013 a fait grand bruit au moment de sa parution et c’est d’ailleurs à cette occasion que j’avais découvert Béa Johnson et le témoignage de sa vie zéro déchet. J’avais alors couru me procurer le livre que je n’avais finalement lu qu’en diagonale. C’est lorsque je suis arrivée à cette conférence et que je l’ai entendu expliquer ses choix que j’ai eu le vrai déclic ! Du coup j’ai replongé dans son livre et j’essaie, depuis, de chercher toutes les solutions possibles et imaginables pour diminuer ma production de déchet au maximum. Béa Johnson est un très bon exemple mais elle a fait des choix radicaux qui font que aujourd’hui les déchets annuels de toute sa famille tiennent dans… un bocal d’un litre ! Refuser ce dont nous n’avons pas besoin. En quoi la consommation d’huile de palme influe sur notre santé et notre environnement ?

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Amandine Réaux Fin de la polémique. Deux jours après avoir appelé à boycotter la pâte à tartiner Nutella au motif que la production d’huile de palme, utilisée dans sa fabrication, était responsable de la déforestation, la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, a dû s’excuser après le tollé suscité en Italie, d’où le groupe est originaire. Lire aussi : Après la colère de Rome, Ségolène Royal s’excuse pour la « polémique Nutella » Qu’est-ce que l’huile de palme ? On obtient l’huile de palme en pressant à chaud la pulpe des gros fruits rouges du palmier à huile. Originaire du golfe de Guinée, en Afrique, le palmier à huile est cultivé de façon industrielle en Asie du Sud-Est, en Indonésie et en Malaisie (85 % de la production mondiale). Quelles répercussions sur la santé ? On trouve de l’huile de palme dans de nombreux produits alimentaires, parfois seulement sous l’étiquette « huile hydrogénée » ou « graisses végétales ».

Climat : la Banque mondiale prône un monde zéro carbone. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Simon Roger « Comme le montrent les recherches scientifiques, il convient de restructurer l’économie mondiale si l’on veut réduire à zéro les émissions nettes [de gaz à effet de serre] avant la fin de ce siècle. » Ces propos tranchants ne détoneraient pas de la part d’une ONG préparant la Conférence de Paris sur le climat (COP21). Prononcés par Rachel Kyte, vice-présidente du Groupe de la Banque mondiale, ils risquent en revanche de susciter un certain émoi. Ce sont pourtant les termes choisis par l’envoyée spéciale pour le changement climatique de l’institution internationale pour présenter, lundi 11 mai, le rapport « Decarbonizing development » (« décarboniser le développement ») sur les incidences entre le réchauffement de la planète et les politiques de développement.

La Banque mondiale n’en est pas à son coup d’essai. Lire aussi : Réchauffement : le GIEC met en garde contre des effets sévères et irréversibles « Vœu pieux » Comment San Francisco s'approche du « zéro déchet » La ville californienne a adopté en 2002 l'objectif « zéro déchet » envoyé en décharge ou en incinérateur. Et se donne les moyens d'y parvenir. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard (San Francisco, envoyé spécial) Le soleil n'est pas encore levé qu'un étrange ballet commence. Chacun à leur tour, des dizaines de camions viennent déverser des tonnes et des tonnes de restes de nourriture, d'herbe coupée, de branchages.

Pour parvenir à ce but jamais atteint par une aussi grande ville dans le monde, San Francisco fait preuve de volontarisme politique et multiplie les initiatives législatives. Lire le détail : L'arsenal législatif de San Francisco pour arriver au « zéro déchet » « Les bouteilles d'eau en plastique coûtent cher à produire et ont un coût environnemental considérable. Etape par étape, voilà la méthode qu'a adoptée San Francisco depuis le vote de l'objectif « zéro déchet », en 2002. « La Californie s'était déjà fixé un objectif de 50 % de recyclage d'ici à 2010.

Les fruits et légumes bio, plus riches en antioxydants. Une étude internationale de grande ampleur démontre les bénéfices pour la santé humaine des productions issues de l'agriculture biologique. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout La consommation de fruits, légumes et céréales bio peut fournir un complément en antioxydants équivalant à une consommation supplémentaire de une à deux portions de fruits et légumes par jour. Autrement dit, choisir des aliments produits selon les normes de l’agriculture biologique peut conduire à une consommation accrue d’antioxydants, bénéfiques pour la santé, sans augmentation de l’apport calorique.

Tel est le constat établi par une grande étude internationale coordonnée par l’Université de Newcastle, au Royaume-Uni, et comparant la teneur en éléments nutritifs dans les aliments bio et ceux issus de l’agriculture conventionnelle. Lire Le bio à l’âge de raison Qu'est-ce qui explique ce « plus » des produits bio ?

« On trouve des traces de cadmium dans les engrais phosphatés. Les Français sont-ils sortis de l'hyperconsommation ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Les Français sont-ils prêts pour l'économie circulaire ? C'est la question à laquelle a tenté de répondre l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), dans une étude commandée au Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc) et publiée mardi 17 juin à l'occasion du lancement des premières assises de l'économie circulaire à Paris.

Ce rapport, qui compile et analyse une cinquantaine d'enquêtes menées auprès de la population au cours des vingt-cinq dernières années, montre une prise de conscience écologique des consommateurs et une évolution de leur comportement. Cette évolution est particulièrement visible dans le domaine de déchets, dont la quantité est en baisse depuis le début des années 2000. Selon un Eurobaromètre de la Commission européenne réalisé en 2011, 82 % des Français déclarent trier la plupart de leurs déchets pour le recyclage, contre 66 % des Européens. La criminalité environnementale explose.

LE MONDE | • Mis à jour le | Rémi Barroux (Nairobi, envoyé spécial) Satao était l'un des plus grands éléphants d'Afrique. Il a été tué le 13 juin, dans la réserve naturelle de Tsavo, dans le sud-est du Kenya. « Il a succombé aux flèches empoisonnées d'un braconnier, dont l'activité répond à une demande apparemment insatiable d'ivoire dans des pays éloignés, dénonce dans un communiqué l'organisation pour la protection de la vie sauvage Tsavo Trust. Une perte immense pour que quelqu'un puisse avoir un bibelot au-dessus de sa cheminée. » La mort de cet éléphant rejoint la longue liste des crimes environnementaux, si juteux qu'ils pourraient devenir plus rentables que les trafics de drogue ou d'armes.

Ces nouveaux secteurs émergents de la criminalité mondiale représentent 213 milliards de dollars (environ 156 milliards d'euros) de ressources chaque année, selon Interpol. De quoi mieux comprendre la montée en puissance de ces crimes environnementaux qui, selon M. « L'Europe doit faire le pari de l'innovation écologique » Le Monde | • Mis à jour le | Par Olivier de Schutter (Professeur à l'Université catholique de Louvain, Belgique) Les partisans de l'Union européenne (UE) n'imaginent pas pour elle d'autre avenir que celui de devenir un Etat fédéral. Or, qu'on l'appelle de ses voeux ou qu'on le redoute, ce scénario n'est plus aujourd'hui le plus plausible. Et il n'est pas le seul que l'on puisse promouvoir. De nombreux mouvements sociaux et une société civile de plus en plus mobilisée attendent de l'Europe autre chose.« Indignados », « Occupy », transitionnistes, ils inventent de nouvelles manières de protester et de nouvelles manières de pratiquer la politique.

Non pas simplement en manifestant, en « pétitionnant » ou en votant ; mais en réinventant des manières de se déplacer, de consommer, de travailler ou de s'alimenter. La transition sociale et écologique, ils ne se contentent pas de la souhaiter, en comparant les programmes des partis : ils la font. Au sommet Ecocity à Nantes, « on fait ce qu’on sait qu’on doit faire » Image: Architizer.com Une bonne partie du spectre médiatique se concentre ces jours-ci sur l'économie positive et la seconde édition du LH Forum qui se déroule au Havre sous la houlette de Jacques Attali.

Mais un autre événement d'ampleur internationale a lieu à Nantes au même moment. L’objectif du dixième sommet Ecocity ? Explorer les contours de la ville durable, avec une volonté : accélérer le changement. Changer sa ville La ville est un format idéal pour explorer l’économie de demain ; toutes sont concernées par les notions de développement durable : logement, aménagement du territoire, transports, industries, commerce, énergies utilisées, distribution et traitement de l’eau, déchets, infrastructures, culture, vie associative, etc.

Au total, pas moins de 1000 acteurs de la ville durable représentant plus de 60 nationalités débattront dans 100 sessions organisées au Palais des Congrès de Nantes, la capitale verte Européenne de l’année 2013. Relever les manches Lego / Construis ton futur. Quinzaine du commerce équitableGénéral - Le Commerce équitable - Ma première fois. Carrot Mob, l'initiative citoyenne pour une consommation responsable. – Cet article a été écrit dans le cadre d’un partenariat commercial avec la Quinzaine du Commerce Équitable. Conformément à notre manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait. Article initialement publié le 13 mai 2014 Le mouvement Carrotmob est né à San Francisco, aux États-Unis. C’est l’histoire d’un jeune Américain, qui va dans le magasin de bricolage de son quartier, et remarque que son éclairage est vétuste et polluant. Il va voir le commerçant, et lui propose de changer son système d’éclairage pour une solution plus écologique, en échange de quoi le jeune se propose de faire de la pub autour de lui pour ce magasin.

En gros : « change ta pratique et je t’amène du monde ». Voilà l’essence du Carrotmob : une initiative citoyenne et un marché gagnant/gagnant avec le commerçant. « Acheter, c’est voter »* Le principe du Carrotmob repose sur le même mécanisme que le vote : chaque voix compte, même s’il faut bien admettre qu’une voix seule est rarement décisive. Informer, communiquer, consommer ! Nettoyer les océans en 5 ans, c'est possible ? Pondu par Gingermind le 10 septembre 2013 Boyan Slat a 19 ans. En 2011 il s’est lancé dans un projet titanesque : le nettoyage des océans.

Il est aujourd’hui à la tête du projet The Ocean Cleanup et pense pouvoir débarrasser les océans de leurs déchets plastiques en 5 ans. Les déchets plastiques s’accumulent dans les océans. Il y en aurait pour 7,5 millions de tonnes (à la louche). Faire de la prévention pour cesser de rejeter les emballages dans la mer, c’est bien mais d’une part certaines personnes ne changeront jamais, d’autre part il faut bien imaginer des solutions pour se débarrasser de la pollution existante.

C’est là que le projet The Ocean Cleanup intervient. The Ocean Cleanup La plupart des déchets sont concentrés dans cinq zones des océans : les gyres. La faune aquatique circulerait en-dessous des barrages et, pour épargner le plancton tout en recueillant les petites particules de plastique, les plateformes utiliseraient un système de filtrage.

. — via. Phonebloks, le génial concept de téléphone écolo. Pondu par Sophie-Pierre Pernaut le 30 octobre 2013 Le Phonebloks est un téléphone constitué de blocs détachables qui pourrait bien, s’il était commercialisé, nous permettre de dire adieu à l’obsolescence programmée. Mise à jour, le 30 octobre 2013 — En 24h, la vidéo de présentation du Phonebloks franchissait le cap du million de vues, et ce n’était que le début du succès pour ce concept anti-gaspillage. Sur la page Thunderclap de soutien au projet, plus de 900 000 personnes ont affirmé être enthousiasmées. Le premier but de Dave Hakkens est donc atteint : il a réussi à prouver qu’il y a clairement un marché pour ce téléphone. Et justement, la marque Motorola, qui est une filiale de Google, travaillait sur le Project Ara, un concept similaire, depuis un an.

Ils ont donc décidé de s’associer pour travailler ensemble : Maintenant, une nouvelle étape attend Dave Hakkens et son projet Phonebloks, comme il l’explique dans la vidéo : Plus de Sophie-Pierre Pernaut sur le web :