background preloader

Document

Facebook Twitter

403 Forbidden. Évaluer les langues vivantes au primaire. Quelques pistes et outils pour un enseignement encore problématique pour les enseignants.

Évaluer les langues vivantes au primaire

L’enseignement d’une langue vivante n’a pas encore trouvé de véritable place dans les classes du primaire : c’est ce que je constate en tant que conseillère pédagogique départementale en langues vivantes étrangères (LVE) pour les enseignants du premier degré. C’est une discipline récente à l’école primaire, et qui demande du temps pour être assimilée par les enseignants. Il s’agit bien d’une nouvelle activité de travail pour eux. Un des aspects cruciaux de leurs dilemmes professionnels est la question de l’évaluation : que faut-il évaluer, comment l’évaluer et qu’est-ce que valider des compétences en langues ? Ils se sentent démunis et disent avoir peu de visibilité sur les acquis attendus des élèves, ceux-ci étant désormais définis en termes de compétences. Nouveaux outils Au niveau national : l’adoption du cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL).

L'apprentissage de plusieurs langues. Nous entendons souvent dire que les enfants sont comme des éponges et qu’ils peuvent apprendre facilement n’importe quelle langue quand ils sont jeunes.

L'apprentissage de plusieurs langues

C’est vrai, pourvu qu’ils y soient exposés fréquemment dans des contextes variés et qu’ils soient motivés à apprendre une autre langue. Développement du langage chez les enfants exposés à 2 langues La période préscolaire est propice à l’apprentissage des langues en raison de la capacité d’adaptation du cerveau des tout-petits. De plus, en bas âge, les enfants distinguent et reproduisent les sons plus facilement. Cela leur permet de parler une langue sans accent. Certains parents craignent toutefois que l’apprentissage de plus d’une langue cause un trouble de langage chez leur enfant. Ainsi, un enfant exposé fréquemment à 2 langues depuis sa naissance devrait dire ses premiers mots vers 1 an et faire des combinaisons de mots (ex. : « ballon tombé ») entre 18 et 24 mois. Enseignants, coopérez avec les neurosciences ! – N°238 Janvier-Février 2014. Ce dossier est à disposition des coopératives affiliées à l’OCCE de Saône-et-LoireContactez nous pour l’obtenir Enseignants, coopérez avec les neurosciences !

Enseignants, coopérez avec les neurosciences ! – N°238 Janvier-Février 2014

Les plus grand spécialistes du cerveau sont les enseignants. Ce sont eux qui le façonnent, le nourrissent. Ils interviennent directement sur son évolution favorisant le développement des neurones (la neurogenèse) et contribuant à la synaptogénèse (processus de production en grande quantité des synapses, à savoir des connexions neuronales). Ils utilisent, pour cela, des approches quasi scientifiques : ils tâtonnent, expérimentent, formulent des hypothèses, modifient leur démarche, adoptent différentes pédagogies, tentent le numérique, s’arrachent parfois les cheveux, se sentent souvent bien seuls… Comment les neurosciences peuvent-elles aider ces praticiens ? Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene. L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre.

Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene

Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Entrain et en train. PHONETIQUE alphabet et API.

Mooc

Cerveau. MOOCs. LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! La diversité des personnalités et des comportements humains est le produit de la singularité du cerveau de chaque individu.

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!

Celle-ci se constitue d’abord à travers les premières étapes de la construction des circuits cérébraux, où des mécanismes intrinsèques mettent en place les circuits nerveux à l’origine d’une vaste palette de comportements instinctifs, que ce soit pour trouver de la nourriture, pour se défendre ou pour s’accoupler. Mais la construction du système nerveux des animaux, et donc aussi de l’être humain, est également influencée par l’expérience. Les interactions avec l’environnement produisent certains patterns d’activité nerveuse qui vont façonner les circuits cérébraux. Les influences du monde extérieur ont une importance tout particulière au début de la vie pendant certaines périodes limitées dans le temps qu’on appelle périodes critiques. Les périodes critiques sont un phénomène général que l’on retrouve dans plusieurs systèmes sensoriels.

Daly Carte

Photos journal. Memoire-_lheterogeneite-en-cla.pdf. La Classe Inversée « Enseigner avec TNT. Pour lire mon rapport sur mes classes inversées, cliquez ICI (pdf, 3 Mo)Une liste d’articles sur la classe inversée, compilée par Pédagogie Universitaire La classe inversée, c’est quoi ?

La Classe Inversée « Enseigner avec TNT

C’est une façon différente d’enseigner et d’apprendre. Comparativement à une classe traditionnelle, la prise de note se fait à l’extérieur de la classe (à la maison, à la bibliothèque, dans le métro, bref, n’importe quel endroit où des capsules vidéo présentant la théorie peuvent être visionnées) et le temps de classe libéré est utilisé pour approfondir, appliquer et assimiler les notions. Puisque le professeur n’a plus à « présenter » la matière, il est disponible pour accompagner, motiver et soutenir les élèves dans leur apprentissage. Cette façon de faire est utilisée aux États-Unis au niveau primaire, secondaire, collégial et universitaire depuis 2007.

La classe inversée en image En vidéo.