background preloader

Articles Democratie/Politique/Tech

Facebook Twitter

- L'Express L'Expansion. La déconfiture du socialisme marxiste est évidemment l'un des événements majeurs de cette fin de siècle : un monde s'écroule, et l'on en conclut que l'autre - qu'on appelait le monde libre - a triomphé.

- L'Express L'Expansion

C'est peut-être aller un peu vite en besogne. Rien n'interdit que deux systèmes concurrents échouent l'un et l'autre, et l'on n'a jamais vu qu'une civilisation, même invaincue, soit immortelle. Au reste, à quoi bon vaincre, si l'on ne sait pour quoi vivre? Et à quoi bon lutter, si l'on n'a plus d'adversaires? Democracy Is in Recession. Every month now we get treated to another anti-Semitic blast from Turkey’s leadership, which seems to be running some kind of slur-of-the-month club.

Democracy Is in Recession

Who knew that Jews all over the world were busy trying to take down President Recep Tayyip Erdogan? Une démocratie pour notre siècle. Affaiblissement du politique, sécession des élites, émergence d’une culture participative… Le consensus qui existait jusqu’alors autour du régime représentatif est en train de voler en éclats sous nos yeux.

Une démocratie pour notre siècle

 Axelle Tessandier. TECHNO - A Las Vegas, chaque année la communauté numérique du monde entier se donne rendez-vous au CES, l'endroit où vous pouvez découvrir aujourd'hui les innovations qui feront partie de votre quotidien demain.

 Axelle Tessandier

Cette année, entre les allées, je n'entendais parler que "d'objets connectés", d'autant plus que la France se positionne très bien sur ce marché particulier. Politique 3.0 : réinventer le modèle démocratique en s’appuyant sur l… Simone Weil - notes sur la fin des partis politiques. Julian Assange : "Nous ne sommes qu'au tout début d'une nouvelle ère démocratique" Longtemps, Julian Assange n'a pas eu d'heure.

Julian Assange : "Nous ne sommes qu'au tout début d'une nouvelle ère démocratique"

Depuis sa petite chambre victorienne, située au sein de l'ambassade d'Equateur à Londres, il était tout simplement trop occupé :« Il me fallait diriger un parti en Australie, protéger mes sources aux Etats-Unis, faire face à ma demande d'extradition en Suède, négocier quotidiennement avec les chancelleries latino-américaines... » Encore aujourd'hui, le bureau d'angle qui lui sert de terre d'asile, à quelques pas du Harrods, est inondé d'ordinateurs éventrés et de téléphones cryptés.

Alors qu'il nous parle, de grandes fenêtres, à peine recouvertes de rideaux de lin, laissent passer un léger halo de lumière. Holacratie, la fin des managers. Holacratie, la fin des managers L’Holacracy® est un système d’organisation tiré d’une vision très organique des choses; créer des entités autonomes et faisant parties d’une entité supérieure, dont elles restent indépendantes.

Holacratie, la fin des managers

En fait l’Holacracy® est un organisme qui certifie l’implémentation de la charte Holacracy® au sein d’organisation. Simone_Weil_Note_sur_la_suppression_generale_des_partis_politiques.pdf. Finding Your Big Idea. Les actions décentralisées des citoyens peuvent-­elles régénérer la démocratie. L’activisme en ligne et le combat pour les libertés internet préfigurent-ils un renouveau de la relation entre citoyens et politiques ?

Les actions décentralisées des citoyens peuvent-­elles régénérer la démocratie

C’est ce qu’avance Philippe Aigrain, l’un des fondateurs de la Quadrature du Net, qui voit dans les processus participatifs inédits qui naissent au croisement des technologies et de la participation citoyenne, un espoir à la crise économique et démocratique européenne. Ces alternatives sont-elles notre seul espoir face à l’horizon de politiques régressives, autoritaires et xénophobes ? La crise démocratique. Les actions décentralisées des citoyens peuvent-­elles régénérer la démocratie. Démocratie : faut-il faire participer les corps intermédiaires ou les citoyens ordinaires. A l’occasion de la parution du numéro 7 de la revue M3, l’excellente revue de prospective du Grand Lyon, nous vous proposons de découvrir un article de son dernier numéro (que vous pouvez télécharger en ligne (.pdf) et auquel vous pouvez vous abonner gratuitement).

Démocratie : faut-il faire participer les corps intermédiaires ou les citoyens ordinaires

Un article qui propose un face à face intéressant puisqu’il interroge la forme des processus participatifs. Politique et internet : mais que s’est-il donc passé. C’est pour témoigner que Pierre Mounier (@piotrr70) était invité au séminaire de l’Institut rhône-alpin des systèmes complexes (Ixxi) sur la gouvernance politique à l’heure du numérique.

Politique et internet : mais que s’est-il donc passé

Témoigner de son expérience, non pas en tant que directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte, ni comme animateur du blog Homo-numericus, mais en tant que militant politique et candidat aux élections législatives de 2012 pour le Parti pirate (voir également un autre portrait de lui dressé par Libération à l’occasion de cette candidature).

Pourtant, aujourd’hui, il n’est ni élu, ni candidat de ce parti dont il s’est éloigné (il n’en est plus membre). Ce que l’internet n’a pas réussi (2/4) : renverser les inégalités. Mercredi 22 janvier, les protestations anti-Silicon Valley qui se multiplient depuis le printemps 2013 en Californie ont franchi une nouvelle étape quand plusieurs manifestants s’en sont pris à un salarié de Google, Antholony Levandowski, qui travaille sur le projet de voiture autonome.

Ce que l’internet n’a pas réussi (2/4) : renverser les inégalités

Les manifestants ont bloqué son domicile et distribué des tracts l’incriminant à ses voisins, comme l’explique en détail Jérôme Marin de Silicon 2.0 (@jeromemarinsf), témoignant que les opposants ont mené une enquête très fouillée et détaillée sur cet employé, comme un reflet aux données que Google accumule sur chacun d’entre nous. Jusqu’à présent, ces protestations se sont surtout attaqué aux Bus Google, des bus privés de luxe qui transportent matins et soirs les travailleurs riches, jeunes et éduqués de San Francisco jusqu’à la Silicon Valley, rapporte le LA Times. Ce que l’internet n’a pas réussi (3/4) : distribuer l’autorité. Par Hubert Guillaud le 18/03/14 | 1 commentaire | 4,404 lectures | Impression Il y a un an, l’enquête Ipsos “France 2013 : les nouvelles fractures” faisait l’effet d’un coup de tonnerre médiatique, soulignant combien la crise avait exacerbé la tentation du repli national et le rejet du politique. A-facebook-change-makes-it-harder-for-political-campaigns-to-see-your-friends.

Le numérique bouscule les politiques : ils sont archaïques. C'est à nous, citoyens, d'agir. Durant une manifestation anti-CPE en 2006 à Toulouse (R. GABALDA/SIPA). François Hollande et Nicolas Sarkozy ne sont que deux facettes d’une même pièce, dont le profil apparent dépend du tirage, écrivais-je il y a peu dans ces mêmes colonnes. Face au mur qui s’approche, François Bayrou propose depuis cette séquence pour la énième fois une solution mécaniquement impossible sous les institutions de la Ve République : dissolution, et gouvernement d’union nationale.

Democratic Strategies Lost Big. Here's an Alternative.  It is time to shine a light on the strategies used by Democrats, and on the Democratic infrastructure that uses those strategies. Democratic strategists have been segmenting the electorate and seeking individual self-interest-based issues in each electoral block. La société civile doit prendre la parole. Qu’avaient-ils en commun ? Des manifestants contre le mariage pour tous aux mouvements baptisés les « pigeons » et les « plumés » qui dénonçaient la multiplication des impôts et des contrôles Urssaf, des « bonnets rouges » aux sages-femmes jusqu’à des initiatives comme « Bleu blanc zèbre » d’Alexandre Jardin, qui propose de nouvelles formes d’engagement civique, l’année 2013 aura sonné l’heure de la dissidence civile. Des pans entiers de notre société se sont détachés du corps politique de la nation, en cherchant à s’exprimer par eux-mêmes et non plus par leurs représentants. La classe politique était dépassée.

Cette situation ne remonterait-elle pas à plusieurs années ? L’année 2013 aura précipité la rupture de la société civile.  Axelle Tessandier. Dans l'avion qui me ramène vers San Francisco, je voulais te dire merci. Merci pour ces quelques jours qui m'ont inspiré, nourri, et qui m'apportent toujours un souffle nouveau. Oui, tu as bien entendu. Je sais qu'il est de bon ton de dire que tu vas mal, que tu es foutue et que tu as peur de ton ombre. Mais je ne serai pas de ceux-là. D'abord, parce que je ne le pense pas et qu'en vivant au coeur de la Silicon Valley depuis plus de quatre ans, je peux paradoxalement te regarder avec des yeux bienveillants, moi. Certes, tout ne va pas pour le mieux dans le meilleur des pays, mais ces difficultés à l'échelle individuelle ou collective, j'ai du mal à me résoudre à ce qu'elles te paralysent pour l'éternité. Turning Mass Intention Into Mass Action: Todd Rogers at TEDxCambridge 2013.

Politics or technology – which will save the world? The most significant revolution of the 21st century so far is not political. It is the information technology revolution. Its transformative effects are everywhere. In many places, rapid technological change stands in stark contrast to the lack of political change. Take the United States. Its political system has hardly changed at all in the past 25 years. Qui seront les dirigeants du XXIe siècle?  Je ne sais pas si les dirigeants de notre pays s'en sont bien rendus compte, mais le monde a changé. Le temps que nous débattions du futur, quelqu'un est déjà entrain de l'inventer. Une révolution numérique a eu lieu. Oui, elle n'est pas en chemin mais déjà bien ancrée. Innovation, collaboration, création, plus rien ne sera jamais comme avant, notamment pour une génération qui a appris à grandir avec les nouveaux outils technologiques.

Polarizing. Michel Maffesoli : rites piaculaires. What Obama would say at the State of the Union if he were being brutally honest. President Obama will give the State of the Union address on Tuesday, January 20th. This is what he might say if he had a few drinks first. My fellow Americans. I come before you tonight able to say, honestly, and for the first time in my presidency, the state of the union is strong. The crisis that overwhelmed the economy in 2008 has largely passed. Unemployment is down to 5.6 percent. The American economy is working again. Problems persist, of course. But with the economy growing, we in this room could actually do something about these problems. There's a lot we can do. And that's because even if the state of the union is strong, the state of the political system that governs the country is weak. The hard thing I have to say to you tonight is that I was wrong.

The refrain I hear all around the country is, "why can't you guys just agree? " “Il y a aujourd’hui dans le monde une véritable soif de politique”, Albert Ogien, sociologue. De Hongkong à Wall Street ou Sivens, la multiplication des mouvements citoyens démontre une volonté de renouveler le “principe démocratie”, expliquent Albert Ogien et la philosophe Sandra Laugier dans un nouvel ouvrage.

Aux yeux de certains, l'époque serait à la dépolitisation. Fin des idéologies, montée de l'individualisme, de l'abstentionnisme aux élections, impuissance des gouvernants de plus en plus déconsidérés, le tableau serait sombre et la démocratie en piteux état. Pourtant, depuis janvier 2011 en particulier, le monde est traversé par une sorte d'effervescence politique. Can the Internet democratise capitalism? Technological fixes to time-honoured problems are all the rage these days. Bitcoin is meant to fix money, social media are seen as an antidote to Rupert Murdoch and assorted tyrants, networked robots are to help countries like Japan deal with demographic declines etc.

Perhaps the largest claim is that the Internet has helped (or is about to help) democratise capitalism. Ten years ago that claim struck me as both fascinating and dubious. So, I sat down and wrote an article about it (circa 2004).