background preloader

Infocom

Facebook Twitter

Recommandations diffusion livre numerique. Tout ce qu'il faut savoir sur les licences Creative Commons. Je m'y réfère tous les jours, que ce soit ici pour ce blog, pour LittleThingz, et pour illustrer tout un tas de choses, et pourtant je me rends compte que je ne suis jamais vraiment entré dans le détail pour expliquer ici ces fameuses licences Creative Commons.

Tout ce qu'il faut savoir sur les licences Creative Commons

Car oui, sauf exceptions de rares photos personnelles, de captures d'écran, ou de quelques images "piquées" sur les pages d'un service web parce que j'en fait la promotion, toutes les images que tu trouves ici sont distribuées selon une de ces licences. Et pourtant, j'ai l'impression que ce n'est pas la règle sur la majorité des blogs et sites web, et je pense que c'est bien dommage. Voici donc l'essentiel de ce qu'il faut savoir sur le sujet, en t'expliquant un peu ma manière personnelle de gérer ça. Pourquoi faut-il connaître et utiliser ces licences ?

Sauf que comme toute chose, il y a un auteur derrière chaque création, et il n'est pas forcément d'accord que tu lui piques son travail sans contrepartie. Attribution (CC BY) Écriture numérique et publication. Cadre théorique et prospective Je me propose, dans cet article sur l’écriture numérique et la publication, de clore une réflexion engagée sur le document et prolongée par la lecture numérique.

Écriture numérique et publication

J’entends, pour ce faire, aborder cette notion selon la même méthodologie et commencer par préciser le cadre théorique dans lequel je m’inscris, avant d’envisager des pistes d’exploitation pédagogique. Il me faut préciser, d’emblée, que je n’aborderai pas la question du code, non qu’elle manque d’intérêt, mais parce qu’elle me semble devoir être traitée distinctement.

Je regretterais de devoir la cantonner à sa spécificité computationnelle, quand cela n’est pas nécessairement le cas, alors que mon approche de l’écriture numérique cherche à s’affranchir de toute prévalence littéraire, en tant que forme sémiotique, ou technique, de l’ordre des usages, voire des ressources numériques. Du texte comme « design de soi » Du texte comme « éditorialisation de soi » Du texte comme « écriture de soi-s » Comment évaluer les activités des bibliothèques à l’ère numérique? - Voici un support de formation utilisé à l’occasion de la formation des conservateurs territoriaux de l’INET à Strasbourg.

Comment évaluer les activités des bibliothèques à l’ère numérique? -

Il est nourri des travaux de normalisation au sein de la commission Qualité – Statistiques et évaluation des résultats : AFNOR/CN 46-8 à laquelle je participe pour la Bpi , de réflexions liées à mon expérience sur les politiques documentaires inspirées par Thierry Giappiconi et enfin de mon expérience de la médiation numérique. A l’heure où les données sont nombreuses et les visualisations faciles à construire, il devient en effet urgent de faire le point sur ce qu’on mesure et surtout de trouver des repères.

Il devient aussi nécessaire de savoir de quoi on parle lorsqu’on parle de l’activité des bibliothèques. Trop souvent on se concentre sur des données d’activité et trop rarement encore sur de véritables indicateurs relatifs à des objectifs. Comment évaluer les activités des bibliothèques à l’ère numérique? La protection des données de lecture des livres numériques en bibliothèques aux États-Unis et en France : Étude comparative de la perception des bibliothécaires. Quels sont les livres les plus lus ?

La protection des données de lecture des livres numériques en bibliothèques aux États-Unis et en France : Étude comparative de la perception des bibliothécaires

Quels sont les thèmes les plus recherchés dans une encyclopédie numérique ? Au bout de combien de pages les lecteurs décident-ils d’acheter/emprunter ou abandonner l’ouvrage sélectionné ? Autant de questions auxquelles des réponses précises et chiffrées peuvent dorénavant être apportées. De par leur offre de livres numériques et le prêt de liseuses/tablettes, les bibliothèques confrontent leurs usagers à cet environnement et donc, indirectement, à la collecte des données de lecture.

Les bibliothèques n’ont-elles pourtant pas pour rôle de permettre aux lecteurs de s’informer et d’avoir accès à tous types de documents de manière anonyme, sans avoir peur d’être jugé ou surveillé ? Pour tenter d’apporter une réponse à ces questions, une définition des données de lecture et une description de leurs caractéristiques seront tout d’abord proposées. Articletechnologie197 licences cc des ressources bd 2015 09 09 19 10 4 146.