background preloader

UBISOFT

Facebook Twitter

Ubisoft RESUME. UBISOFT PLAN. Ubisoft : du jeu vidéo au rayonnement mondial. Une histoire de famille : du supermarché breton de machines agricoles à la vente d'ordinateurs L'histoire d'Ubisoft commence en Bretagne au sein d'une entreprise parentale tournée vers les machines agricoles. En 1984, Michel Guillemot, l'aîné de cinq frères, commence à introduire la vente de petits ordinateurs pour diversifier l'entreprise. Au cours d'un voyage en Angleterre, Michel Guillemot s'aperçoit que les jeux vidéos y sont trois fois moins chers qu'en France.

De retour dans l'Hexagone, il achète une page de publicité dans un magazine spécialisé pour proposer un service de distribution de jeux. Les retombées dépassent largement les attentes et Michel Guillemot réalise le potentiel énorme du marché. En 1986, il saisit l'opportunité et se lance dans une activité d'import et de distribution de jeux vidéo en France. Ubisoft : de la distribution à l'édition À peine né, Ubisoft ambitionne de devenir éditeur de jeux vidéo. Ubisoft Montréal Michel Ancel : créateur de Rayman Alchimie du jeu. UBISOFT : stratégie gagnante. Sociétés (AOF) - Ubisoft (+8,13% à 14,43 euros), plus forte hausse du SBF 120, récolte les fruits de sa stratégie consistant à développer des franchises (Watch Dogs) à gros budget et à accroître sa présence dans le digital (ventes de jeux dématérialisés, bonus pour les jeux...) où les marges sont plus élevées.

L'éditeur de jeux vidéo a ainsi dégagé des bénéfices au premier semestre, clos fin septembre, du jamais vu pour cette période de l'année depuis l'exercice 2008/2009. Son bénéfice net est ressorti à 11,7 millions d'euros, contre une perte de 62,3 millions d'euros, un an plus tôt à la même époque. Le résultat opérationnel, non-IFRS, c'est-à-dire avant rémunérations payées en actions est, lui, ressorti à 24,2 millions d'euros, à comparer avec une perte de 98 millions d'euros au premier semestre de l'exercice précédent. Ce redressement des comptes s'appuie sur la forte progression de l'activité : +65,1% à 484,2 millions d'euros, un chiffre supérieur de 40 millions à son objectif. Les bénéfices en 2014-2015, Tous les indicateurs du spécialiste des jeux vidéo Ubisoft sont dans le vert à l’issue de l’exercice 2014-2015.

Le chiffre d'affaires a progressé de 45,3 %, à 1,46 milliard d'euros et la marge brute de 56,1 % à 1,12 milliard d’euros, soit 77 % des ventes, « un record », souligne la société. Quant au résultat opérationnel, il passe d’une perte de 65,6 millions à un bénéfice de 170,7 millions euros, au-delà de l’objectif de 165 millions fixé par la direction. Le profit net a suivi la même ascension, passant d’un déficit de 49,3 millions à un gain de 112,7 millions d’euros. «Avec trois titres parmi les sept meilleures ventes de l’année 2014[Assassin’s Creed Unity, Rogue Far Cry IV et Watch Dogs, NDLR], Ubisoft a su répondre aux attentes toujours plus fortes des joueurs pour des jeux en monde ouvert et systémiques offrant plus de liberté et permettant à chacun de définir sa propre expérience », s’est félicité le PDG d’Ubisoft Yves Guillemot.

Activision, EA, Ubisoft… Qui perd, qui gagne ? On en sait un peu plus sur la santé économique des grands éditeurs de jeux vidéo. Ubisoft a été le dernier à publier la semaine dernière ses résultats annuels au terme de son exercice décalé 2012/2013. Selon des chiffres donnés par l’éditeur de jeu français pour les jeux physiques, Activision affiche désormais une part de marché de 19,5% en 2012 contre 15,7% l’année précédente, Electronic Arts recule à 18,4% contre 19,7% et Ubisoft grimpe à 11,2% contre 8,8% en 2011.

Take-Two a profité quant à lui du succès de certains de ses titres pour passer à 6,4% contre 4,8% il y a un an. Les deux gadins les plus remarqués sont ceux de Nintendo (10,8% contre 12,4%) et Sony (3,5% contre 5,3%). Activision Blizzard. Electronic Arts. Ubisoft. Square Enix. Take-Two. Le chiffre d’affaires d’Ubisoft n’a jamais été aussi élevé. Avec beaucoup de titres sortis en fin d’année, Ubisoft fait état d’une année record. À la fin du 3e trimestre de l’année fiscale 2014-2015, Ubisoft a déjà un chiffre d’affaires plus grand que l’année dernière en comptant le 4e. Mais ça sera certainement plus clair avec un tweet d’@oscarlemaire.

On a toujours besoin d’un tweet d’@oscarlemaire. Pour mettre ces chiffres en perspective, rappelons que The Crew et Watch_Dogs devaient initialement sortir l’année précédente. Cela explique pourquoi cette année était si forte et pourquoi l’année précédente semble un peu faiblarde au niveau du chiffre d’affaires. Parlons chiffres maintenant. Ces bons résultats sont bien entendu à imputer aux très bonnes ventes des jeux Assassin’s Creed (Unity et Rogue) qui se sont vendus ensemble à 10 millions d’exemplaires, sans savoir à hauteur de combien s’est vendu chaque jeu. Quant à Far Cry 4 et The Crew, sortis en fin d’année, ils se sont respectivement écoulés à 7 millions et 2 millions de copies. Ubisoft au sommet. La campagne Watch Dogs Live, réalisée par Ubisoft et Publicis Montréal, remporte le Grand Prix Bommerang 2014, six Grands Prix et un Prix. Los Angeles, juin 2013 : Ubisoft dévoile à E3, plus grand salon mondial consacré au jeu vidéo, un tout nouveau titre, fort des succès accumulés au fil des années précédentes par sa célèbre franchise Assassin’s Creed.

Watch Dogs mettra en vedette un hacker qui pirate son environnement à l’aide de son arme de prédilection, son téléphone intelligent. Il n’en faut pas plus pour lancer la machine : la blogosphère s’emballe et l’enthousiasme pour le nouveau titre, développé au Québec, grimpe en flèche. Ubisoft mise sur l’engouement généré par son annonce à E3 pour lancer Watch Dogs Live, une campagne de promotion centrée sur une application mobile qui donne à l’utilisateur le rôle de hacker ; des dizaines de milliers de téléchargements sont comptabilisés. «Watch Dogs Live fait preuve d’une volonté de capter le futur acheteur.» Chiffre d'affaires record pour Ubisoft à 1,464 milliard € Compte de résultat non-IFRS et principaux éléments financiers * Sur la base du tableau de flux de trésorerie pour comparaison avec les autres acteurs du secteur (non audité)** Inclut le montant des royalties et exclut les avances à venir Yves Guillemot, Président Directeur Général, a déclaré "Avec 3 titres parmi les 7 meilleures ventes de l'année 2014, Ubisoft a su répondre aux attentes toujours plus fortes des joueurs pour des jeux en monde ouvert et systémiques offrant plus de liberté et permettant à chacun de définir sa propre expérience.

Nous avons, ainsi, à nouveau démontré la capacité exceptionnelle de nos équipes à créer des franchises blockbusters. Cette capacité, unique par sa régularité, s'est traduite par une performance financière record et offre une assise solide pour le développement à long terme du Groupe. " Chiffre d'affaires L'exercice 2014-15 aura notamment été marqué par : Principaux éléments du compte de résultat Hausse de 404,9 M€ de la marge brute. Perspectives Digital.

La stratégie du groupe Ubisoft sur le marché des j... Apparu dans les années soixante-dix, le jeu vidéo est de nos jours une industrie phare en perpétuelle expansion. De la première Atari aux consoles actuelles, le marché des jeux vidéo à connu de nombreux rebondissements au travers les différentes générations de plateformes et seule une poignée d'acteurs sont parvenus à subsister sur ce marché.

Parmi ces derniers, la société française Ubisoft qui a su s'imposer sur comme un éditeur de poids, en témoignent les nombreuses acquisitions de studios depuis sa création. La forte innovation et la qualité générale de ses productions lui ont notamment permis d'élever son chiffre d'affaires et d'augmenter la taille du groupe. Cette expertise acquise par Ubisoft au fils des années de développement à susciter l'attrait du leader de l'industrie : Electronic Arts.

. [ . . . ] [...] - Le casual gaming introduit par la Wii de Nintendo offrant de nouvelles expériences de jeu accès sur la reproduction des mouvements et le côté jeu en famille et entre amis. . [...] Ubisoft : «Nos jeux doivent se différencier des autres» INTERVIEW - Yves Guillemot, le PDG de l'éditeur français dont les jeux ont été salués lors du salon des jeux vidéo E3, vise une augmentation de la part de marché d'Ubisoft sur les nouvelles consoles Xbox One et PlayStation 4 et se prépare à lancer ses licences familiales en Chine.

Propos recueillis par notre envoyée spéciale à Los Angeles La conférence Ubisoft, lors de l'ouverture du salon des jeux vidéo E3, fut de l'avis de nombreux observateurs l'une des plus réussies, avec la présentation de titres très attendus comme le jeu d'action Far Cry 4 ou un épisode d'Assassin's Creed se déroulant lors de la Révolution française. Yves Guillemot, président de cet éditeur originaire de Bretagne, revient sur le lancement des consoles de nouvelle génération, ses relations avec Sony, Microsoft et Nintendo, et les défis économiques qui attendent sa société. LE FIGARO - Comment s'est passé le lancement des nouvelles consoles pour Ubisoft? Yves GUILLEMOT. - Ca s'est très bien passé. Absolument. Oui. UBISOFT JOUE GROS. [Gamescom] Ubisoft annonce Uplay PC et se renforce face à Origin et Steam.

À l'occasion de la Gamescom, Ubisoft a présenté de nombreux titres, dont une bonne partie sera proposée sur la Wii U de Nintendo. L'éditeur en a également profité pour annoncer l'arrivée d'une version PC d'Uplay, sa plateforme de distribution numérique de jeux vidéo, un moyen de venir empiéter sur les plates-bandes d'Origin et de Steam qui sont déjà bien implantées. Origin et Steam : deux géant du secteur en pleine évolution Comme nous vous le disions récemment, la plateforme développée par Valve est en train de se doter d'options supplémentaires afin d'accentuer son côté réseau social.

Elle se prépare aussi à débarquer, un jour, sur Linux, et à proposer des applications, tandis que les clients Android et iOS sont d'ores et déjà disponibles depuis plusieurs mois. De son côté, Electronic Arts a profité de la Gamescom pour annoncer des nouveautés du côté de sa propre plateforme de téléchargement : Origin. Crédit photo : The Verge Uplay : la plateforme d'Ubisoft débarque enfin sur PC... Ubisoft, un des « must » des jeux vidéo dans le monde… - Bourse. Ubisoft est le 3e développeur mondial de jeux vidéo derrière Activision et Electronic Arts. La mascotte d'Ubisoft est Rayman, personnage des jeux de plate-forme éponymes, créé par Michel Ancel, l'un des principaux concepteurs de jeux vidéo d'Ubisoft, connu pour être à l'origine du titre « Beyond Good and Evi » ainsi que pour sa collaboration avec Peter Jackson sur « King Kong ».

Née en 1986, UbiSoft Entertainment crée et développe la majorité de ses jeux en interne et en co-production. En outre, elle diffuse des logiciels d'éditeurs tiers, par l’intermédiaire de contrats de licence ou de distribution. UbiSoft s’adresse à l’ensemble des plates-formes du marché : PC, X Box 360, PlayStation 3, Wii, PSP et Nintendo DS. Le catalogue de jeux comprend, entre autre, les blockbusters « Les lapins crétins », « Assassins' Creed », « Tom Clancy's (Splinter Cell, Ghost Recon, Rainbow...) », « Just Dance », ainsi que « Far Cry », « Prince of Percia »… Ubisoft : géant français du jeu vidéo serein face à la concurrence | Org'Agile.

Dans l’univers de l’édition, de la distribution et du développement de jeux vidéo, le sérieux du savoir-faire tricolore n’est plus à démontrer. Grâce à la réussite d’enseignes comme Ubisoft, l’Hexagone est réputé comme un des meilleurs viviers des créateurs de ce type de divertissement. Au fil du temps, ce géant du secteur s’est constitué en une machine à signer les succès après les sorties successives de titres devenus des références incontournables du genre. Et à l’heure où le marché est de plus en plus animé par une concurrence impitoyable, la firme reste confiante en l’avenir grâce à des projets bien ficelés qui font preuve de sa constante compétitivité. Aujourd’hui, les perspectives d’Ubisoft sont ainsi nombreuses, et la réussite sera forcément au rendez-vous. Ubisoft, un savoir-faire en pleine croissance Aujourd’hui, le monde des jeux vidéo connaît la domination de quelques enseignes d’envergure qui sortent périodiquement des titres toujours très prisés par le public.

J'aime : UBISOFT : performance opérationnelle annuelle légèrement supérieure à l'objectif. (AOF) - Ubisoft a enregistré sur l'exercice 2014/2015, clos fin mars, un bénéfice net de 87 millions d'euros contre une perte nette de 65,5 millions d'euros un an plus tôt. Le résultat opérationnel non-IFRS, c'est-à-dire avant rémunérations payées en actions, de l'éditeur de jeux vidéo s'est élevé à un niveau record de 170,7 millions, supérieur à l'objectif de 165 millions. Il se compare avec une perte de 65,6 millions sur l'exercice précédent. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 1,464 milliard d'euros, en hausse de 45,3% (41,6% à taux de change constants). Il a atteint 169,9 millions au seul quatrième trimestre, en baisse de 12,4% (14,3% à taux de change constants). Les ventes du quatrième trimestre cependant sont supérieures à l'objectif d'environ 146,0 millions.

La génération de trésorerie provenant des activités opérationnelles atteint le niveau record de 232,4 millions d'euros contre une consommation de 120,1 millions en 2013-14. Les points forts de la valeur Comment suivre la valeur.