Finance

Facebook Twitter
La crise, une aubaine pour les entreprises Licenciements facilités, salaires réduits, âge de la retraite repoussé : sous la pression de la crise, les gouvernements européens réécrivent le droit du travail, à la grande satisfaction des patrons. La crise fait rage en Grèce, en Espagne, en Italie et au Portugal. Tout le Sud de l’Europe est à genoux. Tout le Sud de l’Europe ? Non. La crise, une aubaine pour les entreprises

«Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques»

«Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques» L'ancien ministre de l'Economie argentin Roberto Lavagna, 69 ans, est le principal artisan du redressement de l'Argentine engluée dans une terrible crise économique il y a dix ans. Lorsqu'il prend ses fonctions, en avril 2002, le peso vient d'être dévalué de 70%, le pays est en cessation de paiement, la dette privée s'élève à plus de 72 milliards d'euros, l'inflation annuelle flirte avec les 125% par an, le chômage explose, les petits épargnants sont ruinés et les troubles sociaux ont déjà fait plus de 30 morts dans le pays. Cet ancien ambassadeur auprès de l'Union européenne décide immédiatement de se passer de « l'aide » du Fonds monétaire international (FMI) et des marchés financiers.
"Les ONG maintiennent Haïti dans le sous-développement" Comment les Haïtiens vivent-ils la présence massive des ONG dans leur pays? Si la question n’est que rarement posée en ces termes, elle est pourtant présente dans tous les esprits. Nous avons eu l’occasion d’en discuter lors d’une "Causerie" (discussion organisée) avec des membres du Groupe haïtien pour l’innovation et le développement (GHID), à savoir des étudiants et des jeunes actifs qui, face à la crise dans laquelle est plongé le pays, ont décidé de mettre en place un cercle de réflexion regroupant des jeunes de différentes universités et disciplines. Rendez-vous est pris à Delmas 65, au sud-est de Port-au-Prince, dans la maison de l’un d’eux, fin décembre 2011. "Les ONG maintiennent Haïti dans le sous-développement"
Dettes souveraines

Money Chart
RATP : la vie duraille des syndicalistes Il y avait longtemps que je n’avais plus parlé des syndicats. Il faut dire que nous ne sommes pas en période de gréviculture intensive, encore que le mois de Décembre soit régulièrement propice à quelques débrayages intempestifs. Heureusement, les fiers protecteurs de la veuve encartée et de l’orphelin politisé se rappellent à nous grâce à leur talent naturel en comptabilité créative et leur esprit décidément super-festif. Et pour cette fois-ci, nous nous occuperons de l’un des bastions les plus solidement défendus du Syndicalisme À La Française : le transport ferroviaire, avec en tête de liste la RATP. RATP : la vie duraille des syndicalistes RATP : la vie duraille des syndicalistes
Après son refus de payer la dette, l'Islande fera le triple de la croissance de l'UE en 2012