background preloader

Trends of autonomous cars

Facebook Twitter

Qui commercialisera la première voiture autonome ? Les annonces concernant la voiture autonome se suivent et se ressemblent. Chaque constructeur automobile, équipementier ou géant de la Silicon Valley cherche à tirer la couverture à lui pour être considéré comme le pionnier du genre. Pour autant, il est extrêmement difficile aujourd'hui de savoir qui sera le premier à se jeter à l'eau (que ce soit pour offrir un service de transport individuel ou pour proposer un modèle à la vente aux particuliers).

D'une part parce qu'il convient de trier le bon grain de l'ivraie dans toutes ces déclarations, mais aussi et surtout parce que les objectifs sont différents pour chaque protagoniste. Avant tout, il convient de considérer la définition même de voiture autonome. Pour cela, un accord international a défini cinq niveaux d'automatisation de la conduite. Aujourd'hui, Tesla, Volvo, Mercedes-Benz et BMW proposent tous des systèmes où l'auto est capable de prendre la main sur autoroute ou dans les embouteillages.

L'autonomie complète pas avant 2021. Nouvel accident pour une voiture autonome Google. Les voitures autonomes du salon de l'automobile 2016 peuvent-elles vraiment débarquer dans les rues dès 2022? AUTOMOBILE - C'est le moment pour les aficionados de la voiture de rêver. Le mondial de l'automobile ouvre ses portes à Paris, d'abord à la presse et aux professionnels jeudi 28 septembre, puis au grand public le 1er octobre. L'occasion de jeter un oeil sur les nouveaux modèles, mais aussi sur les concepts futuristes qui pourraient dessiner le véhicule de demain. Si le connecté et l'électrique seront à l'affiche, c'est aussi et surtout la voiture autonome à laquelle tout le monde pense. Depuis quelques années, la révolution du sans conducteur enfle. Mais les constructeurs font déjà la course pour savoir qui sera le premier à déployer un véhicule entièrement autonome.

Effet d'annonce Si certains, tel Hyundai, sont prudents et tablent sur 2030, d'autres, tel Tesla, affirment pouvoir mettre en service une voiture qui n'a pas du tout besoin de conducteur dès 2018. Ils ont évidemment des raisons d'être si optimistes. Une technologie en plein boom Google travaille aussi sur la question. Voiture autonome : le véhicule de demain sera-t-il autopartagé ? - Le Futur de la conduite - Le Figaro. Si la voiture autonome représente l’avenir de la circulation routière, l’usage mutualisé des voitures à délégation de conduite devrait également révolutionner le paysage automobile. Depuis une dizaine d’années, le développement de la mutualisation des véhicules a permis d’amorcer une évolution des mentalités dans l’approche de la conduite et de la mobilité. Les locations traditionnelles de véhicules, aux démarches administratives embarrassantes, cèdent progressivement la place à l’autopartage. Qu’il s’agisse des loueurs traditionnels, de collectivités locales, ou même de particuliers, tous ont pris un virage vers une location brève et simplifiée.

A l’image de l’Autolib’ à Paris qui permet aux utilisateurs de prendre un véhicule en libre service, et de le laisser à un point différent selon leurs besoins. Quand les voitures personnelles passent 97% de leur temps en stationnement, la mutualisation des véhicules offre des perspectives prometteuses pour l’avenir. La voiture autonome est déjà en route. Alors que le Mondial de l'Automobile vient de fermer ses portes à Paris, tour d'horizon des technologies qui permettent d'entrevoir déjà la conduite autonome. Il suffit de prendre le volant d’une voiture récente pour s’en convaincre : la voiture autonome n’est plus une lointaine utopie. N’importe quelle berline actuelle, équipée des bonnes options, est capable d’accélérer et de freiner seule, de suivre la courbe de la route et même, parfois, de lire les panneaux de signalisation et d’adapter la vitesse en conséquence. Quand les constructeurs promettent tous de grands pas en direction de la voiture «sans conducteur», on est donc tenté de les croire.

Renault et PSA en ont fait la promesse au Mondial de l’automobile : dès 2018, le fardeau de la conduite sera allégée par des véhicules toujours plus intelligents. Quand nous avions essayé la Volvo autonome La route est encore longue. Chez Mercedes, on travaille déjà sur le camion autonome : Qui sera sanctionné en cas de faute? Uk.businessinsider. Tesla's latest Autopilot system uses Nvidia's computer platform for autonomous vehicles. Tesla Automakers and tech companies are racing to get the first self-driving car on the road.

Ford, GM, Tesla, Lyft, Google, and more all have plans to have some form of autonomous car ready for commercial use within the next five years. In fact, it's estimated that by 2030 driverless cars could make up as much as 60% of US auto sales, according to Goldman Sachs. While companies all have their own reasons for investing in this technology, they all agree that one of the biggest benefits of autonomous cars will be improved safety. How, might you ask, is a car with no human driver, no steering wheel, and no brake pedal safer than the cars we currently drive? Well, it all comes down to the tech used to enable autonomous vehicles. The sensors Driverless cars are designed to have almost a superhuman-like ability to recognize the world around them. Google self-driving car project The brain How it learns. Réchauffement climatique : l'impact des voitures autonomes.

Bien que les dirigeants du monde entier aient conclu un accord "historique" sur le réchauffement climatique lors du sommet de la COP21 à Paris, les bonnes solutions pour réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre restent difficiles à trouver. Heureusement, les voitures autonomes ont le potentiel de réduire considérablement la gigantesque empreinte écologique du secteur des transports: Le transport est le secteur économique avec le plus grand effet net sur le changement climatique. Alors que certains autres secteurs (tels que l'industrie ou la production d'électricité) émettent plus de gaz à effet de serre, ces industries émettent cependant d'autres substances qui conduisent au refroidissement de l'atmosphère (aérosols sulfatés, nitrates, etc.). Les voitures sans chauffeur ne vont pas réduire le nombre de trajets ou de kilomètres parcourus.

Il ne fait aucun doute que les voitures autonomes vont changer la nature de la mobilité urbaine. Voiture autonome : les préférences des conducteurs. Les voitures autonomes ont encore un long chemin à parcourir pour devenir le standard de la conduite de demain : Selon une étude menée par l'université du Michigan, 45,8% des conducteurs préfèrent garder le contrôle total de leur véhicule lors de la conduite. 38.7% des interrogés seraient eux intéressés par des fonctionnalités semi-autonomes qui sont déjà en circulation, comme les systèmes d'aide au stationnement, ou de conduite autonome sur certaines portions de route. Le chiffre le plus intéressant est le suivant : seulement 15.5% des interrogés se verraient au volant d'un véhicule totalement autonome. Environ deux tiers des 618 participants ont révélé être modérément ou très préoccupés par le fait de se faire conduire par une voiture sans chauffeur, tandis que la moitié affiche les mêmes préoccupations sur des véhicules semi-autonomes.

Les conducteurs, pour leur grande majorité, ne sont donc pas prêts pour l'instant à laisser le volant à un système automatisé.