background preloader

La surveillance de masse

Facebook Twitter

Vie privée : La Justice européennne invalide le Safe Harbor. En rejettant le Safe Harbor, la Cour de Justice européenne met les pays de l'union au pied du mur en matière de protection des données personnelles de leurs concitoyens. (crédit : D.R.) L'avocat général de la Cour de justice de l'Union européenne, Yves Bot, avait préconisé il y a une quinzaine de jours de mettre un terme au Safe Harbor, un accord régissant le traitement des données personnelles de ressortissants européens par les sociétés américaines.

La Cour vient de suivre son avis en déclarant son invalidation. La lutte pour la protection des données personnelles a gagné une belle bataille. La Cour de Justice européenne vient en effet, une quinzaine de jours après l'avis de son avocat général Yves Bot, d'invalider la décision de la Commission européenne du 26 juillet 2000 - communément appelée Safe Harbor - relative à la capacité des Etats-Unis à assurer un niveau adéquat de protection aux données à caractère personnel transférées depuis un pays de l'union vers son territoire. France : une nouvelle loi pour légaliser la surveillance de masse. Un nouvelle proposition de loi légalisant la surveillance de masse va être débattue.

Ce projet concerne la surveillance des communications « envoyés ou reçues de l’étranger. Ce volet, initialement intégré dans la loi sur le Renseignement avait été précédemment censuré par le Conseil constitutionnel en Juillet dernier. En juillet dernier, le Conseil constitutionnel a validé la quasi-totalité de la loi renseignement, mais a censuré le volet portant sur la surveillance internationale des communications. La loi sur la surveillance des communications internationales vise à combler ce volet censuré. Alors que la loi renseignement violait de nombreux droits fondamentaux en France, cette nouvelle proposition élargit encore l’usage de systèmes de surveillance massive tout en réduisant à quasi-néant le contrôle effectif sur ces pratiques. Toutes les communications entre une personne en France et une située à l'étranger pourront être surveillées.

Signez notre pétition. Renseignement : la course folle à la surveillance internationale de masse. En fait d’encadrement, le texte construit minutieusement la toute-puissance de l’exécutif dans la surveillance hors des frontières nationales. L’espionnage international à grande échelle y est pensé comme une nécessité incontestable et qu'il est donc vain de contrôler : à peine les rédacteurs se sont-ils astreints, sous la timide incitation du Conseil constitutionnel, à enjoliver le texte de quelques limites, aussi lointaines que peu contraignantes. Excroissance survitaminée de la loi du 24 juillet 2015, la proposition de loi confie au Premier ministre le pouvoir d’autoriser la surveillance des communications émises ou reçues à l’étranger.

Hors des frontières, quelle que soit la nationalité des cibles, il suffira aux services de se référer à l'un de ces critères, aussi larges qu’imprécis pour déclencher la collecte massive des données de connexion et communications, surveillance sous la seule direction de l’exécutif. Communiqué de l’Observatoire des libertés et du numérique (OLN)

Les organisations citoyennes condamnent la proposition de loi sur la surveillance de masse. Avec cette nouvelle proposition de loi, le Parlement est sur le point d’approuver de nouvelles mesures de surveillance disproportionnée quant aux communications internationales. Basée sur le principe de collecte massive des données, la proposition cherche à légitimer les violations des droits civils et humains par les pratiques des services de renseignement, et notamment aux Etats-Unis et au Royaume-Uni tels que révélés par Edward Snowden. Dans la mesure où une part cruciale du trafic internet mondial transite par les câbles sous-marins français, cette loi intégrerait la France dans le système de surveillance mondial. Cette proposition s’ajoute à la loi sur le renseignement adoptée en juin 2015 qui permet entre autres au gouvernement de surveiller sans autorisation judiciaire les conversations téléphoniques et électroniques.

Nous sommes particulièrement inquiets sur les éléments suivants : - Les mécanismes de contrôle sont très insuffisants et manquent d’indépendance. Signataires : I have a D-RAM - 2m3.net. Zeroprivacy.jpg (JPEG Image, 800 × 600 pixels) « Les écoutes made in France », ma 1ère BD. La Revue Dessinée (Twitter, Facebook) a été créée par une bande de potes, dessinateurs & auteurs de bandes dessinées, qui ont décidé de proposer à des journalistes de faire des reportages & enquêtes en mode BD.

Ils m'ont contacté, j'ai adoré l'idée, et leur ai donc proposé de dessiner : « Les aventures des Pieds Nickelés chez Kadhafi » Quelque peu interloqués, je leur ai donc raconté l'histoire d'Amesys, cette PME française qui avait conçu un système de "surveillance massive" de l'Internet à la demande du beau-frère de Kadhafi, condamné (le beauf', pas Kadhafi) à la prison à perpétuité par la justice française pour son implication dans le pire attentat terroriste qu'ait jamais connu la France, et qui a depuis pris le contrôle de BULL.

Une histoire incroyable, mais vraie. Un jour, quelqu’un m’a dit que, du temps de Nicolas Sarkozy, une entreprise française avait vendu (et installé) un système de surveillance massive de l’Internet à la Libye de Kadhafi. Signaler ce contenu comme inapproprié. De la surveillance de masse à la paranoïa généralisée. Il y aura un avant et un après Snowden. Avant, ceux qui dénonçaient la montée en puissance de la société de surveillance passaient pour de doux paranoïaques (alors que les paranos, c’était pas eux, mais la NSA, ce que Snowden a amplement démontré). Depuis, tout le monde ou presque est persuadé d’être espionné par la NSA, ou encore que la DGSE espionnerait toutes les télécommunications, en France… ce dont je me permets de douter : la NSA ou la DGSE (& Cie) ont certes les moyens de tenter d’espionner n’importe qui, mais les documents Snowden ne permettent aucunement de conclure qu’ils espionneraient tout le monde, a fortiori tout le temps, façon « Big Brother« .

Mise à jour, juin 2015 : vous trouverez plus bas la vidéo de la suite de cette conférence, donnée à Pas Sage en Seine 2015, où j’ai tenté d’expliquer pourquoi je n’avais pas particulièrement peur des « boîtes noires » du Projet de loi relatif au renseignement, et pourquoi le problème me semble être ailleurs… Problème. Loi sur le renseignement: une copie de la NSA. Pourquoi le projet « Loi renseignement » ou « boite noire » est irréaliste techniquement. Une communication de NBS System Le projet de loi sur le renseignement qui est débattu depuis lundi dernier, 13 Avril 2015, propose une mise en écoute systématique et globale au niveau du réseau des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) ou des hébergeurs de services via une « boite noire ».

Sans même parler des aspects liberticides et contre-productifs d’une telle loi, il est surprenant de constater que, manifestement, aucune étude préliminaire ne semble avoir été commandée par les initiateurs de ce projet de loi. Pourquoi ? Parce qu’en l’état, l’implémentation de l’idée directrice semble bien irréaliste. Ecouter l’Internet français ? Parlons en premier lieu du concept le plus évident : le stockage. Le mot « écouter » simplifie de façon drastique l’imposant dispositif nécessaire pour mener à bien cette surveillance généralisée. Prenons l’exemple d’un internaute lambda qui n’utiliserait que son téléphone mobile en mode « données » (nous excluons ici toutes données vocales). Glenn Greenwald - L'importance de la vie privée et les dangers de la société de surveillance. Nouveau scandale sur la NSA et RSA. Mozilla impliqué. En fin d'année dernière, l'agence Reuters avait révélé que la société de sécurité RSA (désormais possédée par EMC) avait accepté 10 millions de dollars de la part de la NSA, pour imposer par défaut dans son logiciel de sécurité BSafe un algorithme que l'agence de sécurité américaine savait casser.

Il s'agissait du Dual Elliptic Curve Deterministic Random Bit Generator (Dual EC DRBG), une méthode de génération de nombres aléatoires pour laquelle les premiers soupçons émis par la communauté des cryptographes sont apparus dès le milieu des années 2000. Ce lundi, la même agence Reuters révèle qu'un groupe de chercheurs américains (de Johns Hopkins, l'Université du Wisconsin, l'Université d'Illinois...) publiera cette semaine le résumé d'une présentation qu'ils feront l'été prochain, dans laquelle ils affirment que la NSA a également poussé RSA à intégrer un autre protocole, "Extended Random". Interrogés par Reuters, ni Eric Rescorla ni Mozilla n'ont souhaité réagir. Six innovations technologiques anti-NSA qui pourraient bien changer le monde.

Plutôt que de ramper et de supplier le gouvernement US de respecter notre vie privée, ces innovateurs ont pris le problème à bras le corps, et leur travail pourrait bien complètement changer la donne. Les gens avaient l’habitude de penser que le gouvernement des États-Unis était retenu par la Constitution, qui interdit des recherches et des saisies déraisonnables et qui requiert le respect des procédures lors des enquêtes criminelles, mais de telles illusions se sont évaporées ces dernières années. Il s’avère que la NSA se considère au-dessus des lois à tous les égards et se sent en droit d’espionner n’importe qui, n’importe où sur la planète sans mandat, et sans réelle supervision. Évidemment, ces révélations ont choqué le citoyen moyen qui a été conditionné à prendre les paroles du gouvernement pour argent comptant, et les répercussions ont été considérables.

La récente campagne "The Day We Fight Back Icône de liens externes 1 – Médias sociaux décentralisés – vole.cc VIDEO en anglais. Comment Chrome envoie tous vos mots de passe à Google. Le saviez-vous ? Lorsque vous vous connectez à Chrome avec votre compte Google, le navigateur envoie par défaut l'ensemble de vos mots de passe des sites tiers sur les serveurs de Google, pour vous permettre de les retrouver. Un risque considérable pour la sécurité, que la firme documente très mal. Désormais, lorsque vous vous connectez à votre compte Google avec Chrome ("Menu" / "Se connecter à Chrome…"), Google synchronise par défaut l'ensemble des éléments enregistrés dans le navigateur avec ses serveurs, y compris la liste des mots de passe mémorisés localement.

Le tout avec une transparence largement perfectible, pour ne pas dire plus. En effet, lorsque l'internaute demande sur Chrome à se connecter à son compte pour "accéder à vos favoris, à votre historique et à vos paramètres sur tous vos appareils", le formulaire de connexion suivant apparaît, sans que la case "Sélectionner les éléments à synchroniser" ne soit cochée par défaut : Lire. Echelon, le Pouvoir Secret. Lantern, le logiciel qui veut éradiquer la censure d'Internet. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martin Untersinger Si vous vous trouviez en Chine, vous ne pourriez pas lire cet article. LeMonde.fr est en effet bloqué par la censure chinoise, et sans outils techniques spécifiques, impossible d'y accéder.

C'est ce type de blocage que Lantern veut rendre obsolète. Ce petit logiciel, lancé sur un ordinateur situé dans un pays qui ne s'adonne pas à la censure, sert de relais aux internautes censurés pour accéder aux sites bloqués dans leurs pays. Il existe déjà des solutions pour contourner la censure mais « elles ont toutes eu beaucoup de difficultés à rester constamment disponibles et non bloquées », explique au Monde le créateur de Lantern, Adam Fisk.

Cet Américain travaille sur ce projet depuis l'été 2010. . « J'ai pris conscience que l'achitecture du logiciel sur laquelle on travaillait pouvait être une solution à la censure, qui commençait alors à devenir un vrai problème. » Une architecture décentralisée L'accès, pas l'anonymat C'est pour cela que M. Petit guide pour protéger sa vie privée sur Internet - High-Tech. «Je n’ai rien à cacher». C’est une réaction fréquente quand on parle de sa vie privée sur Internet, un peu comme si tourner la clé de sa maison virtuelle nous rendait suspect. Jusqu’au jour où on découvre l’ampleur des traces laissées sur son passage: Facebook affiche une publicité avec les chaussures que vous avez regardées sur un autre site, ou une compagnie aérienne augmente le prix du billet que vous convoitez parce que vous y avez déjà jeté un coup d’œil il y a quelques heures, révélant ainsi votre intérêt pour cette destination.

«Bien sûr que vous avez des choses à cacher en ligne! Mais ce n’est pas si facile: Google en sait par exemple plus sur ce que je fais de mes journées que ma propre mère», résume François Charlet, juriste lausannois spécialiste des nouvelles technologies, qui se dit «farouchement opposé à être surveillé à toute heure du jour et de la nuit.» Un cadenas sur le web Deuxième astuce: configurez votre navigateur pour qu’il laisse moins de traces. Fawkes News: Une analyse de trafic réseau de Windows 10 dévoile l’incroyable étendue de l’espionnage mis en place par Microsoft.

Au regard de l'incroyable vol de données personnelles effectué par Microsoft, qui s'avère encore pire que l'on pensait dans un premier temps, je ne saurais trop vous déconseiller vivement de passer à Windows 10. Le concept: "Si c'est gratuit, vous êtes le produit" est plus que jamais vrai dans ce cas avec Microsoft qui a vraiment dépassé les bornes. Ce n'est plus un système d'exploitation mais l'espion à domicile dont Big Brother à toujours rêver.

Fawkes Mais il est maintenant clair que cela ne suffit pas du tout à réduire de manière significative l’étendue de l’espionnage mis en place par Microsoft quand on se penche sur l’analyse réseau qui a été faite par un spécialiste tchèque : les résultats sont bien au-delà de tout ce qui avait été annoncé et par Microsoft, et par les plus paranoïaques des geeks anti-Windows ! Voici les informations collectées qui ont pu être identifiées en analysant le trafic réseau d’un ordinateur sous Windows 10 :

Loi renseignement : vote désastreux des sénateurs qui abandonnent les libertés publiques. Paris, 9 juin 2015 — La loi relative au renseignement a été votée ce 9 juin au Sénat par 252 voix pour, 67 voix contre et 26 abstentions. Cette loi a été discutée en urgence et sous la pression d'un gouvernement arguant de l'extrême risque terroriste pour imposer l'espionnage de masse de la population française pour des finalités larges. Elle fera peser sur la France le poids d'une surveillance diffuse, intrusive, indiscriminée et sans contrôle réel.

La Quadrature du Net regrette amèrement l'aveuglement des parlementaires français et appelle les citoyens à ne pas renoncer à leurs libertés. Malgré une opposition proportionnellement un peu plus marquée qu'à l'Assemblée nationale, le vote des sénateurs a rejoint celui des députés le 5 mai dernier pour adopter un texte dénoncé comme dangereux par une part importante des défenseurs des libertés, des syndicats, des magistrats et avocats, des journalistes et malgré une opposition argumentée et transpartisane au sein même du Parlement1. 1. Renseignement : la loi menace l’équilibre de notre démocratie. Tribune Nous sommes pleinement conscients des menaces que les nouvelles formes de terrorisme font peser sur nos espaces démocratiques. La loi relative au renseignement adoptée récemment par le parlement français entend être la réponse la plus appropriée à ces menaces. Nous nous inquiétons toutefois très vivement d’un certain nombre de points inhérents à cette loi qui touchent, non seulement au respect des libertés individuelles, mais au sens que nous entendons conférer à la construction du vivre ensemble.

Making of Une trentaine de chercheurs, anthropologues, philosophes, sociologues, se dressent contre la loi sur le renseignement. Et appellent le Conseil constitutionnel, aujourd’hui saisi du texte, à faire de même. Une version remaniée de cette tribune a été publiée dimanche dans les pages du Monde. Dans la loi en question, un régime d’exception se profile assez nettement. Terrorisme, dissidence : risque de confusion Le fantasme d’un homme prédictible Quel monde voulons-nous construire ? Article offert : Loi sur le renseignement: un attentat aux libertés.

C'est confirmé, la France adopte la surveillance de masse. Loi Renseignement : un ami expert du Big Data explique le danger de la surveillance automatisée. President Obama Forgets To Thank Edward Snowden For Surveillance Reform. Contrat social connecté (2) : de la surveillance généralisée à la régulation étatique d’Internet.

Loi sur la surveillance : la fuite des canaux. [NextINpact] Deux recours en France contre la surveillance internationale et la rétention des données. Surveillance des réseaux : Vodafone balance tout. Dans son rapport 2013, la CNIL dénonce la surveillance massive des citoyens. Des recours déposés devant le Conseil d'État contre la surveillance Internet. Vers la fin de la surveillance généralisée des internautes européens par les Etats-Unis ? La proposition de loi sur la surveillance internationale adoptée.