background preloader

TDAH

Facebook Twitter

La stimulation cérébrale testée par l’armée américaine sur ses militaires. Les opérations militaires nécessitent parfois que les personnels effectuent des actions complexes où ils doivent être multitâches : ils sont placés dans des situations les contraignant à traiter une masse considérable d'informations en même temps, sous une pression forte, de quoi atteindre les limites de leurs capacités.

La stimulation cérébrale testée par l’armée américaine sur ses militaires

Par exemple, dans l'armée de l'air, les pilotes de drones doivent rester concentrés durant de longues périodes pendant lesquelles ils répondent à de multiples sollicitations. D'une manière générale, les performances des humains ont tendance à diminuer quand ils sont surchargés d'informations... C'est pourquoi l'armée de l'air américaine a mené une étude pour évaluer l'efficacité de l'électrostimulation cérébrale dans un contexte multitâche. La technique employée était celle de la stimulation transcrânienne à courant direct (tDCS), appliquée sur le cortex préfrontal dorsolatéral gauche.

Ces résultats paraissent dans la revue Frontiers in Human Neuroscience. Troubles de l'attention / hyperactivité. Tout petits, certains enfants font preuve d’une inquiétante activité : ils bougent sans cesse, même lorsqu’ils dorment, et jamais leur regard ne se fixe plus d’une seconde sur la même chose !

Troubles de l'attention / hyperactivité

Leurs mains, leurs pieds, leur tête, sont constamment en mouvement. Ils attrapent (et cassent !) Tout ce qui passe à leur portée. Si leurs parents parviennent, à grand peine, à garder patience, il n’en va pas de même des nourrices, puéricultrices et autres maîtresses de maternelle. Parce qu’elles ont la charge d’un groupe de petits enfants, ce qui est en soi exténuant, la présence au milieu d’eux d’un bambin aussi remuant compromet leurs efforts pour maintenir le calme et organiser des activités ordonnées. Lorsqu’elles ont épuisé leur arsenal de douceur, de promesses, puis de menaces et de punitions, elles n’ont pas d’autre choix que de convoquer les parents, pour d’abord rechercher une explication familiale au problème (« Votre enfant n’est-il pas victime de maltraitances à la maison ?

Une consultation publique pour mieux prendre en charge le TDAH. TDA/H Belgique. Neurofeedback: le "mind-mirror" permet de visualiser l'activité de son cerveau pour divers entraînements. Des chercheurs français (1) ont mis au point un dispositif, qu'ils ont appelé Mind Mirror, qui permet différentes applications de neurofeedback.

Neurofeedback: le "mind-mirror" permet de visualiser l'activité de son cerveau pour divers entraînements

Il combine des méthodes de réalité augmentée et d’électroencéphalographie (EEG) en temps réel. Les technologies de réalité augmentée consistent en systèmes informatiques qui rendent possible la superposition, en temps réel, de modèles virtuels à la perception naturelle de la réalité. L’utilisateur est équipé d'un casque EEG muni d'électrodes situées à la surface du crâne pour capter et enregistrer l’activité électrique émise par le cerveau. Une caméra 3D permet de suivre la position de la tête afin que le cerveau virtuel soit parfaitement superposé, avec un effet de transparence, au niveau du crâne de l’utilisateur. Les chercheurs ont testé l’utilisation du Mind Mirror au cours d’une tâche où les participants devaient apprendre à contrôler leur activité cérébrale de concentration/relaxation.

Le neurofeedback Psychomédia avec sources: Inria. Hyperactivité : l'IRM au secours d'un diagnostic objectif ? IMAGERIE.

Hyperactivité : l'IRM au secours d'un diagnostic objectif ?

Alors que les études de ces dernières années ont tendance à montrer une augmentation de la prévalence des troubles du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), une découverte importante vient d’être faite par une équipe de chercheurs chinois. Celle-ci pourrait en effet favoriser un diagnostic précoce et objectif de ces troubles de l’attention. Publiée le 14 avril dans la revue Radiology cette étude pointe le potentiel de l’imagerie par résonnance magnétique (IRM) qui pourrait permettre de favoriser un diagnostic précoce, objectif et précis de ces troubles qui atteignent entre 5% et 9% des enfants et adolescents dans le monde.

En France c’est environ 3,5% des jeunes qui sont concernés. Une concordance entre comportement, symptômes et imagerie Les résultats ont en effet montré que les jeunes garçons atteints de TDAH présentaient des différences structurelles de certaines régions cérébrales et des fonctions qui y sont hébergées.