background preloader

Enjeux contemporains de l'éducation populaire

Facebook Twitter

A propos de « l'avenir » de l'éducation populaire. Christian Maurel : L'Education populaire, à la fois grain de sable et goutte d'huile du système. Détails Education populaire Propos recueillis par Jean-Luc Degée Plus les crises financières, économiques, sociales, politiques et environnementales se développent, plus la question du « que faire ?

Christian Maurel : L'Education populaire, à la fois grain de sable et goutte d'huile du système

» se fait pressante. Ces crises mettent en lumière une certaine prise de conscience de l'urgence de penser et agir autrement mais provoque en même temps un décourageant sentiment d'impuissance individuelle et collective. A l'image de ce qui s'est construit dans les révolutions arabes et le mouvement des indignés, il est possible de transformer la puissance de soumission en puissance d'action : c'est toute la fonction de l'éducation populaire que défend Christian Maurel. [Interview initialement parue dans AGIR PAR LA CULTURE N°27 / Automne 2011] EDUCATION POPULAIRE ET PUISSANCE D'AGIR - Les processus culturels de l'émancipation, Christian Maurel. Les processus culturels de l'émancipation Christian MaurelTravail du socialTRAVAIL SOCIAL Comment faire pour que des hommes qui sont les produits de l'Histoire puissent individuellement et collectivement faire l'Histoire et construire leur devenir commun ?

EDUCATION POPULAIRE ET PUISSANCE D'AGIR - Les processus culturels de l'émancipation, Christian Maurel

L'éducation populaire doit être pensée avant tout comme une praxis culturelle de transformation sociale et politique. On ne peut pas la réduire à la gestion d'activités au service d'une improbable paix sociale. Catalogue en ligne COSOTER. L'EDUCATION POPULAIRE, REMPART CONTRE LES DANGERS DU POPULISME ? Qu’entendre par populisme ?

L'EDUCATION POPULAIRE, REMPART CONTRE LES DANGERS DU POPULISME ?

« Le mot est partout, sa définition nulle part » écrit l’historien Philippe Roger dans le Monde du 10 /2/2012. « Maladie sénile des démocraties ? » s’interroge-t-il avant d’ajouter que « sa complexité est réelle » et que pour sortir de cette difficulté, que nous qualifions à la fois d’épistémologique et d’axiologique, « c’est la place du peuple plus que le mot populisme qui est à redéfinir ». Certains, comme Ernesto Laclau, vont même jusqu’à penser, dans la même édition du Monde, que « sans une certaine dose de populisme, la démocratie est inconcevable aujourd’hui ». Et cependant l’Histoire, notamment contemporaine, est durement marquée par les populismes (le pluriel est préférable au singulier) dérivant vers les pires dangers pour les peuples et les démocraties, jusqu’à la barbarie, quelques fois avec les meilleures intentions.

L’éducation populaire, rempart au populisme ? Ludovic Falaix Ludovic Falaix est conseiller d’éducation populaire et de jeunesse. Il a exercé trois ans à la Direction régionale de la jeunesse et des sports de Haute-Normandie avant d’obtenir un détachement dans une collectivité territoriale du sud aquitain où il vit actuellement. Il est docteur en géographie/aménagement – Laboratoire SET CNRS 5603 Ses travaux portent sur les enjeux liés au développement des sports de nature.

Il travaille en parallèle sur le traitement des questions d’éducation populaire et de jeunesse dans la mise en oeuvre des politiques publiques. L'héritage de l'éducation populaire dansl'action culturelle. TRANSMISSION.doc. Un immense besoin d'éducation populaire.

Education populaire et transformation sociale (C. Maurel) POUR DES ETATS GENERAUX DE L'EDUCATION POPULAIRE. POUR DES ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’ÉDUCATION POPULAIRE.

POUR DES ETATS GENERAUX DE L'EDUCATION POPULAIRE.

Contribution de Christian Maurel, membre du collectif national « Éducation populaire et transformation sociale ». L’éducation populaire, un immense besoin, une urgente nécessité. Pourquoi ? Parce que nous vivons une crise économique, sociale, environnementale et anthropologique telle que le monde ne peut continuer en l’état et qu’il est plus que jamais nécessaire que les hommes reprennent leur destin en main. Parce que nous assistons à un redéploiement des inégalités. Parce que notre démocratie représentative est à bout de souffle, elle a fait son temps et montre ses limites. L'éducation populaire doit redevenir un mouvement de transformation sociale. L’éducation populaire est à la croisée des chemins, elle doit se ressourcer ou alors sombrer dans la marchandisation ou l’instrumentalisation !

L'éducation populaire doit redevenir un mouvement de transformation sociale

Toutes organisations confondues, les fédérations et associations d’éducation populaire regroupent plusieurs millions de personnes . La « vieille dame », créée par Jean Macé en 1866 revendique 2.200 000 adhérents répartis dans 35 000 associations . La Ligue de l’Enseignement, puisqu’il s’agit d’elle constitue la plus grande « structure », une véritable confédération, certes, mais d’autres maisons ont aussi de larges vitrines, qu’elles soient laïques comme Léo Lagrange et les Francas ou d’origine confessionnelle comme l’UFCV. Ce sont des organisations qui ayant pignon sur rue continuent à se maintenir, voire à se développer.

Ce sont pourtant des géants aux pieds d’argile : leur puissance est réelle, leur influence aussi mais elles ne sont plus pour la grande majorité d’entre elles peuplées de très nombreux militants et militantes. Jean-François CHALOT. Qui veut la peau de l'éducation populaire ? - Mouvement associatif. Depuis quelques mois, les associations d’éducation populaire subissent une campagne de déstabilisation de la part du gouvernement.

Qui veut la peau de l'éducation populaire ? - Mouvement associatif

Baisses de financement, suppressions de subventions, démantèlement des outils à leur disposition, tout y passe. Jusqu’à la fermeture d’un lieu historique pour ces associations : l’Institut national de jeunesse et d’éducation populaire (INJEP) de Marly-Le-Roi. Une véritable politique associative est nécessaire. Démocratie participative et participation citoyenne : conceptions et enjeux. Cette analyse se situe de façon particulière, en pleine crise géopolitique, sociale, écologique, politique, économique.

Démocratie participative et participation citoyenne : conceptions et enjeux

Plusieurs crises se conjuguent le contexte actuel est caractérisé par une conjonction de crises ou d’impasses : une crise écologique, de long terme, qui a débuté depuis la seconde moitié du XIXème siècle avec l’exploitation industrielle, et qui s’accélère depuis 20 ans. Elle devient aujourd’hui explosive au sens propre du terme, avec les effets de plus en plus lourds des dérèglements climatiques et les conséquences du tsunami et des catastrophes nucléaires en série au Japon.

Mais les atteintes à la biodiversité ne sont pas moins graves à moyen terme. l’impasse énergétique, qui se manifeste par une tension sur les prix du pétrole notamment et qui ne peut que s’aggraver avec la remise en cause du nucléaire. L'éducation populaire, un enjeu de société. «Une politique d’émancipation individuelle et collective demeure indispensable et d’actualité», affirment les députés Annick Girardin (PRG) et Michel Ménard (PS).

L'éducation populaire, un enjeu de société

Pour préserver le modèle associatif, structure sous-jacente de l'éducation populaire, ils préconisent un engagement fort de l'Etat, soutenu par les collectivités territoriales. Educ pop, une actualité en question. De l’éducation populaire à la domestication par la « culture », par Franck Lepage. En France, quand on prononce le mot « culture », chacun comprend « art » et plus précisément « art contemporain ».

De l’éducation populaire à la domestication par la « culture », par Franck Lepage

Le mot Culture, avec son singulier et sa majuscule, suscite une religiosité appuyée sur ce nouveau sacré, l’art, essence supérieure incarnée par quelques individus eux-mêmes touchés par une grâce — les « vrais » artistes. La population, elle, est invitée à contempler le mystère. Entamée dès les années 1960 sous l’égide du ministère des affaires culturelles, la réduction de la culture à l’art représente une catastrophe intellectuelle pour tout homme ou toute femme de progrès.