background preloader

Liberté d'expression

Facebook Twitter

La caricature au service de la démocratie. LibéRation de Philo. “Charlie Hebdo”: la revue de presse des prises de position philosophiques • Brèves, Charlie Hebdo, Presse, Démocratie, Islam, Caricature, Offense, Préjudice, Pascal Bruckner, Abdennour Bidar, Robert Badinter, Bernard Henri-Lévi, Etienne Balibar, Michel On. Parcours. De « Charlie » à Dieudonné, jusqu'où va la liberté d'expression ? « Pourquoi Dieudonné est-il attaqué alors que Charlie Hebdo peut faire des “unes” sur la religion » ?

La question est revenue, lancinante, durant les dernières heures de notre suivi en direct de la tuerie à Charlie Hebdo et de ses conséquences. Elle correspond à une interrogation d'une partie de nos lecteurs : que recouvre la formule « liberté d'expression », et où s'arrête-t-elle ? La liberté d'expression est encadréeLa particularité des réseaux sociauxLe cas complexe de l'humourCharlie, habitué des procèsDieudonné, humour ou militantisme ? 1. La liberté d'expression est un principe absolu en France et en Europe, consacré par plusieurs textes fondamentaux. « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi », énonce l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme de 1789.

Cependant, elle précise : Liberté d’expression, liberté de la presse - Je suis Charlie. La Liberté de la presse en France. Héritage et actualité, un ouvrage de Solenn Duclos, dans la collection « Education aux médias », 2011.La loi du 29 juillet 1881 instaurait durablement la liberté de la presse, après un combat séculaire contre les censures qui l’entravaient régulièrement. Quasiment inchangée, cette loi vient de franchir le seuil du XXIe siècle, au moment même où d’autres faits réinterrogent les droits de la presse. L’intégration de la France dans l’Europe, l’essor d’Internet ou encore les apparentes contradictions entre l’information et la protection de la vie privée constituent autant d’enjeux inédits. Après avoir retracé l’histoire de la liberté de la presse en France, Solenn Duclos s’intéresse dans un deuxième temps aux défis qui se présentent dans un contexte de libéralisation inédit conjugué à un essor numérique bouleversant les repères traditionnels.

Trois mots pour les morts et pour les vivants. Un vieil ami japonais, Haruhisa Kato, ancien professeur à l’université Todai, m’écrit ceci : «J’ai vu les images de la France tout entière en deuil. J’en suis profondément bouleversé. Dans le temps, j’ai beaucoup aimé les albums de Wolinski. Je suis abonné depuis toujours au Canard enchaîné. J’apprécie chaque semaine les dessins du Beauf de Cabu. J’ai toujours à côté de mon bureau son album Cabu et Paris, dont plusieurs dessins qu’il a peints de jeunes filles japonaises, touristes épanouies aux Champs-Elysées, sont admirables.» D’autres m’écrivent aussi de partout : Turquie, Argentine, Etats-Unis… Tous expriment de la compassion et de la solidarité, mais aussi de l’inquiétude : pour notre sécurité et pour notre démocratie, notre civilisation, j’allais dire notre âme.

Communauté. C’est pourquoi la communauté ne se confond pas avec l’«union nationale». Imprudence. Jihad. Laissons les idées mourir à la place des hommes. Je propose dix points pour essayer d’éviter quelques crampes mentales pouvant naître à la suite des événements meurtriers qui se sont produits dans les locaux de Charlie Hebdo, en pleine rue à Montrouge et dans l’épicerie casher de la porte de Vincennes.

Avant d’exposer ces points, je tiens à dire mon empathie avec la famille des victimes qui est aussi la famille de tous, «la famille humaine» dont parle le premier considérant de la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. 1) D’abord, cesser - comme le préconisent les démographes et les politologues Youssef Courbage, Emmanuel Todd et Olivier Roy - de faire de l’islam un critère explicatif des malaises ou des difficultés que rencontre la société française. 2) Rien ne justifie de maudire religieusement quelqu’un : c’est l’avis du théologien et philosophe Al-Ghazali (1058-1111).

Maudire ou tuer quelqu’un «au nom de la religion» ne relève pas de la croyance ou de l’incroyance mais de la désobéissance civile, disait-il. Charlie Hebdo, janvier 2015 : en parler avec les jeunes. Emission spéciale Charlie Hebdo - Caricaturistes dans le monde: Fantassins de la liberté. Hier, Mercredi 7 janvier, 12 personnes perdaient la vie lors d'un attentat perpétré dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo. Cabu, Charb, Georges Wolinski, Tignous, Phillipe Honoré, tous dessinateurs de presse, figures emblématiques du journal, de la presse, de la liberté d'expression. figurent parmi les victimes.

Emission hommage avec les Cabu, les Charb; les Tignous et les Wolinski tunisien, iranien, algérien; burkinabé, israélien, danois, vénézuélien... Aujourd’hui, France Culture dédie et consacre son antenne à l'attentat terroriste contre Charlie Hebdo… 16 heures d'antenne, depuis 6h ce matin, avec la diffusion notamment de trois documents exceptionnels - 5 heures d'à voix nue avec Cabu et Wolinski, ainsi qu'un documentaire consacré à Charlie Hebdo réalisé en 2002 à l'occasion du dixième anniversaire du journal. Hier, vers 11h30, en fin de matinée, le journal Charlie Hebdo était attaqué par des hommes armés… Mais aussi: - Frédéric Boisseau, agent d'entretien Damien Glez, Liberté d’expression et ses limites | Internet responsable.

Page mise à jour le 04 octobre 2016 En France, la liberté d’expression est consacrée par l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. En revanche, la liberté d’expression n’est pas un droit absolu et elle se trouve affectée de nombreuses limites que les internautes ne doivent pas ignorer. Présentation La liberté d’expression est un droit fondamental. Ses limites sont des exceptions qu’il est parfois difficile de cerner et qui évoluent avec le temps et les usages. Il n’est donc pas ici question de brider la liberté d’expression de quiconque, enseignant, personnel non enseignant, chef d’établissement, élève ou parent, mais d’effectuer un rappel des limites fixées par la loi. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 énonce : Le principe est ainsi posé mais encore faut-il connaître les limites. Enfin, il est important de mentionner le droit de réponse[4].

Illustration En savoir plus... Liens internes Texte réglementaire Jurisprudences. Que reste-t-il de la liberté d’offenser? - LibéRation de Philo. Par Ruwen Ogien Des dizaines de milliers de personnes ont exprimé leur horreur devant les exécutions de la plupart des membres de la rédaction de Charlie Hebdo. Les mêmes ont proclamé leur attachement indéfectible au principe de la liberté d’expression, comme s’il allait de soi pour tout le monde. Mais ce principe est pourtant continuellement remis en cause pour des raisons qui ne sont pas toutes inacceptables. Enseigne lunmineuse sur le toit de Springer, le groupe de presse allemand, à Berlin, le 8 janvier. Photo Hannibal Hanschke. Reuters Ainsi, en France, les propos négationnistes, homophobes, racistes ou xénophobes sont désormais sanctionnés par la loi. Distinguer offenses et préjudices En fait, les bases philosophiques du principe de la liberté d’expression doivent être constamment repensées et réaffirmées. Mais il pourrait renforcer les convictions de ceux qui les acceptent.

La liberté d'expression suppose la liberté d'offenser (1) John Stuart Mill, De la liberté (1859).