background preloader

BIOETHIQUE

Facebook Twitter

Transhumanismefiche relu 1. Transhumanisme et eugénisme : L’humanité en question ? A l’occasion de la sortie de son livre, Jean-Marie Le Méné évoque pour Gènéthique, les raisons qui l’ont conduit à considérer que les personnes trisomiques étaient « Les premières victimes du transhumanisme »[1].

Transhumanisme et eugénisme : L’humanité en question ?

Gènéthique : Pourquoi avez-vous écrit ce livre ? Jean-Marie Le Méné : Je me rends compte que depuis 20 ans, nous sommes devant un phénomène historique : une population est en train de disparaître. Cette population ne disparaît pas à cause d’une guerre, ou d’un tremblement de terre, mais parce qu’elle a un chromosome supplémentaire. En France, 96% de la population diagnostiquée porteuse de T21, disparait par avortement. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la médecine rend mortelle une pathologie qui ne l’est pas.

Ensuite, j’ai constaté que l’attitude collective à l’égard de la trisomie s’était singulièrement durcie. Et puis, j’ai été invité, il y a 2 ans, à participer à l’émission « la tête au carré » sur France Inter. L'eugénisme n'est pas un gros mot. Le Royaume-Uni s'apprête à autoriser la fécondation in-vitro à trois personnes.

L'eugénisme n'est pas un gros mot

Une occasion de reconsidérer ce qui pourrait être éthiquement autorisé dans le champ de la génétique? Ce jeudi 29 octobre, le Royaume-Uni va devenir le premier pays à autoriser une fécondation in-vitro à trois personnes, soit «la création d'un bébé avec trois parents», raconte le Telegraph. Schéma du Telegraph expliquant comment fonctionne une fécondation in-vitro à trois parents. «Si cela semble semble sorti tout droit d'un film de science-fiction (ou d'un film d'horreur), la technique est relativement simple: elle consiste à remplacer l'ADN de l'œuf d'une femme avec l'ADN d'un donneur, afin d'empêcher des maladies génétiques dévastatrices de passer de la mère à l'enfant.»

Un risque de dérives pointé L'eugénisme est un gros mot, le genre de mot qui met mal à l'aise toute une partie de la population. Des vies plus longues et plus heureuses Mais le Telegraph affirme qu'il, «est temps de repenser tout cela. Eugénisme : mais oui, pourquoi pas ? Dans un article du dernier supplément « Science et Médecine » du « Monde », Laurent Alexandre revient sur les recherches actuelles sur le génome humain, cherchant à éliminer chez les embryons les gènes de certaines maladies génétiquement transmises .

Eugénisme : mais oui, pourquoi pas ?

Ces recherches ne sont pas encore au point, comme l’ont prouvé des essais réalisés par les Chinois sur des embryons qui, de toutes façons, n’auraient pas pu survivre du fait d’autres anomalies d’origine génétique associées : on ne sait pas encore « cibler » les modifications génétiques sur le seul gène visé : mais on le saura dans une vingtaine d’années, personne n’en doute . Ce qu’il faut comprendre, c’est que la suppression du gène visé éliminera la maladie génétique non seulement chez l’embryon, mais aussi chez toute sa future descendance . La révision des lois de bioéthique . FAQ - Actualités.

Toutes les FAQs citoyens Qu’appelle-t-on la bioéthique ?

La révision des lois de bioéthique . FAQ - Actualités

Le mot bioéthiqueBioéthiqueQuestions éthiques et sociétales posées par les innovations médicales qui impliquent une manipulation du vivant comme les expérimentations sur l’homme, les greffes d’organes et l’utilisation des parties du corps humain, la procréation médicalement assistée, les interventions sur le patrimoine génétique, etc. est constitué de deux racines : "bio" signifiant "vivant" et "éthique" "ce qui est bon pour l’homme". CCNE ETHIQUE :Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel. N'ayez pas peur de la GPA, bientôt la greffe d'utérus. On découvre une étrange tribune -comme s’il y avait le feu à la maison France- autour d’un sujet qui semble urgentissime aux yeux des signataires du texte «Pour l’arrêt immédiat…» .

N'ayez pas peur de la GPA, bientôt la greffe d'utérus

Quatre types d’arguments y sont battus et moulinés à l’envi depuis des années : 1. Les droits humains seraient violés par la GPA, une exploitation pure et simple de femmes pauvres, sous informées, exploitées etc. 2. La PMA dans son ensemble est également visée car les femmes françaises ou espagnoles qui donnent – «vendent» paraît-il - leurs ovocytes pour que des couples infertiles puissent bénéficier de FIV tombent sur le même couperet ; argument d’autorité qui émane d’auteurs dont aucun n’est d’ailleurs spécialiste de la question. 3. 4. Visiblement ce cri d’alarme vient de loin, il vise notamment le classique argument de la «nature» : «Vous êtes infertiles, hétéro ou homo ou encore célibataire, eh !

Dernier ouvrage : Voyage au pays des infertiles, Ed. Geneviève Delaisi de Parseval psychanalyste. GPA : de 60.000€ à 150.000€ le prix du bébé à Bruxelles. FIGAROVOX/OPINION - Un salon de promotion de la GPA s'est tenu à Bruxelles le 3 mai dernier.

GPA : de 60.000€ à 150.000€ le prix du bébé à Bruxelles

Pour Xavier Lombard, qui y a assisté, la pratique des mères porteuses éthique est une fiction. Xavier Lombard est créateur d'entreprises et blogueur. Historique des lois de la bioéthique - Lois de bioéthique : la révision 2010-2011 - Dossiers. L'historique des lois liées à la bioéthique en France comporte deux dates importantes à ce jour, 1994 et 2004.

Historique des lois de la bioéthique - Lois de bioéthique : la révision 2010-2011 - Dossiers

En 1994, trois lois ont été promulguées Dolly, le premier mammifère cloné de l'histoire, en 1997, à sept mois. Comité Directeur pour la Bioéthique (CDBI) Comité de Bioéthique (DH-BIO) Depuis le 1er janvier 2012, suite à la réorganisation des instances intergouvernementales au Conseil de l'Europe, le Comité de Bioéthique (DH-BIO) mène les travaux qui sont assignés au Comité directeur pour la bioéthique (CDBI) par la Convention pour la protection des droits de l’homme et de la dignité de l’être humain à l’égard des applications de la biologie et de la médecine.

Comité Directeur pour la Bioéthique (CDBI)

Bioéthique.