background preloader

Education aux Medias et à internet

Facebook Twitter

6ème – Classe Numérique. Les valeurs de la République. Comprendre les médias - éducation aux médias - Apprendre le français avec les médias. Séquence Rumeur ou information : présentation. Séquences pédagogiques : Utiliser la presse Rumeur ou information ? Quelle est la différence entre une rumeur et une information ?

C'est précisément au journaliste qu'il incombe tout particulièrement d'établir la différence entre les deux. Pour celui qui l'apprend, une information possède au moins deux caractéristiques essentielles : elle a un auteur (le journaliste) et une source authentifiée, généralement précisée par le journal qui la publie, lequel se porte garant de cette information. En effet, dès lors que l'information est publiée, le journaliste qui en est l'auteur s'engage à avoir vérifié l'authenticité de cette information auprès de ses propres sources (recoupement). La rumeur, tout au contraire n'a pas d'auteur : on la tient d'untel, qui lui-même...

Anodines ou dangereuses, les rumeurs occupent une place non négligeable dans notre univers quotidien. Le travail qui est proposé ici est sommaire. PS : traiter de la rumeur expose à quelques difficultés. Pub.jpeg 1 600 × 1 290 pixels. Difficultés scolaires : apprendre avec les médias. 08. Bien mener une interview. Il cadre l’interview, oriente et rythme son déroulement. Le rôle du journaliste est de mener l’interview et de respecter les contraintes du dispositif. Il doit : Annoncer les règles à l’interviewé : – La durée de l’interview : le temps dont on dispose (pour la réalisation et pour la diffusion). – Le type de dispositif : interview en direct ou interview montée. – Le cadre de diffusion (Journal Télévisé, magazine etc…).

Tirer le meilleur de l’interviewé : – L’interlocuteur est un « habitué du micro » . – La personne interviewée est intimidée par la situation d’interview ou choquée par un événement extraordinaire : le journaliste amorce l’interview par des questions simples, fermées et familières (l’âge, le domicile, le nom) et utilise si possible les mêmes mots que ceux de l’interviewé. Techniques d’interview. Ne pas mettre la réponse dans la question : La question porte sur un sujet et la réponse de l’interviewé la complète par un propos. Reformuler la réponse pour le téléspectateur : Waldeck TV, la première web TV collégienne - LeWebPédagogiqueLeWebPédagogique.

Waldeck TV, c’est l’histoire d’une sacrée aventure pédagogique… et comme elle se déroule dans mon établissement, j’ai eu tout le loisir de voir éclore et grandir un projet éducatif ambitieux et innovant. Depuis maintenant quatre ans, des élèves du collège Waldeck Rousseau de Firminy (Loire) interviewent des artistes du monde du spectacle et de la musique. Izia, Stromae, Ayo, Jamel Debbouze, Stéphane Rousseau, Anthony Kavanagh ou encore Michaël Grégorio : leur tableau de chasse est impressionnant.

Retour sur une réussite éducative aux multiples facettes. Au départ, le projet d’une classe de 3ème euro L’histoire a commencé avec Euro TV news, un projet initié par Frédéric Florin, professeur d’anglais au collège Waldeck Rousseau de Firminy. D’Euro TV news à Waldeck TV Les élèves de 3ème euro s’étant envolés vers le lycée, M. Dans l’Expérithèque (la bibliothèque des expérimentations pédagogiques), Frédréric Florin a ciblé les trois objectifs poursuivis : 1. 2. 3.

Pour en savoir + L'Agence nationale des Usages des TICE. Si c'était à refaire. Ne dirait-on pas que les jeunes, nos enfants, les élèves, ne sont plus vraiment les mêmes ? Le CRDP de Créteil m’a aimablement invité, le 13 février dernier, dans le cadre de ses Mercredis, à prendre la parole au CDDP du Val-de-Marne sur le thème général des enjeux pour l’école de l’éducation aux médias numériques.

J’ai choisi d’évoquer tout particulièrement, comme je l’avais fait en d’autres occasions, les pratiques numériques médiatiques des jeunes, les enjeux pour l’école et la société. Dans les échanges qui ont suivi, nous avons tenté de tracer quelques perspectives, d’imaginer comment l’école serait contrainte à s’adapter et évoluer. Comment ne pas s’interroger, par exemple, sur quelques-uns des chiffres que nous annoncent certaines des enquêtes récentes ? Comment comprendre que plus d’un enfant sur deux, entre 6 et 15 ans, préfère demander à Google plutôt qu’à ses parents quand il ne sait pas quelque chose ? Convient-il de se réjouir ou de déplorer que 98 % des lycéens aient un compte Facebook ? Que de questions ! Ainsi… Michel Guillou @michelguillou. "La peur, la crainte... Et les poissons-pilotes!" « Oui, mais les bonnes vieilles méthodes, quand même... » Voilà l'expression que je n'aurai jamais autant entendue que depuis que l'expérimentation tablette a mis en lumière que j'appuyais mon travail dans la CLIS4 sur le modèle théorique de la Zone de Renégociation Conceptuelle (ZRC) et l'approche des concepts par les p@reils, fruits de ma recherche-action sur l'apprendre à apprendre depuis une quinzaine d'années.

Car, tant que cela ne concernait que les élèves en grande difficulté d'apprentissage, cela ne semblait poser de problème à personne ici. Mais voilà que la disparition des RASED (car oui, avouons-le en toute honnêteté, avec ce qu'il en reste, on ne peut plus parler de RÉSEAU d’aide) m'a propulsé sur un poste sédentarisé, avec des élèves, une CLIS4 (handicap moteur), qui au regard de certains n'auraient donc rien à voir avec mon ancien public... Oui, mais voilà, il y a la peur... Une peur qui transpire un peu de partout... Pour le reste, je suis fatigué. Livret 2013 des Journées nationales de l'Innovation, Paris, France.

Éduquer à la compréhension et aux usages critiques des médias en réseaux. Éducation civique et numérique : 10 ans de perdus ! Il y a dix ans naissaient les « skyblogs », domaine d’une expression parfois débridée investi alors par des millions de jeunes. La France avait alors le record du monde du « blogging » adolescent. Et de loin… Une chance pour l’expression des jeunes mais, en l’absence d’éducation et de régulation, des problèmes en pagaille sont alors apparus, rappelez-vous… Des publications massives de vidéos, de musique, de photographies, d’images au total mépris du droit et, notamment, du droit à l’image… Et puis des textes, et quels textes !

Le meilleur, bien sûr, mais parfois aussi le pire, des insultes, des rumeurs, du harcèlement, de la diffamation… Sont alors tombées, en milieu scolaire, les premières sanctions : des exclusions définitives de collégiens et de collégiennes, souvent les meilleurs de leurs classes, au prétexte qu’ils auraient confondu le web avec un espace intime, comme celui de leur chambre, par exemple, et publié des propos peu amènes, parfois insultants sur leurs professeurs ! Le numérique éducatif, entre innovation et contraintes (suite et fin) J’évoquais il y a quelques jours dans ce billet certaines des contraintes externes qui ont freiné et continuent à entraver l’essor d’une école innovante qui tente d’être en adéquation avec son temps et la société numérique. Parmi ces contraintes et ces freins, j’évoquais le rôle particulier de certains des partenaires privés au premier rang desquels il fallait placer l’édition scolaire, particulièrement revêche et rétive au progrès et au numérique.

Toujours accrochés aux modèles économiques du millénaire précédent, les éditeurs et, en particulier, ceux qui travaillent sur le secteur éducatif, ont longtemps rechigné à investir dans le numérique, différant sans cesse leurs activités recherche et développement dans ce secteur. Il y aurait encore tant à dire ! À commencer par l’incompétente incurie des constructeurs de tableaux interactifs infichus de se mettre d’accord sur un format logiciel d’échange, libre de préférence ! 1. On a juste perdu quelques longues années. 2. 3. Que dire ? L'éducation aux médias à la sauce Lescure. Pierre Lescure a remis au président de la République son rapport intitulé « Contribution aux politiques culturelles à l'ère numérique ». Puisque l'occasion m'est donnée d'en parler, ce que je ne souhaitais pas faire car tout ça m'a suffisamment agacé, je me contenterai de dire qu'une fois de plus, le rendez-vous de la culture avec le numérique n'a pas eu lieu.

On est même très loin du compte. Ce qui était prévisible. Décidément, nous ne vivons pas sur la même planète ! Je vais pourtant y revenir un peu. Mais revenons un peu en arrière… Chacun sait le sort assez misérable qui est fait à l'éducation aux médias, aux littératies numérique, informationnelle et médiatique, dans le système éducatif français. Le 13 décembre dernier, Vincent Peillon prononçait un discours à la Gaîté lyrique, vibrant plaidoyer pour le numérique à l'école. C'est beau. C'est beau comme… Les mots me manquent. Décidément, ma vigilance s'émousse ! Et le rapport Lescure, me direz-vous ? Merci M. M. L'éducation aux médias entre dilution et convergences. Je n’ai pu suivre que très partiellement et à distance, via Twitter et les riches et passionnés commentaires, d’une part, via le flux vidéo proposé sur les conférences et tables rondes, d’autre part, les débats du récent colloque « Cultures numériques, éducation aux médias et à l’information » qui s’est déroulé à Lyon.

Le Clemi , qui a peut-être été sollicité par la Dgesco à l’élaboration du programme de ce stage du Plan national de formation, n’est pas partenaire et n’en parle pas. Nulle part. Le compte officiel Twitter des documentalistes du Clemi ne dit pas un mot de l’événement. Heureusement, fort heureusement, pour ceux qui, comme moi, n’ont pas pu se déplacer, l’encadrement et le suivi de cet événement étaient assurés, par exemple, par : Jean Agnès, à la lecture du programme, regrettait, comme il en a l’habitude, l’ absence d’historicité . Dans mon esprit, le rapprochement proposé à Lyon des cultures numériques et de l’éducation aux médias est donc à la fois naturel et nécessaire.