background preloader

Sexo

Facebook Twitter

Roseaux — La contraception, un guide pratique pour tou·te·s : DIU. NB. Ce récapitulatif s’adresse à toutes les personnes qui souhaitent utiliser une contraception ou se renseigner sur les méthodes qui existent actuellement. Nous nous restreindrons ici volontairement aux moyens de contraception accessibles en France, sauf mention contraire, et les informations sur les remboursements par la Sécurité Sociale sont valables également uniquement pour la France.

Nous ne traiterons pas des usages secondaires des moyens de contraceptions et nous arrêterons à l’aspect reproductif : si vous souhaitez par exemple prendre la pilule pour des raisons de santé, comme des règles douloureuse ou de l’acné, vous devrez vous tourner vers un·e médecin, un·e sage-femme ou toute autre personne habilitée. Nous rappelons à tou·tes celleux qui n’ont pas écouté au fond que (mis à part les préservatifs à condition d’être bien mis) les différents moyens de contraception existants ne protègent pas des maladies et infections sexuellement transmissibles ! Les + Les – Le DIU hormonal Oui. Pourquoi mouille-t-on, même lorsqu’on porte un tampon ou une cup. Alors qu’un jour j’admirais des corps transpirants essayant de mettre un ballon dans un panier de basket, j’ai reçu un message un peu déconcertant : « pourquoi mouille-t-on toujours avec un tampon ? ». La question n’est en réalité pas si anodine : le moteur de recherche me propose pas moins de 41 300 000 résultats pour ce sujet !

Mais difficile de trouver des réponses claires parmi les contradictions et imprécisions. Et si on replongeait dans les livres de biologie pour répondre à cette énigme ? Parlons de choses très intéressantes, i.e. parlons d’utérus, de vagin, de lubrification vaginale et de cyprine (ce n’est pas mon ex) ! Une réponse à l’excitation sexuelle : la lubrification vaginale L’expérience montre qu’en réponse à une excitation sexuelle psychologique (émotionnelle), comme un corps magnifique se déhanchant juste sous les yeux, ou physique (stimulation de nos sens), comme le passage de la brise ou de tendres caresses sur une zone érogène, le corps subit quelques modifications.

Le clitoris - Animated Documentary (2016) Injonction à la sexualité active : laissez-nous (ne pas) baiser en paix ! | Simonæ. La très grande majorité de la presse féminine, mais également des publicités et du contenu audiovisuel disponible est tournée autour du male gaze et de la séduction de l’homme. Notre quotidien, en tant que femme, nous renvoie constamment à cette nécessité dictée par la société, de plaire. Mais il n’est jamais fait mention du rapport sexuel, car, sans être tabou, il est vu comme un acte sale, dégradant pour une femme. Nous ne sommes pas censées, contrairement à la gent masculine, nous vanter de nos prouesses sexuelles, de nos dernières conquêtes (pas auprès de ces messieurs en tout cas), ou même assumer ne pas avoir un seul et unique partenaire ad vitam eternam. Ces multiples « conseils » (dont le récent « comment bien branler une bite » de notre chère consœur que je ne nommerai pas) qui fleurissent chaque jour sur le papier glacé des magazines et sur les pages web, nous rappellent que nous devons à tout prix maîtriser l’intégralité du Kama-Sutra au lit pour être une femme accomplie.

La contraception oestro-progestative : comment ça fonctionne? | Simonæ. Dans son étude Cocon ( sur les pratiques contraceptives françaises, Nathalie Bajos met à jour un schéma contraceptif très normé et rigide : recours au préservatif pour le début de la vie sexuelle, « pilule » (oetro-progestative) quand la vie sexuelle se régularise, puis « stérilet » (dispositif intra-utérin) quand les couples ont eu les enfants désiré·e·s. Comme tout modèle figé, ça ne va évidemment pas convenir à tout le monde, et comme toute norme, c’est un cercle vicieux : le discours est assimilé passivement par toute la population, renforcé par la formation chez les soignant·e·s puisque présenté comme une observation objective des pratiques.

Les soignant·e·s prescrivent donc la contraception de cette façon-là, présentée comme du bon sens, à des utilisateurices qui ont été imprégné·e·s du même schéma et ne se sentent pas légitimes à le contester, donc à exiger d’autres options. Oestro-pro-quoi ? Les effets secondaires des OP. De toutes les matières, c’est la What qu’iel préfère ? | Simonæ. Entretien d’embouche Les jouets en bois doivent être conservés dans une pochette par exemple en tissu doux ou autre contenant non abrasif, et protégés des chocs qui réduiraient drastiquement la durée de vie de la pellicule de vernis. Pour les nettoyer, de l’eau chaude savonneuse (mais pas trop) sur un tissu doux, des nettoyants le moins abrasifs possibles, et pour les jouets de marques de haut grade, un nettoyant antibactérien avant échange entre partenaires, ou de temps en temps, par exemple de l’alcool ou de la javel, en n’oubliant évidemment pas de bien rincer après.

Pour savoir si l’intégrité d’un jouet en bois n’est pas compromise, il suffit de laisser tremper quelques secondes dans un bac d’eau. Si le vernis commence à faire des pellicules blanches, ou si le jouet a des taches sombres, c’est une preuve de brèche du vernis, et que donc le jouet devient poreux, et risque de faire des échardes.

Troue Ma(n) Capote Silicone ou non ? RTS.ch - Emissions - Faut pas croire. L'émission du 8 novembre 2015 En France, un tribunal a récemment accordé à une personne le droit de modifier son état civil : ni homme, ni femme, elle est reconnue de "sexe neutre". <br>En Suisse, environ un enfant sur 2000 naît avec un sexe indéterminé. On les appelait autrefois "hermaphrodites", ils préfèrent aujourd’hui le terme "intersexes". Depuis les années 50, les chirurgiens se sont employés à corriger cette "erreur de la nature" en conformant leur corps, dès le plus jeune âge, au sexe masculin ou féminin.

Aujourd’hui, ces opérations précoces sont remises en question: les personnes intersexes luttent pour avoir la possibilité de choisir elles-mêmes leur identité masculine ou féminine – ou d’assumer cet entre-deux. Aline Bachofner reçoit François Ansermet, pédopsychiatre, Hôpital universitaire de Genève, Vincent Guillot, Organisation internationale des intersexes francophonie, et Michael Groneberg, philosophe, Université de Lausanne. Le corps (4/4) : « Le troisième sexe » Emissions - 36,9° La médecine à l’ère du sur mesure Allons nous tous pouvoir bénéficier demain d’un traitement qui sera adapté à notre profil génétique? Allons nous passer d’une médecine type "prêt à porter" à du sur mesure? En oncologie on ne donne déjà plus les mêmes traitements à tout le monde. Dans la lutte contre le cancer, la médecine emploie désormais l'arme génétique. Car comme les êtres humains, il n'y a pas deux cancers identiques. Les tumeurs sont dues à des mutations génétiques spécifiques.

La principale difficulté est l'instabilité des tumeurs qui changent avec le temps. Les champs d'application de cette médecine dépassent le traitement du cancer. Montrer sa vulve ou son sang menstruel ? « Aujourd’hui, tout le monde peut le faire » Il y a d’abord eu le « Large Labia Project » qui visait à montrer des vulves de femmes toutes différentes, puis ce compte Instagram qui compile des dessins de sexes féminins, ou encore récemment le projet 1001 fesses dont on vous parlait ici.

On pourrait aussi parler des comptes individuel qui sur les réseaux sociaux visent à montrer des corps différents : gros, malades, handicapés. Tous se revendiquent du même mouvement « body positive ». C’est un hashtag mais c’est surtout un projet politique de l’intime : accepter son corps tel qu’il est, en s’affranchissant donc des canons de beauté proposés par les médias dominants et la publicité.

Nous avons eu envie de prendre un peu de recul sur tous ces projets, toutes ces photos, avec Philippe Liotard. Rue89 : Est-ce que, pour le chercheur que vous êtes, ça veut dire quelque chose, ce mouvement « body positive » ? Philippe Liotard : Est-ce que c’est un mouvement d’abord ? A l’époque, ce discours s’exprimait surtout à travers des expositions ? Montrer sa vulve ou son sang menstruel ? « Aujourd’hui, tout le monde peut le faire » «Je suis un dommage collatéral de dix ans de manque d’information» - Gauchebdo.

Comment avez-vous vécu l’annonce de votre séropositivité? David Moix Comme un choc. La première image qui m’a traversé l’esprit a été le visage de l’acteur américain Tom Hanks dans les 10 dernières minutes du film Philadelphia. Le visage de la mort. Le mois qui a suivi, j’ai perdu sept kilos. Je me suis retrouvé seul, sans figure d’identification positive. Je n’avais personne pour en parler. De plus, n’étant pas immédiatement sous traitement, je me savais infectieux et donc dangereux, toxique… Je me suis interdit toute relation durant un an, jusqu’au jour où j’ai rencontré une personne vivant avec le VIH depuis le début des années 90. Quelles sont les contraintes que vous vivez en tant que personne séropositive?

Depuis 6 ans maintenant que je prends quotidiennement mon traitement, ma charge virale est en dessous du seuil de détection (indétectabilité), je ne peux plus transmettre le virus. Y a-t-il d’autres contraintes? Enfin, il y a les contraintes psychologiques. Pourquoi la masturbation est un acte féministe. La vie sexuelle des Suisses passée au crible - Le Temps. Intitulée «Le sexe en Suisse», une nouvelle étude met en évidence un comportement différencié entre hommes et femmes et entre régions linguistiques. Les dissemblances sont toutefois encore plus marquées entre villes et campagnes. Réalisée dans le cadre de la campagne LOVE LIFE, l’étude vise à mieux cerner le comportement sexuel des Suisses à des fins de prévention. Elle se fonde sur les réponses d’environ 30 000 personnes interrogées en ligne. Femmes/hommes Selon cette étude, les femmes suisses auraient connu en moyenne 1,5 partenaire au cours de l’année écoulée, alors que chez les hommes ce taux se porte à 2,1.

Une personne sur cinq indique avoir eu un rapport sexuel avec au moins 20 personnes. La différence observée entre les sexes s’explique en particulier par la pratique du sexe tarifé, qui est un phénomène presque exclusivement masculin, selon le rapport. L’âge et l’orientation sexuels, critères de différences Les Romands plus actifs que les Alémaniques et les Tessinois… Les Suisses ont en moyenne 6 à 7 partenaires sexuels au cours d'une vie - rts.ch - Suisse. Ce sont les habitants du canton de Bâle-Ville qui changent le plus souvent de partenaire sexuel (9-10 au cours d'une vie). Une exception parmi les cantons alémaniques et le Tessin, où le nombre de partenaires est généralement plus faible qu'en Suisse romande. Avec une moyenne de 4 à 5 partenaires dans une vie, les cantons de Fribourg et d'Uri sont ceux où les changements sont les moins nombreux. En outre, la différence entre les centres urbains (en moyenne 8,1 partenaires) et les régions de campagnes ou les petites villes (5,6 partenaires) est particulièrement marquée. 1 à 2 partenaires sur l'année écoulée Ainsi, on ne compte que 13% d'hommes et de femmes qui n'ont connu qu'un seul partenaire au cours de leur vie.

Sur l'année écoulée, les Suisses ont eu en moyenne 1,33 partenaire sexuel, soit 2,1 partenaires pour les hommes (1,4 si l'on exclut les relations tarifées) et 1,5 pour les femmes. Infidèles au comportement à risque Qu'est-ce qu'un rapport sexuel? Jvia/tyf. 8 Sex Positive Things You Can Say To Your Kids That Have Nothing To Do With Sex. "Sex positive" is, I am pleased to note, a term that has been gaining more attention in recent years.

A social and philosophical response to repressed, limited, and often judgmental attitudes toward sex and sexuality, the sex positive movement emphasizes that "good sex" is defined as safe, informed, consensual, and whatever else it also is beyond those things is best left up to the people participating in the act. That's it, and I think that's awesome. As a parent, I am already doing my best to encourage sex positive attitudes in my children, who are 4-years-old and 19 months — despite the fact that they have absolutely no idea what sex is, and I don't have plans to get into what it is with either of them any time soon. No, this is not a contradiction, and it's not hard to do. What it comes down to is this: Sex positivity rarely exists in a vacuum. It's usually part of a larger life philosophy that believes all people are entitled to happiness and respect. "Your Body Belongs To You.

"