background preloader

Par les parents (ou autres): élever un gosse/un ado

Facebook Twitter

7 ans, mon premier harcèlement Fab. Vendredi dernier, de retour à Lille, alors que je demande à Lyna si elle a passé une bonne journée, elle me répond « halala c’est relou, y’a José* qui a passé son temps à me courir après pour m’embrasser !

7 ans, mon premier harcèlement Fab

». Premier réflexe — con — du père — con — que je suis : je souris tout en me disant « ah bah oui, dis donc, t’as dû passer une journée difficile à te faire dragouiller ». Sauf que. Châtiments corporels, Europe, Unicef. De nouvelles données recueillies au niveau mondial mettent en évidence la prévalence de la violence envers les enfants. De nouvelles données recueillies au niveau mondial mettent en évidence la prévalence de la violence envers les enfants, déclare l’UNICEF NEW YORK, 4 septembre 2014 – La plus importante collecte de données jamais effectuée sur la violence envers les enfants révèle l’ampleur stupéfiante des sévices physiques, sexuels et psychologiques qu’ils subissent et met en évidence les attitudes qui perpétuent et justifient cette violence, véritablement « cachée sous nos yeux » dans chaque pays et communauté du monde.

De nouvelles données recueillies au niveau mondial mettent en évidence la prévalence de la violence envers les enfants

Féministe, c’est pire quand on est mère ? Voici un tweet que j’ai lu : [BLOG] Ta fille en rose, mon fils en bleu (j'attends vos jets de cailloux) whatyoursilencesaid.wordpress.com/2014/08/26/ta-…— Petit Bruit (@petit_bruit) August 26, 2014 Voici un billet que j’ai lu : Voici ce que j’ai mis comme commentaire.

Féministe, c’est pire quand on est mère ?

Il n’y a pas de petite claque. Ce soir, France 2 a diffusé lors du journal de 20 heures un sujet appelé : "Gifle : autorité ou maltraitance ?

Il n’y a pas de petite claque

" Alertée par mon amie Lizzie, je me suis naïvement dit "Chouette, chouette ! On parle de violence éducative ordinaire, ça va être intéressant ! ", alors j’ai allumé ma télé. Quelle idée. A l’aube d’une campagne de sensibilisation appelée "Il n’y a pas de petite claque", initiée par la Fondation pour l’Enfance et diffusée sur pas moins de 15 chaînes télévisées DONT France 2, (diffusion d’un spot vidéo de 30 secondes à partir du 22 juin) une campagne ouvertement non-violente et contre toute forme de coups portés aux enfants sous prétexte éducatif, la ligne éditoriale du journal de 20 heures mériterait d’être revue, et sévèrement corrigée. Éduquer sans punir. Bien avant d’avoir un enfant, je savais déjà que j’étais plutôt contre les punitions.

Éduquer sans punir

L’expérience de la parentalité, mes lectures et mes réflexions sur les relations parents-enfants n’ont fait que me conforter dans cette opinion. Parler du féminisme et du genre à des enfants et des ados. Je m’aventure en terrain légèrement inconnu, car je m’adresse généralement, par défaut, à un public adulte (non, je ne parle pas d’un site porno).

Parler du féminisme et du genre à des enfants et des ados

Je sais que des adolescent·e·s me lisent mais je n’adapte pas mon discours en fonction de publics précis. Ce post évoque différentes ressources et s’adresse à à des adultes (parents, professeurs, éducateurs/trices…) qui souhaiteraient parler de féminisme et de genre à des enfants ou des ados, mais aussi évidemment à ces derniers·e·s. Je ne remets pas ici les différents blogs et sites que je recommande déjà dans les liens (colonne de gauche). Ce serait super que vous partagiez les ressources que vous connaissez et/ou utilisez en commentaire, ce sera utile pour tout le monde (y compris moi!).

Je ne donne que quelques exemples, que je ne classe pas forcément en fonction des publics car certaines s’adressent à des enfants et ados de tous âges. Général. « Ma chère fille, j’espère que tu auras une vie sexuelle épanouie. » En réaction aux « 10 règles à suivre pour sortir avec ma fille », un père a écrit une lettre ouverte à sa fille, intitulée « Ma chère fille, j’espère que tu auras une vie sexuelle épanouie ».

« Ma chère fille, j’espère que tu auras une vie sexuelle épanouie. »

Il est temps d'en finir avec l’hypocrisie générationnelle à propos de la sexualité des jeunes femmes. Les 10 règles à suivre pour sortir avec ma fille tournent à plein tube sur les réseaux sociaux. Supposément écrite par le « père inquiet » typique, elles s’adressent aux potentiels prétendants désireux d’entrer en contact intime avec la fille-du-père-inquiet. La dernière mode est de les porter en T-shirt. 1. Le féminisme c'est aussi pour les (petites) filles. Comment une féminisse hystérique, misandre, castratrice, poilue et mal baisée éduque-t-elle ses enfants ? Kaa en train d’hypnotiser Mowgli, telles les féminisses en train d’endoctriner leurs enfants.

Comment une féminisse hystérique, misandre, castratrice, poilue et mal baisée éduque-t-elle ses enfants ?

Comme vous le savez toutes et tous, les féministes sont des hystériques, dont le projet même pas secret est d’émasculer les hommes avec des tenailles rouillées, pour manger ensuite les couilles de ces messieurs avec de la sauce samouraï entre deux tranches de pain, autour d’une immense table joliment décorée de bites tranchées et empaillées, en compagnie de milliers d’autres féministes hystériques, le tout dans une cordiale ambiance de haine misandre assaisonnée de chants de guerre à la gloire du clitoris. Pourtant, en dépit de leur propension au meurtre de bébés nichés dans leur ventre des mômans, il arrive parfois que des féministes se reproduisent, grâce à l’admirable abnégation des quelques mâles courageux qui prennent le risque de les saillir au péril de leur intégrité pénienne.

. « Le féminisme est un complot ». Par Tanxxx ©. Cliquez sur l’image pour accéder à la source. This Dad's Superhero Cape Is A Skirt. Ne le prend pas dans tes bras. Quelle mère n’a jamais entendu ça?

Ne le prend pas dans tes bras

Les petites claques. « La raison du plus fort est toujours la meilleure. » JDLF« Tu verras, quand t’auras des enfants. » Des gens.

Les petites claques

Sexualité de nos adolescents : interdire à tout-va est un leurre. Adolescente allongée dans l'herbe ecoutant de la musique sur son iPod (CAPMAN VINCENT/SIPA) Il m’est arrivé de le mentionner au hasard des chroniques : je suis mère de deux adolescents. Enfin quand je dis "deux", ce serait plutôt "un et demi", ma fille approchant les 12 ans tandis que mon fils brandit fièrement ses 13 ans et demi, comme si le sol qu’il foule n’était pas assez bien pour lui.