background preloader

Batailles

Facebook Twitter

L’attaque Allemande. L’infanterie attaque le village Après avoir habilement retiré leurs troupes et sans pertes notables, les allemands ont, dans la nuit, décidé de profiter de la situation géographique propice à un encerclement pour reprendre Lagarde et y bloquer leur proie selon un plan assez simple. Le général allemand Von Stetten qui commande une division de cavalerie bavaroise et le général de la 42ème Division d’infanterie montent une action commune avec la compagnie d’infanterie et la cavalerie appartenant aux troupes gardes-frontières. On sait, à peu prés, quel était l’ordre de bataille : · un bataillon de Chasseurs Bavarois : le Deuxième, · deux bataillons d’infanterie Prussiens : II/138 et I/131, · deux régiments de Uhlans Bavarois : les Premier et Deuxième, · des mitrailleuses : probablement 6 au Nord-est, 6 au Nord-ouest, 6 au sud, · une artillerie importante mise en place au sud de Bourdonnay, · une batterie d’obusiers de 105 du 8ème RA postée au sud de Bourdonnay. C’est ce qui est entrain de se passer.

La tranchée

La bataille de Verdun photos. Guerre des mines. De la guerre de mouvement à la guerre de positions. Le Portail du Chemin des dames. La guerre des gaz. Dans l'enfer de Verdun. Les Français à Verdun - 1916. LE CHEMIN DES DAMES 1917. Après les batailles de Verdun et de la Somme, il était indiscutable que la technique de l'assaut frontal sur le front Ouest avait échoué. Mais, tragiquement, de plus grandes batailles étaient prévues. Bien qu'on ait limogé des généraux responsables des hécatombes dans les 2 camps, leur conception de la guerre survivait.

En 1917, Hindenburg, qui a remplacé falkenhayn à la tête des armées allemandes, décide d'effectuer un repli sur la "ligne Hindenburg" plus facile à défendre, il est assisté de Luddendorf. Du côté français, le général Nivelle fait l'unanimité à la suite des glorieuses offensives qu'il a mené à la fin de la bataille de Verdun. On lui donne ainsi carte blanche pour élaborer un nouveau plan d'attaque afin d'en finir une fois pour toutes avec la guerre. Son choix se porta sur un secteur situé entre Reims et Soissons : Le chemin des Dames, qu'il estimait être une position peu ou mal défendue. Erreur, grave erreur ! Argonne 14-18.