background preloader

Sciences

Facebook Twitter

Who Can Name the Bigger Number? [This essay in Spanish][This essay in French] In an old joke, two noblemen vie to name the bigger number. The first, after ruminating for hours, triumphantly announces "Eighty-three! " The second, mightily impressed, replies "You win. " A biggest number contest is clearly pointless when the contestants take turns. So contestants can’t say "the number of sand grains in the Sahara," because sand drifts in and out of the Sahara regularly.

Are you ready? The contest’s results are never quite what I’d hope. And yet the girl’s number could have been much bigger still, had she stacked the mighty exponential more than once. . , for example. Or Place value, exponentials, stacked exponentials: each can express boundlessly big numbers, and in this sense they’re all equivalent. —yet the first number is quotidian, the second astronomical, and the third hyper-mega astronomical. Such paradigms are historical rarities. And herein lies a parallel with another mathematical story. .) .

Fee. Nope. Conclusion? Du mythe de la croissance "verte" à un monde post-croissance. Les ruines d’une mine en Tasmanie (Gary Sauer-Thomson/flickr/CC) Le tour Alternatiba est à Bordeaux jusqu’à jeudi, avant de reprendre la route pour Paris. Objectif : sensibiliser avant la COP 21, la conférence internationale sur le changement climatique. Un appel de la société civile, « Crime climatique stop ! » vient d’être publié (au Seuil), avec les contributions de personnalités telles que le climatologue Jean Jouzel (vice président du GIEC), de la journaliste Naomi Klein, ou d’un des initiateurs d’Alternatiba, le Basque Jon Palais. Nous connaissons maintenant les conséquences sur le climat de notre utilisation massive d’énergies fossiles. Les problèmes auxquels nous faisons face ne pourront pas être résolus simplement par une série d’innovations technologiques et de déploiements industriels de solutions alternatives. Energies et ressources sont intimement liées Tous sont basés sur des déploiements industriels très ambitieux.

Economie de guerre Deux problèmes au même moment. Faut-il prendre l’effondrement au sérieux. Les scénarios d’avenir énergétiquement vertueux, qui nous proposent de changer de modèle énergétique pour des solutions plus durables à base de solaire, d’éolien, d’hydraulique, de géothermie… (et parfois encore, non sans polémiques, de nucléaire), comme ceux que nous proposent le prospectiviste Jeremy Rifkin (@jeremyrifkin) dans La troisième révolution industrielle (voir notre article « Nous avons à nouveau un futur »), le spécialiste de génie environnemental de Stanford, Mark Jacobson (@mzjacobson), le stimulant rapport (.pdf) de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ou même le scénario Negawatt sont tous basés sur des déploiements industriels ambitieux en matière d’énergie renouvelable – même si tous évoquent également, d’une manière plus ou moins appuyée, l’exigence à décroître.

Image : La table périodique des éléments selon leur abondance. L’insoluble équation des ressources Le mythe de la croissance verte La planète n’a pas de plan B L’effondrement. InternetActu. NOYAUX ET PARTICULES | Science et histoire. Les Bogdanov condamnés au profit du CNRS. Gregoire et Igor BogdanoffLes frères Bogdanov (Gregoire et Igor Bogdanoff à l'état civil) réclamaient en justice plus d'un million d'euros au CNRS. Ils viennent d'être condamnés à lui payer... 2000 euros. Une décision du Tribunal administratif de Paris qui met un terme à cette aventure judiciaire du duo. Une aventure longuement narrée sur ce blog (voir liens en fin de note) concernant leurs thèses, passée à l'Université de Bourgogne. Et aussitôt suspectées d'être de vile complaisance.

Démonstration en fut faite dans un rapport rédigé par des membres du Comité national de la recherche scientifique. Mal leur en a pris, de demander à la justice de condamner le CNRS, qui aurait, selon eux, fait rédiger à tort ce rapport et l'avoir communiqué à Marianne. Extrait du rapport du CoNRSmanifestement perdu le sens commun. Pour mémoire, cet extrait d'une de mes notes : Citation pour citation de documents anciens, voici quelques extraits savoureux piqués sur Acrimed, où vous pouvez lire le reste.

La beauté des équations en physique. Certains vous dirons que la physique est ennuyeuse, d’autres qu’elle est compliquée ou encore difficile d’accès alors que les physiciens vous diront qu’elle est une science noble et que la physique produit de « belles » équations. La beauté d’une équation ? Oui, parfaitement, une équation peut être esthétique. Cette beauté des équations peut revêtir à mon sens 2 traits distincts : La beauté visuelle : elle est belle à regarder.La beauté du sens : elle exprime une quantité d’informations extraordinaires avec un minimalisme et une exactitude mathématique.

A quand les musées d’équations ? La beauté visuelle Si une équation est belle esthétiquement, c’est d’abord parce que la physique utilise de nombreux signes différents, parfois inconnus du grand public. Une équation physique peut bien entendu contenir des chiffres arabes (0,1, 2, 3,…) pour définir une valeur, ainsi que des lettres pour définir une quantité physique (la masse, la vitesse, etc.). Alphabet grec majuscule et minuscule. Alpha. Science et imaginaire. C’est une banalité de dire que l’imaginaire est l’une des sources de la créativité artistique.

Il est moins commun de le dire pour la créativité scientifique. Il faut dire que la science est souvent présentée – et parfois pensée – comme un monstre froid justement capable d’exorciser l’imaginaire. Il n’y a qu’à voir les manuels de sciences : on y parle de phénomènes objectivés, de lois épurées, de formalismes enserrés dans le corset de la rigueur, mais on y évoque guère les états d’âmes ou les pensées rêveuses de ceux qui la font. Si imaginaire il y a en science, il est bien caché ou efficacement refoulé. Dans le meilleur des cas, on daigne accorder à l’imaginaire un statut de parasite, de scorie encombrante qui viendrait souiller les meilleures intentions. L’imaginaire des scientifiques joue pourtant un rôle fondamental, notamment dans les périodes de crise, quand la raison elle-même perd pied. À propos, d’où viennent les idées en physiques ? La Science Pour Tous | Blog du C@fé des sciences. Point de vue d’un astronome. Oil Man | Chroniques du début de la fin du pétrole, par Matthieu Auzanneau.