background preloader

Nicaragua

Facebook Twitter

Nicaragua Canal Could Wreak Environmental Ruin. La réserve biosphère de Mayangna-Bosawas, Nicaragua. Au cours de décennies récentes, la reconnaissance du lien intime entre les personnes et les lieux s'est élargie de manière à prendre en compte la diversité culturelle comme facteur clé pour maintenir la biodiversité dans le monde.

La réserve biosphère de Mayangna-Bosawas, Nicaragua

Cependant encore aujourd'hui, d'innombrables initiatives pour la préservation restent ancrées dans une vision binaire qui oppose les êtres humains à la nature. Résumé : la Biosphère de Bosawas, au centre-nord du Nicaragua, constitue l'une des pièces maîtresses du "Cœur du Couloir Biologique Méso-américain". La région est reconnue pour sa riche biodiversité ainsi que ses nombreuses espèces rares et menacées.

Nicaragua - Les proies du grand canal. Le lac Cocibolca est la plus grande source d'eau potable d'Amérique centrale.

Nicaragua - Les proies du grand canal

Le canal la traversera sur plus de 100 km. Pour permettre le passage des cargos Post-Panamax, sa profondeur devra être doublée, mettant en danger la qualité de l'eau. Chapitre 2 - "Ce qui s'est passé ici" - Adrienne Surprenant. Un homme est transporté à l'hôpital de Rivas, à sa sortie de prison.

Chapitre 2 - "Ce qui s'est passé ici" - Adrienne Surprenant

À Rivas, l'autoroute centre-américaine a été bloquée pour protester contre le canal. Il est 4h du matin. Sonia, une habitante de Tolesmayda attends la libération de son mari, Ronald. Il est l'un des deux détenus de Rivas qui risquait de lourdes charges, suite aux manifestations contre le canal. Quelques heures avant le réveillon, la salle d'attente de l'hôpital de San Carlos est vide. Canal du Nicaragua - Adrienne Surprenant.

Nicaragua : le canal de la division. Amériques - Relier Atlantique et Pacifique, le projet titanesque et controversé du Nicaragua. En direct : Athènes cherche à gagner du temps, les créanciers s'impatientent En savoir plus Victoire écrasante du camp présidentiel aux législatives En savoir plus "Grexit" : les immenses pouvoirs de "Super Mario" Draghi En savoir plus Tony Martin vainqueur sur les pavés, Thibaut Pinot grand perdant En savoir plus Nucléaire iranien : nouveau sursis pour les négociateurs En savoir plus Charlie Hebdo : la caricature et l’humour six mois après En savoir plus Un chef d'Aqmi tué par les forces françaises au Mali En savoir plus Plusieurs dizaines de morts dans un attentat à la bombe au nord du Nigeria En savoir plus La Grande Poste d’Alger, joyau achitectural, devient un musée En savoir plus Important vol de munitions sur un site militaire près de Marseille En savoir plus Le procès des "robes provocantes" s'ouvre à Agadir En savoir plus.

Amériques - Relier Atlantique et Pacifique, le projet titanesque et controversé du Nicaragua

Fièvre des canaux en Amérique centrale, par François Musseau (Le Monde diplomatique, septembre 2014) « Attention, ça risque de toucher !

Fièvre des canaux en Amérique centrale, par François Musseau (Le Monde diplomatique, septembre 2014)

», hurle le capitaine au responsable des mulas, ces locomotives de halage qui assurent la progression sans heurt des navires entre les parois de l’écluse. Le porte-conteneurs, chargé de matériel électronique en provenance d’Asie du Sud-Est, passe sans encombre, à une dizaine de centimètres des limites de la chambre, sous le regard médusé de touristes nord-américains. « Tous les jours, nous avons des frayeurs de ce genre, soupire Mme Judith Rios, technicienne chargée des opérations. Les largeurs sont insuffisantes pour les nouveaux gabarits. » Le navire repart ; il lui faudra encore trois heures pour atteindre l’Atlantique. Le Nicaragua lance les travaux de son canal controversé. Managua (AFP) - Le Nicaragua a inauguré lundi la construction d'un canal interocéanique avec l'ambition de concurrencer celui du Panama, malgré les doutes sur ce projet mené par un groupe chinois et critiqué par la population pour son impact écologique.

Le Nicaragua lance les travaux de son canal controversé

"Aujourd'hui nous allons commencer les premiers travaux du canal du Nicaragua, avec le soutien du gouvernement, la compréhension et le soutien fort du peuple nicaraguayen", a déclaré le magnat chinois Wang Jing, président de l'entreprise HK Nicaragua Development Investment (HKND), lors d'une cérémonie à Rivas (sud). Le Nicaragua inaugure les travaux d'un canal interocéanique controversé. Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le Le Nicaragua a annoncé lundi 22 décembre le début des travaux d'un canal qui doit relier les océans Pacifique et Atlantique.

Le Nicaragua inaugure les travaux d'un canal interocéanique controversé

Ce projet, appuyé par la Chine, vient concurrencer le canal du Panama. Il a pour objectif de ranimer la deuxième économie la plus pauvre du continent américain. Une fois achevée, pour un coût estimé à 50 milliards de dollars (41 milliards d'euros), la nouvelle voie navigable devrait être longue de 278 kilomètres de l'embouchure du Rio del Brito, côté Pacifique, à celle du Rio Punto Gorda sur la côte de la mer des Caraïbes. Le projet est porté par HK Nicaragua Canal Development Investment Co (HKND Group), sis à Hongkong et dirigé par Wang Jing, également président de la société chinoise Xinwei Telecom Enterprise Group.

Des études sur l'impact environnemental et sociétal du projet, susceptibles de modifier légèrement son parcours, devraient être achevées d'ici au mois d'avril, a précisé un membre de la commission. Nicaragua : manifestations contre le projet du canal. Francetv info Mis à jour le , publié le Depuis trois jours, les paysans des rives de l'Atlantique manifestent avec vigueur contre le projet du canal du Nicaragua. 278 kilomètres de long, entre l'Atlantique et le Pacifique, 83 mètres de large et 27 mètres de profondeur, il s'agit du plus grand canal maritime jamais construit au monde.

Nicaragua : manifestations contre le projet du canal

Le premier coup de pioche a été donné lundi 22 décembre. Nicaragua: les habitants de Juigalpa disent «non au canal» - Amériques. Ce week-end, des milliers de Nicaraguayens sont à nouveau descendus dans les rues, cette fois à Juigalpa, une ville du centre du pays, pour s’opposer à la construction du grand canal interocéanique.

Nicaragua: les habitants de Juigalpa disent «non au canal» - Amériques

Un projet que le président Daniel Ortega a confié au groupe chinois HKND qui prétend terminer ce chantier d’ici 2020. Coût estimé de ce canal qui doit faire concurrence à celui de Panama : 40 milliards d’euros. Avec notre correspondant région, Patrick John Buffe Durant cette marche nationale placée sous le slogan « Non au canal, non à la dictature », les manifestants ont exprimé leur rejet de ce projet pharaonique, dont les travaux ont commencé en décembre 2014. En plus de marcher en défense de la souveraineté nationale au cri de « dehors les Chinois », ils ont protesté contre l’expropriation des terres de milliers de paysans et la destruction du lac Cacibolca, la plus importante réserve d'eau douce d’Amérique centrale.

Car l’écologie est au cœur des préoccupations. Nicaragua: les habitants de Juigalpa disent «non au canal» - Amériques. Le projet de Grand Canal du Nicaragua cristallise la colère. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Frédéric Saliba (Mexico, correspondance) Les habitants d’El Tule et de Rivas, communes du sud du Nicaragua, ont baptisé leur réveillon « le Noël noir ».

Le projet de Grand Canal du Nicaragua cristallise la colère

Mercredi 24 décembre, ils se sont affrontés par centaines aux forces de l’ordre pour s’opposer au lancement des travaux du « grand canal interocéanique » entre le Pacifique et la mer des Caraïbes. Ce projet pharaonique, censé concurrencer le canal de Panama, menace la plus grande réserve d’eau douce d’Amérique centrale, la forêt tropicale et les populations vivant sur le tracé du chantier. « La police nous a attaqués avec des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes », a raconté à la presse Yader Francisco Sequeira, habitant d’El Tule, bourgade située à 260 km au sud-est de Managua, la capitale.

Présentation du Nicaragua. L’Amérique centrale l’est-elle vraiment ? 68ème café de géographie de MulhouseJeudi 28 novembre 2011Lucile Medina, UMR ART-Dév, Université de Montpellier 3 Quelle est la centralité de l’Amérique centrale ? A part sa position géographique, la question se pose vraiment. La géopolitique et l’économie peuvent aider à y répondre. Il faut tenir compte de deux dimensions : – La dimension longitudinale : l’Amérique centrale est-elle un lien entre le Nord et le Sud du continent ?

Est-elle une charnière ? L’isthme est cependant le « ventre mou » du continent avec 40 millions habitants, 500 000 km² fragmentés en 7 Etats. Néanmoins, l’Amérique centrale est un ensemble original qui s’étend géographiquement de l’isthme de Tehuantepec à celui de Panama. On a peu de publications en français (et même en espagnol et en anglais) sur cet espace. L’Amérique centrale est-elle un centre ou une périphérie ? I Une région fragile aux plans politique et économique. Transports maritimes et mondialisation.

Compte-rendu du café géographique de Chambéry-Annecy – 25 février 2015 au Café du Beaujolais, avec Antoine Frémont, agrégé de géographie et directeur de recherche à l’IFSTTAR. Les Cafés géographiques de Chambéry Annecy accueillent Antoine Frémont, en lien avec la question « Mers et Océans », inscrite aux concours externes de recrutement des professeurs du secondaire (CAPES et Agrégation). Antoine Frémont et Anne Frémont-Vanacore sont tous les deux auteurs de la Documentation photographique « Géographie des espaces maritimes », à paraître en mars 2015. Comment aborder le thème des transports maritimes et de la mondialisation ? Antoine Frémont souhaite partir d’une anecdote vécue quelques années auparavant à la frontière entre la zone économique spéciale de Shenzhen et Hong-Kong.

Cette anecdote révèle l’inscription de cet entrepreneur nord-américain dans l’économie mondialisée, au sein d’une chaîne de valeur qui se conçoit à l’échelle internationale et à l’échelle mondiale. Le Nicaragua creuse son canal. Le gouvernement du Nicaragua et l’entreprise chinoise HKND inaugurent ce lundi la construction d’un canal inter-océanique controversé qui devrait concurrencer le canal de Panama en 2020, sur fond de doutes sur sa viabilité et de protestations des paysans expropriés. Le projet, grâce auquel le Nicaragua compte devenir le pays le plus riche d’Amérique centrale, doit être inauguré par le président Daniel Ortega, qui cherche ainsi à se forger une stature planétaire, et l'énigmatique chef du concessionnaire HK Nicaragua Development Invesment (HKND), le magnat chinois Wang Jing, lors d’une cérémonie à Managua.

HKND, dont les raisons de l'implication restent peu claires, doit construire puis administrer durant 50 ans ce canal de 278 kilomètres de long, un chantier estimé à 50 milliards de dollars. Interoceanic Grand Canal project, Nicaragua. The idea of constructing a interoceanic canal in Nicaragua is not new. Since the 19th century, the United States of America and France considered the idea, but it was abandoned when the French government preferred to construct an interoceanic canal in Panama.

The idea resurrected in 2012 when the Nicaraguan administration led by Daniel Ortega approved a special law for the construction of the Grand Canal and created the “Authority of the Grand Canal”, a special institution made up of representatives of the State to oversee the construction and future operation of the canal. Visa pour l'Image Perpignan 2015 - Adrienne Surprenant / Hans Lucas. Le Nicaragua dit non au grand canal.

Le projet titanesque d’un second Panama. Long de 280 kilomètres, autrement dit plus de trois fois plus grand que le canal de Panama, le canal de Nicaragua est bien le plus ambitieux des projets de corridor interocéanique étudiés à l’heure actuelle. Sur le papier, il n’apporte pourtant rien de neuf, puisqu’il reliera, comme son illustre voisin, les océans Pacifique et Atlantique. Sauf que le Nicaragua, deuxième pays le plus pauvre d’Amérique derrière Haïti – 40 % des habitants vivent avec moins de 1,50 € par jour –, espère tirer parti de cette nouvelle voie maritime. Mais son coût apparaît démesuré : il correspond à quatre fois la richesse annuelle (le produit intérieur brut) du pays.

Une société chinoise, HK Nicaragua Development, s’est pourtant engagée à investir 40 milliards de dollars (29,5 milliards d’euros) dans ce projet, approuvé en juillet dernier par l’Assemblée nationale nicaraguayenne. Le début des travaux est prévu pour décembre prochain, la fin pour 2019 et l’entrée en fonction pour 2020. Nicaragua : l’autre canal historique. Grands travaux : la Chine frappe fort en Amérique centrale. Léa Desrayaud Ligne ferroviaire interocéanique Au Costa Rica, il s'agit par exemple d'un projet de raffinerie, avec China National Petroleum Corporation (CNPC), pour 1,3 milliard de dollars. Au Honduras, une centrale hydroélectrique, par Sinohydro (qui en a déjà construit une à Belize), pour 350 millions.

Au Honduras, China Harbour Engineering Company (CHEC) étudie une possible ligne ferroviaire interocéanique, dont le coût dépasserait les 20 milliards de dollars. Dans cette région, "il y a aussi des intérêts politiques, parce que nous parlons de l'arrière-cour des États-Unis", explique Jaume Giné, citant la myriade de petits pays (en incluant les Caraïbes) "qui ont (chacun) un vote à l'assemblée générale des Nations unies" : "cela permet de renforcer le poids géopolitique de la Chine".