background preloader

L'identité virtuelle

Facebook Twitter

A l'ère numérique les moyens pour construire son identité se sont multipliés. L'espace virtuel ayant gagné de plus en plus importance, une certaine présence sur internet semble cruciale autant dans la vie privée que dans la vie professionnelle.

D'un côté l'espace virtuel nous amène à nous mettre en scène. La création d'un profil sur internet nous permet de choisir la manière dont nous souhaitons être perçu par les autres. De l'autre côté, la création identitaire se fait de plus en plus de manière interactive, notamment sur les réseaux sociaux où l'interaction joue un rôle important. Qu'est-ce que l'identité numérique ? Internet et identité. Introduction Le concept d'identité est dans la vie de chacun lié tout d'abord à la réponse immédiate à la question "qui suis-je?

Internet et identité

", déclinée en identité civile. Mais cette réponse n'est pas unidimensionnelle et renvoie à des composantes culturelles et historiques multiples telles que la nationalité, la religion, une opinion politique etc. qui viennent compléter la définition de la personne par elle même et par les autres. L'origine latine du mot ("idem" le même, de même) renvoie au postulat de la permanence et la stabilité de ces composantes. Les analyses dites " post-modernes" de l'identité envisagent également le procès de la construction des représentations d'une définition du soi élaborées par l'individu concerné en interaction avec le groupe auquel il se reconnaît appartenir, qui le reconnaît comme sien, mais aussi par les "out-groupers", censés apporter un regard plus subjectif .

Représentation de soi et identité numérique. Notes Sur l’observation abstractive de la personne et le schéma-silhouette de soi dans la communication médiée par ordinateur, voir également notre analyse (Georges, 2007 : p. 39-42). « Ce mouvement de rapport avec soi, de dialogue avec soi à travers les autres, s’atteste à travers les marques d’adresse explicites à l’autre (“Qu’en pensez-vous ?”

Représentation de soi et identité numérique

, “Êtes-vous d’accord avec moi ?” , “Laissez-moi un commentaire”, ou encore “Signez mon livre d’or pour laisser une trace de votre passage.”) » (Klein, 1999) Nous utilisons le terme d’embrayage en référence à l’analyse rhétorique de la métaphore. 001364ar.pdf. « On ne peut pas ne pas communiquer  A l’heure où l’on ne cesse de recevoir des publicités ciblées, des suggestions d’achats ou d’articles que nous pourrions aimer alors que nous n’avons rien demandé, où les employeurs font des recherches Google sur les candidats, où Facebook fait ce qu’il veut avec nos informations, et que nos données personnelles se monnaient, la gestion de notre présence et identité numérique est un enjeu de taille.

« On ne peut pas ne pas communiquer 

Plus que la protection, c’est maintenant la réappropriation de l’identité numérique qui est cruciale. Les travaux de Louise Merzeau portent sur les rapports entre mémoire et information, et sur la traçabilité sur les réseaux. En 2009, elle publie dans la revue Les Enjeux de l’information et de la communication un article intitulé « Présence numérique : les médiations de l’identité ». Bien qu’il date de 2009, cet article et son sujet, l’identité numérique, sont encore tout à fait d’actualité. Sur le web, toute transaction, requête, message ou interaction laisse des traces.

L'identité numérique et la représentation de soi. M12199.pdf. Georgesf_mensueluniversite.pdf. Les interactions sur l'Internet. Notes Quelques chiffres : en 1998, Usenet regroupait plus de 50 000 groupes de discussion ; 40% des utilisateurs du réseau sont localisés aux États-Unis, mais on trouve des usagers de Usenet dans pratiquement tous les pays du monde.

Les interactions sur l'Internet

En 1997, plus d’un million de personnes avaient déjà envoyé un message sur Usenet, et pour chaque utilisateur effectif, 20 personnes en moyenne lisent les débats sans y participer. H. Rheingold, The virtual Community, Reading, Massachussets : Addison-Wesley Publishing Co., 1993 P. J.S Donath, « Identity and deception in the virtual community », pp. 29-60 in : Communities in Cyberspace, s. d. E.Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, t.1 : La présentation de soi, Paris : Les éditions de Minuit / Le sens commun, 1973, introduction, p. 12. Exploration de l’identité numérique avec des LEGO. Avant-propos : cet article a été rédigé par Jean-Baptiste Mac Luckie.

Exploration de l’identité numérique avec des LEGO

Il porte sur une expérience menée sur le thème de l’identité numérique dans le cadre d’un Bachelor réalisé à l’Université de Glamorgan à Cardiff. N’hésitez pas à lui faire des retours en commentaires ou via son compte Twitter @jbmacluckie. Le concept d’identité numérique a été étudié sous différents angles, que ce soit d’un point de vue sémiologique, informationnel, info-communicationnel ou encore sociologique. Ce thème est devenu en l’espace de quelques temps une thématique discutée, débattue voire contestée et a fait l’objet de nombreux billets de blogs et publications scientifiques.

Cette opportunité s’est présentée à moi sous un angle purement académique, puisque j’étudie ce concept dans le cadre de mon BA Media & Communications à l’Université de Glamorgan à Cardiff. L'identité numérique et les réseaux sociaux. Identité numérique : ce miroir déformant. Ronan Boussicaud est webmarketeur et Community Manager pour l’agence Useweb.

Identité numérique : ce miroir déformant

Profondément attaché aux relations humaines, il blogue sur « La Psyché du web social« , un site faisant le pont entre la psychologie sociale et le web 2.0. Collaborateur pour le site My Community Manager, il y développe des analyses liées au Community Management et aux médias sociaux. Il partage sa veille qualitative et ses coups de cœur sur son compte Twitter @Rboussicaud. Il intervient aujourd’hui dans le cadre de notre Débat du mois sur l’identité numérique. Merci à lui pour sa contribution ! Nous sommes à présent 7 milliards d’êtres humains sur notre chère planète Terre. Nos attentes et besoins restent les mêmes depuis la nuit des temps (comme le démontre la pyramide de Maslow), cependant c’est bien la technologie qui construit des outils faisant évoluer nos usages. « L’homo internetus » que nous sommes devenus a donc une nouvelle identité, un reflet numérique de sa personne qu’il faut entretenir.

En résumé.