background preloader

Littérature(s)

Facebook Twitter

Hist'

Charles Peguy. Livr'Edition. Doct' Saint-John Perse. The 10 Most Impressive Beards In Literature. Prose et poésie : l'incidence de la lecture sur le cerveau, vue sous IRM. En cartographiant les régions du cerveau qui réagissent à la poésie et à la prose, les chercheurs de l'université britannique d'Exeter (comté de Devon), ont comblé l'un des vides qui séparent arts et sciences.

Prose et poésie : l'incidence de la lecture sur le cerveau, vue sous IRM

En s'appuyant sur l'imagerie par résonnance magnétique (IRM), les scientifiques ont analysé le comportement de nos cellules grises à la lecture de prose et de poésie. Le professeur Adam Zeman, neurologue cognitif de l'université, qui a dirigé l'équipe interdisciplinaire avait recruté 13 volontaires pour mener cette étude, recrutant des membres du corps enseignant et des étudiants diplômés.

Poésie. Michel Tournier: "La vie intérieure ne m'intéresse pas" Europe, n°1024-1025, août-septembre 2014: "Charles Péguy" Europe, n° 1024-1025, août-septembre 2014 "Charles Péguy" Présentation de l'éditeur:

Europe, n°1024-1025, août-septembre 2014: "Charles Péguy"

Les bons sentiments de Christian Bobin font-ils de la bonne littérature? - 26 mars 2014. Christian Bobin est une friandise pour crocodiles germanopratins.

Les bons sentiments de Christian Bobin font-ils de la bonne littérature? - 26 mars 2014

Dès que paraît l'un de ces livres qui lui valent un succès fou, on voit fondre sur lui les plus mordants des critiques. Pour «la Grande Vie», recueil de courtes lettres admiratives adressées à Mallarmé, Ronsard, André Dhôtel et bien d'autres, c'est Eric Chevillard qui, dans «le Monde des livres», moque cette «petite voix stupide», ses «métaphores champêtres de curé à court d'inspiration», croque ses «bonbons de guimauve», tout en concédant au détour d'une phrase «un attendrissement passager». Une autre fois, un critique exprimait longuement dans «le Figaro littéraire» son «mépris» pour cet écrivain. Le lys dans la vallée. Discours du banquet Nobel de Saint-John Perse: un trésor! Le discours prononcé par Saint-John Perse lors de la remise de son prix Nobel de littérature le 10 décembre 1960 est un trésor pour quiconque s'interroge sur la nature de l'élan créatif.

Discours du banquet Nobel de Saint-John Perse: un trésor!

Ce texte est un phare dans la nuit car il arrive à embrasser l'optimisme universel de la nature humaine, en faisant référence à la double vocation de l'homme, poète et scientifique. Je vais développer ici, mais aussi questionner, les passages qui m'ont le plus marqué. Il commence: Du savant comme du poète, c'est la pensée désintéressée que l'on entend honorer ici. Qu'ici du moins ils ne soient plus considérés comme des frères ennemis. Voix et relation. Lilyan Kesteloot, une grande pionnière des études africaines - Littérature africaine.

Lilyan Kesteloot fut la première à s’intéresser au corpus de littérature francophone africaine de manière systématique.

Lilyan Kesteloot, une grande pionnière des études africaines - Littérature africaine

Elle en a fait un objet d’étude et a contribué à la reconnaissance populaire et institutionnelle de ses auteurs. C’est à ce travail infatigable de révélation de l’Afrique des mots et des lettres que Kesteloot poursuit depuis plus de soixante ans, que rendent hommage les auteurs réunis dans l’ouvrage que viennent de publier les éditions Karthala sous le titre Au carrefour des littératures Afrique-Europe : Hommage à Lilyan Kesteloot.

Bible & littératures. 1Mélanges offerts à Danièle Chauvin et réunis par Véronique Gély et François Lecercle, le recueil d’études intitulé Imaginaires de la Bible se veut un peu plus que ce que ce titre à la manière de Gilbert Durand promet d’emblée. Il y s’agit ainsi, non seulement de voir dans quelle mesure l’Écriture a pu féconder l’œuvre d’auteurs dont on égrènerait la liste au fil du volume, mais de recouper différentes perspectives structurant l’ensemble de l’exposé. Saint-John Perse, Aimé Césaire, Édouard Glissant : Regards croisés. Vidéos du Colloque international "Saint-John Perse, Aimé Césaire, Édouard Glissant : Regards croisés" (UNESCO / BnF / Maison de l'Amérique latine, 19-20-21 sept. 2012) Un an après l'événement et quelques semaines avant la parution des actes en librairie, nous sommes particulièrement heureux, avec l'Institut du Tout-Monde, de vous proposer la mise en ligne d'une sélection de vidéos du colloque "Saint-John Perse, Aimé Césaire, Édouard Glissant : Regards croisés" (UNESCO / BnF / Maison de l'Amérique latine, 19-20-21 septembre 2012), au sein de la rubrique consacrée à l'événement, sur Édouard Glissant.fr.

CLIQUEZ CI-DESSOUS : Ce colloque international avait constitué un réel événement, relevant d'une démarche comparatiste inédite pour ces trois poètes, et avait remporté un franc succès auprès du public. Projet innovant des jeunes chercheurs de l'ED 120 (Paris 3) Matérialité de la poésie contemporaine. Le livre et la lecture performée. Coulisses et souvenirs de soutenance. Par Aurore Fossard Pour avoir assisté à un certain nombre de soutenances et pour les avoir débrieffé avec de nombreux jeunes docteur-e-s, chaque soutenance est unique ainsi que la façon de s’y préparer.

Coulisses et souvenirs de soutenance

Dans la perspective de participer à révéler « la face cachée de la recherche », je propose de lever le voile qui masque habituellement les sentiments et les micros-évènements qui entourent le jour de la soutenance. Non pas qu’il s’agisse de sujets tabous, mais simplement de détails qui, par leur apparente futilité, sont engloutis dans les méandres d’une mémoire collective – et personnelle – qui sacralise et homogénéise LA soutenance, à la fois comme une expérience uniquement intellectuelle et comme si rien n’avait existé quelques heures avant et quelques heures après. Une exploration rétrospective des faits qui ont accompagné ce fameux évènement permettent de le ressaisir, voire de se l’approprier à nouveau. Flash back. Jean-Michel Maulpoix & Cie, poésie moderne, écritures contemporaines. Les Mains libres de Paul Eluard et Man Ray. Beau comme la rencontre sur une table de dissection d’un parapluie et d’une machine à coudre.

Les Mains libres de Paul Eluard et Man Ray

Isidore Ducasse alias le Comte de Lautréamont, Les Chants de Maldoror, 1868. Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie, J-C G, 2006 Cette étrange comparaison, reprise d’ailleurs par André Breton dans Le Manifeste du Surréalisme en 1924, illustre parfaitement un des principes fondamentaux du mouvement : effectuer des rapprochements inattendus et improbables afin de faire jaillir une « révélation », fruit de la « collision » d’objets et/ou de mots.

C’est dans cette quête artistique que s’inscrit résolument le recueil Les Mains libres de Paul Éluard et Man Ray, collaboration entre un poète et un peintre publiée en 1937. Nous allons voir que cette collaboration ne constitue pas une exception dans les parcours respectifs des deux artistes. Entretiens, Jean Starobinski, Martin Legros, Rousseau, Diderot, Mélancolie, Musique, Masque.