background preloader

Initiatives citoyennes

Facebook Twitter

JR : mobiliser grâce à l'art. JR est un jeune photographe français, célèbre pour ses immenses portraits affichés dans les rues. En dix ans, il est passé du graffiti aux grands projets comme « 28mm » (série de portraits des habitants de la cité des Bosquets) ou « Face2Face » (portraits d’Israéliens et de Palestiniens affichés sur le mur de séparation à Jérusalem), puis au film « Women are Heroes ».

Aujourd’hui gratifié d’une reconnaissance internationale, il est néanmoins plus que jamais à la recherche de sens dans ses projets et du moyen de transmettre sa démarche de création, de liberté et d’engagement au plus grand nombre. Alors que le film sur son projet Inside Out vient de sortir dans les cinéma MK2, nous publions cette interview de mars 2012. Cyril Dion : Pourquoi fais-tu ce que tu fais ? JR : Pour être honnête, je n’ai pas de réponse claire.

Ma démarche est née d’une grande curiosité, d’une envie de partager, d’interagir avec les gens. JR : Non. JR : Non. Cyril : Est-ce qu’un artiste doit/peut changer le monde ? La fête chez vous : se réapproprier la fête. Quelques idées de festivités réussies chez l’habitant. À reproduire chez soi. Ils sont une douzaine réunis ce soir-là dans la maison de Lou et Pablo. Des voisins, des amis et même des amis d’amis. Les uns sont musiciens amateurs de bon niveau, les autres se contentent de fredonner sous la douche, mais ils ont un point commun : ils aiment chanter. . « On privilégie les chansons à répondre, ce qui permet à tous de s’intégrer. Un lieu adapté Les plus belles fêtes commencent souvent par de simples initiatives individuelles comme celle-ci. Réunir les compétences Quand on aime la fête, on peut l’intégrer dès le départ dans la conception de son lieu de vie. Bien s’entourer Inviter des artistes à domicile Catherine habite à Lyon, au no 40 d’une rue dont elle préfère taire le nom.

Pour se lancer, mieux vaut connaître quelques artistes, même amateurs. Illustration © Julie Graux Extrait du dossier Faites la fête autrement de Kaizen 15, réalisé par Stéphane Perraud. Lire aussi : Le théâtre de la vie. Les Incroyables comestibles. Dans la cité royale de Versailles, comme dans plusieurs villes des Yvelines, des légumes poussent dans la rue.

De la nourriture à partager gratuitement ! Qui aurait pu imaginer que poireaux et carottes allaient fleurir les avenues de Versailles ? S’inspirant du mouvement des Incredible Edible, les cinquante jeunes du Rotaract de Versailles (traduisez « Rotary en actions ») ont pris l’initiative d’installer des « potagers solidaires » un peu partout dans la ville. Le principe est simple : chacun sème et plante des fruits et légumes qui seront récoltés par tous gratuitement. « Comme le disait Voltaire nous voulons cultiver notre jardin », déclare plein d’enthousiasme Thibaut Mathieu, étudiant en droit public et président du Rotaract. L’aventure commence en juin 2012. Thibaut rencontre François Rouillay, coordinateur des Incroyables comestibles France, et l’idée germe de faire des Yvelines un département pilote. Un projet d’utilité publique De la terre à l’assiette Confiance et pédagogie.

Achetons mieux, achetons groupé. S’approvisionner collectivement auprès de producteurs locaux, sans contrainte et à un prix juste, tel est l’objectif des groupements d’achats. Reportage au cœur des ces rassemblements de consommacteurs ! En 2010, le recensement agricole montre qu’un producteur sur cinq vend ses produits en circuit court , notamment grâce aux AMAP ou par le biais des plates-formes Internet. À ces systèmes d’approvisionnement s’ajoutent les groupements d’achats qui fleurissent un peu partout dans l’hexagone. Créés à l’échelle d’un quartier ou d’un village par quelques personnes désireuses de consommer local – ou équitable quand il s’agit de denrées provenant de l’étranger –, ils permettent de s’épanouir socialement et de se réapproprier sa consommation alimentaire, vestimentaire ou énergétique. Ces systèmes de vente s’établissent autant en zones rurales, qu’urbaines.

Des producteurs locaux Côté producteurs, UnisVersLocal fait confiance au Collectif Percheron, situé à 170 km de Paris. Du sec à prix de gros. Et si vous installiez une ruche chez vous. Fabriquer son propre miel est désormais un rêve à la portée de tout citadin. Voici nos conseils pour bien démarrer dans l’apiculture urbaine. Effet de mode ou réelle prise de conscience écologique, de plus de plus de ruchers essaiment dans les grandes villes[1]. Si l’engouement pour l’apiculture tient parfois lieu d’une opération de communication – certaines entreprises veulent aménager une ruche sur leur toit pour afficher une image écolo -, de nombreux particuliers et des entreprises réellement engagées veulent s’investir dans l’apiculture. Un projet qui peut s’avérer salutaire : indispensables au maintien de la biodiversité, les abeilles sont aujourd’hui en danger.

Depuis la fin des années 1990, les spécialistes pointent le phénomène du « syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles » désignant leur anormale surmortalité (autour de 30 % en moyenne)[2]. L’installation d’un rucher : beaucoup de plaisir et peu de contraintes « Tous les apiculteurs sont des passionnés. Fiche pratique. Trémargat, laboratoire d'alternatives et de démocratie participative à ciel ouvert. Un samedi matin gris de novembre. Il pleut des cordes sur Trémargat, un village des Côtes d’Armor, perdu au cœur du Kreiz-Breizh (Centre Bretagne). Pourtant, sur la place centrale, une armée silencieuse a adopté le ciré pour uniforme et, bravant les gouttes, ratisse, bine et nettoie les parterres de fleurs. « On organise un chantier participatif pour terminer l’aménagement du bourg, explique Yvette Clément, la maire, une brouette à la main.

Nous, on s’occupe des espaces verts, et une autre équipe, installée sous un hangar plus loin, construit six bancs en bois qui seront installés sur la place. » L’initiative est loin d’être une première : l’an dernier, le centre du village a été totalement transformé grâce à la participation d’habitants bénévoles. « C’est une idée du précédent conseil municipal, raconte Yvette, élue en mars dernier à la tête de cette commune de 180 habitants. Ce chantier est emblématique de la façon de fonctionner made in Trémargat. Des mandats limités dans le temps. Boîtes d'échange entre voisins. En Suisse : Des Boîtes d’échanges entre voisins font partie du décor urbain.