background preloader

Ecoute

Facebook Twitter

L’innovation en mode collaboratif. L’innovation en mode collaboratif A l’occasion de la 4ème édition du programme SFR Jeunes Talents Start-up, Laurent Charon, Responsable de l’activité écosystème innovation du groupe SFR, revient sur la politique d’open innovation chez SFR et répond à trois questions à propos de la relation entre SFR et les start-up. Aujourd’hui l’innovation, surtout dans le numérique, est largement portée par les start-up. Comment abordez-vous, chez SFR, la relation grand groupe / start-up ? L’innovation est, il est vrai, fortement marquée par la signature « start-up ». Pour autant, elle est présente partout. Grands groupes, PME, start-up pilotent et développent quotidiennement des projets autour des usages numériques de demain (internet des objets, big data, opendata…), chacun apportant sa pierre à l’édifice. La co-création, l’innovation à plusieurs, prend tout son sens dans un contexte de « digitalisation de la société ». On ne compte plus aujourd’hui les concours dédiés aux start-up !

Bien sûr ! Ecoute: comment rester concentré. L'écoute exige de la volonté, de la patience et de la rigueur. Un exercice moins naturel qu'il n'y paraît. Se focaliser sur l'autre, y être attentif, représente un réel effort. Il s'agit de se mettre en capacité de comprendre ses besoins, de déchiffrer ses attentes ou ses doutes. C'est ce que l'on appelle développer sa troisième oreille. 1. Un collaborateur souhaite vous parler? >> Le conseil.S'isoler un quart d'heure avant l'entrevue pour faire le vide et éviter de réagir à chaud par la suite. 2.

"Oui mais >> Les conseils. 3. Savoir se taire permet de laisser l'autre s'exprimer jusqu'au bout. En revanche méfiez-vous de trois types de silence, souvent inconscients, qui déstabilisent. En face, la personne va ressentir tout cela. >> Le conseil. 4. Cette recommandation peut sembler paradoxale puisque les non-dits n'ont précisément pas été formulés. >> Le conseil. . (1) Centre d'études de psychologie individuelle et de groupe. Yves Blanc est auteur de deux livres : " L'écoute.

« La confiance, grand enjeu des communicants », Communication interne. Un réseau d'échanges de savoirs dans l'entreprise. Lors d’un récente d’une récente journée co-organisée par le GARF et par SOL, j’ai eu le plaisir de rencontrer Maryannick Van Den Abeele, Chef de projet « Réseau d’Echanges Réciproques de Savoirs » à la Direction du Courrier de la Poste. Qu’est ce qu’un Réseau d’Echanges Réciproques de Savoirs ? L’idée est née dans le monde éducatif. Il s’agit, pour les membres du réseau, de s’échanger des savoirs : connaissances, savoir faire… Les échanges sont fondés sur les principes posés par la Charte d’Echanges Réciproques de Savoirs : GratuitéRéciprocité ouverte : je peux apprendre la recette du Tiramisu de M. Lorsqu’elle a monté le premier réseau d’échanges réciproques de savoirs dans les années 70, Mme Claire Héber Suffrin, enseignante, voulait surtout valoriser les savoirs de ses élèves en difficultés, qui n’étaient pas reconnus par l’institution scolaire car non « académiques ».

Peut on utiliser les Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs en formation ? Les bénéfices reconnus sont les suivants : L'écoute, l'alliée silencieuse. Dans sa thèse doctorale publiée en 1973 et intitulée The Nature of Managerial Work, le professeur Henry Mintzberg, sommité du monde de la gestion, avait relevé un fait étonnant à l’époque. Alors que nous pensions que le gestionnaire était plutôt cloîtré dans un rôle davantage clérical, Henry Mintzberg avait plutôt identifié le fait que, dans la réalité, le gestionnaire passait 9 % de son temps à lire et 16 % de son temps à écrire.

Bref, seul 25 % de son agenda était consacré à ces tâches d’analyse de données et de rédaction. La grande surprise de l’étude d’Henry Mintzberg fut davantage de constater que le gestionnaire passait 30 % de son temps à parler (avec ses employés, ses collègues, ses supérieurs) et, surtout, 45 % à écouter! L’illusion de l’écoute On le constate donc, le métier de gestionnaire est largement centré sur l’écoute. Et si, justement, en y réfléchissant un peu, nous pouvions devenir de meilleurs auditeurs?

L’auditeur expert ¹ Estelle M. Attention et constellation. Et si vous arrêtiez d’écouter pour être attentif ? Attentif à ce qui se passe autour. La prédominance de l’écoute dans le discours des coachs, consultants, gurus et autres est exagérée. En réalité cela pourrait autant m’amuser que m’user. Est-ce qu’il s’agirait parfois plus d’une posture que d’une réalité ? Note à soi-même : nonobstant c’est assez reposant comme posture. L’observation de réalité par des chercheurs indique que finalement très peu de choses passent par les mots, par l’écoute des mots, par le sens des mots ?

Arrêtez d’écoutez, observez Une étude connue de Albert Mehrabian a montré que seulement 7% de la communication passait par les mots que l’on écoute. Je m’amuse, naturellement qu’il faut porter une grande attention à l’autre, oui naturellement l’écoute inclus le ton. Faîtes un jeu : prenez 10 minutes lors de votre prochaine réunion à ne pas entendre les mots, à ne pas écouter. Constellations, coaching systémique Dès lors des clefs sont apparentes. Développer son esprit de synthèse en six leçons.

Le manager est souvent amené à prendre brièvement la parole en public et à rédiger des mémos courts pour ses équipes ou ses supérieurs. L'esprit de synthèse relève des compétences transversales qu'on exige de lui. Or, tout le monde n'est pas doué en ce domaine. Pas de panique, avec de la rigueur, de la logique et du bon sens cela s'apprend. Six techniques pour dominer une matière hétérogène. .1- Connecter son cerveau droit Avant de se lancer, il s'agit de se mettre en condition en débranchant son hémisphère cérébral gauche, siège des concepts, des symboles, de l'analyse, du langage. 2- Cadrer sa réflexion.

Dés la préparation pensez à captiver l'auditeur ou le lecteur. Le plus : noter l'objectif et la durée sur un papier qui servira de corde de rappel avant et durant la rédaction ou le déroulé du speech 3- Bâtir des plans simples Gare à ne pas partir d'une page blanche sinon c'est l'imagination qui prendra le dessus. Le plus : mixer "catégories" et "oppositions" pour clarifier vos propos. L'écoute active. L'écoute active et efficace est une habitude à acquérir et la base d’une communication efficace. L’écoute active est l’action de se concentrer sur ce que vous écoutez en groupe ou en dialoguant, afin de bien comprendre ce qui est dit. En tant qu'auditeur, vous devriez être en mesure de répéter dans vos propres mots ce qui vous a été dit d’une manière qui soit satisfaisante pour votre interlocuteur. Ceci ne veut pas dire que vous soyez d’accord avec ce qu’on vous dit, mais bien que vous comprenez ce qui est dit.

Qu'est-ce qui détermine la qualité de l’écoute? Décrits ci-dessus sont les facteurs externes. Préparez-vous en adoptant une attitude positive et en étant impliqué Participation à des activités Voir aussi La cohésion des équipes d'apprentissage | L'écoute active | Projets de groupe | Donner des cours particuliers | Médiation par les pairs | Règlement des conflits coopérative | Utiliser les remarques | Apprentissage par Problèmes/APP. Module Ecoute active - Méthode SPGC. Voici les supports du module 3 de la formation à la Méthode SPGC. Ce module est le premier module "Outils" de la formation. Il traite des techniques de communication et présente des outils très utiles à l'utilisateur de la Méthode SPGC Ce module est composé : D'un PDF sur les techniques de communicationDe trois vidéos, la première sur l'Ecoute active, outil indispensable à la découverte des besoins et enjeux des interlocuteurs, la seconde étant une illustration de l'Ecoute active sous la forme d'exercices d'entraînement filmés et la troisième présentant les applications de l'écoute active à la vente Télécharger le PDF: PDF Vidéo n° 1, L'Ecoute active : Vidéo n° 2 : Exercices d'entraînement à l'écoute active : Vidéo n° 3 : Application de l'écoute active à la vente: Partagez sur les réseaux :

Up! studio paris. Player. Sans titre. Relations, bien-être: le bruit et la fureur (2) Sylvaine Pascual – Publié dans Talents et ressources Dans cette seconde conférence au TED, Julian Treasure explique comment nous perdons notre capacité à écouter.De la création de l’écriture jusquà l’avènement de technologies qui demandent une forte concentration visuelle, nous sommes de plus en plus déconnectés du monde sonore qui nous entoure et nous ne retenons que 25% de ce que nous entendons.

Il explique aussi que le son participe autant de notre compréhension du monde que de notre appréhension du temps et de l’espace. Par exemple, nous pouvons ainsi avoir conscience de la taille d’une pièce aux vibrations qu’elle renvoie. D’autre part, notre monde est devenu extrêmement bruyant, et cette cacophonie, autant sur le plan visuel qu’auditif, rend l’écoute particulièrement fatigante. Au milieu des constantes sollicitations, les médias rivalisent de unes de plus en plus bruyantes, au sens racoleuses, pour attirer notre attention.

De même que les technologies. 2- Le mixer 3- Savourer.