background preloader

Textes et images intéressants à travailler

Facebook Twitter

230062f. Youth jeune fra. Banc de parc | Marc Cassivi | Marc Cassivi. Il était accroupi au bord de l'eau, les mains pleines de cailloux. Il regardait une cane et ses trois canetons faire des vagues. Imperturbable. Sa grand-mère l'attendait, debout à ses côtés, une main posée à la renverse sur la hanche, l'autre sur la poignée de la poussette, qu'elle faisait balancer nerveusement. Elle trépignait d'impatience dans ses Crocs verts. Exaspérée. Elle peinait un peu, cela se devinait à son rictus et à sa respiration, sur la piste juste derrière.

Elle pleurait dans les bras de ses parents, quatre bancs plus loin. Elle faisait du taï chi au pied d'un chêne. Il s'approchait doucement, d'une démarche constante mais incertaine, une canne à la main. Elle s'est assise avec son père sur le banc voisin pour regarder les canetons. Il régnait dans le parc un silence prégnant, malgré les piaillements des oiseaux, le bruissement des feuilles et le murmure lointain d'une cour d'école pleine d'enfants.

Il fixait le sol. Ils sont passés en coup de vent. Une révolution (très) tranquille. « Pretnumerique.ca » : voilà le nom de la plateforme québécoise de prêt en ligne permettant d’emprunter les livres numériques de toutes les bibliothèques publiques du Québec. Un succès ? De 115 000 emprunts numériques à sa première année d’existence, en 2012, pretnumerique.ca est passé à 780 000 emprunts numériques en 2014 ! Soit 580 % d’augmentation en trois ans. Si les ventes de livres numériques connaissent une lente progression – ou stagnent, selon les sources consultées ! « À nos débuts, en janvier 2012, on avait six bibliothèques dans notre réseau de prêt numérique, alors qu’en janvier 2015, on en compte 105 ! Au moment de sa conception, en 2011-2012, le projet a eu pour visée de promouvoir la littérature québécoise, plutôt absente du paysage numérique. « Il existait déjà une telle plateforme à l’intention des bibliothèques anglophones, appelée Overdrive, reprend M.

Mais comment faire pour que le prêt en ligne ne devienne pas une source intarissable de piratage, de copie, etc. ? Plus on est de fous, plus on lit! Arts et culture L'art des titreurs Désormais, la plupart des lecteurs se contentent de survoler les titres des journaux ou des sites web d'information. L'animateur Bernard Faucher, rédacteur en chef adjoint de L'actualité de 2000 à 2006 et l'éditeur et journaliste Pierre Cayouette, ex-directeur de la rédaction du Devoir, discutent des prouesses d'imagination et de synthèse des titreurs. Le titre informatif, celui qui séduit Espère rare et méconnue, les titreurs occupent la fonction essentielle d'attirer l'attention du lecteur et de cerner l'essentiel d'un article. Titres du Devoir, du Journal de Montréal et de La Presse + sur la réforme de santé du ministre Gaétan Barrette Références Libé, 40 ans, le livre anniversaire, Le roman d'un journal, le récit d'une époque, Flammarion, 2013 Le tout va bien, écrit par Adrien Gingold, Éditions Le Tripode, 2014.

Les textos n’empêchent pas de bien savoir écrire! | JDQ. Les centaines de textos que les ados envoient et reçoivent chaque jour vous inquiètent? Une recherche réalisée avec la participation de 158 élèves du secondaire montre que le clavardage n’a pas d’influen­ce défavorable sur la maîtrise du français écrit des élèves. L’idée n’est pas de laisser les jeunes clavarder sans supervision, mais il semble que nos préjugés envers l’utilisation de la messagerie instantanée (aussi appelée chat) ne soient pas fondés. Les jeunes d’aujourd’hui écrivent davantage Marie-Êve Gonthier est une des trois lauréats de janvier 2015 du concours Étudiants-chercheurs étoiles des Fonds de recherche du Québec.

Son mémoire sur l’influence du clavardage sur la maîtrise du français écrit explique qu’aujourd’hui de plus en plus de jeunes écrivent par le biais du clavardage et des téléphones multifonctions (l’expression «téléphone intelligent» est à bannir) «sans avoir un objectif de communication ciblé». Nos préjugés face à l’écriture instantanée. Tout le monde l'écrit. Une de mes amies, dans la quarantaine avancée, me confie : « Mon ado de fille m’a ouvert un compte Facebook, il y a un mois. C’est cool. La semaine dernière, elle m’a dit qu’il fallait que j’arrête de juste partager les statuts des autres, qu’il fallait que moi aussi j’exprime mes opinions.

J’aimerais ça, mais j’ose pas le faire, je fais trop de fautes quand j’écris. » Tous les gens n’ont pas cette pudeur. Si on donnait un dollar à la Société canadienne du cancer pour chaque faute d’orthographe que l’on commet sur les réseaux sociaux, on soulagerait bien des gens. Sous la pression de sa fille, mon amie va sûrement se mettre à rédiger de brefs commentaires sur sa page. Mon père était comptable, il se servait de son crayon pour transcrire des colonnes de chiffres et signer des chèques.

Les gens s’interpellent par l’écriture. On croyait que l’avenir serait des 1 et des 0. Les sinistres diront qu’il ne s’est jamais écrit autant de niaiseries. L’internet, ce n’est que des mots.

Nomophobie

Mon amie Kim | Patrick Lagacé | Patrick Lagacé. Patrick Lagacé a des milliers d'«amis» Facebook. Il s'est lié d'amitié avec l'une d'entre eux, Kim Laurin, avec qui il a échangé de nombreux messages. Il n'était pas le seul. Mais Kim Laurin n'était pas vraiment Kim Laurin. Bienvenue dans le monde de l'amitié 2.0. 1. Premier contact Kim Laurin est entrée dans ma vie par Facebook, il y a peut-être trois ou quatre ans. Kim s'insinuait dans ma vie virtuelle, «aimant» mes statuts, commentant mes photos. Kim était drôle. Kim consignait sur Facebook les hauts et les bas de son existence, à grands coups de statuts parfois mystérieux, souvent surprenants de candeur.

Kim était une fille de famille: ses nombreuses interactions virtuelles avec ses soeurs, son frère, ses cousines et sa mère pouvaient en témoigner. Ainsi va la vie au temps de l'internet moderne: j'en suis donc bizarrement venu à «connaître» Kim Laurin, une fille d'à peu près 30 ans qui travaillait auprès d'enfants autistes, dans une école de Laval. J'ai lu et relu le statut de Kim. 2. Des trottoirs avec vos bouteilles vides pour réduire les gaz à effet de serre. Il n'y a pas que les leaders du monde réunis à New York qui tentent de sauver la planète du réchauffement climatique. Des chercheurs québécois ont trouvé un moyen original de réduire les gaz à effet de serre : utiliser moins de ciment dans le béton en le remplaçant par de la poudre de verre, produite avec vos bouteilles vides.

Un reportage de Sophie Langlois Les cimenteries sont un des plus gros producteurs industriels de gaz à effet de serre dans le monde. Et pour cause, le ciment est le deuxième matériau de construction le plus utilisé sur la planète. Chaque seconde dans le monde, 126 000 kilos de ciment sont coulés. Sur le plan mondial, la production s'élève en moyenne à 555 kilos de ciment par habitant et par an. Cela représente un potentiel écologique et économique important. Chaque fois qu'on utilise une tonne de poudre de verre dans le béton, on économise une tonne de gaz à effet de serre.— Mario Quintin, le directeur du Développement durable à la Société des alcools du Québec. Wikipédia, l'encyclopédie libre. LaPresse.ca | Actualités, Arts, International, Opinions, Sports, Vivre, Voyage. 25 Of The Most Dangerous And Unusual Journeys To School In The World.

To the delight (or dismay) of millions, the school season is beginning in many countries throughout the world. But it’s important not to forget that, in some parts of the world, school can be a hard-won luxury. Many children throughout the world have to take the most incredible and unimaginable routes in order to receive the education that some of us may take for granted. This list we collected will show you just how determined some children can be when it comes to getting an education. According to UNESCO, progress in connecting children to schools has slowed down over the past five years.

Areas that lack suitable school routes can often flood, making it even harder for kids to commute. The solution might seem easy: build roads and bridges, buy buses and hire a driver. (h/t: amusingplanet) 5-Hour Journey Into The Mountains On A 1ft Wide Path To Probably The Most Remote School In The World, Gulu, China Thanks for sharing! 3x per week 30,000,000+ monthly readers Error sending email.