background preloader

Papier vs numérique "la guerre est déclarée"

Facebook Twitter

La chaîne du livre numérique. (ActuaLitté, CC BY SA 2.0) Ce que le numérique a changé à la fonction auctoriale et éditoriale Auteur En règle générale, l'auteur lui-même est davantage sollicité pour promouvoir son livre.

La chaîne du livre numérique

Contrairement au circuit traditionnel de la chaîne du livre papier, il est le dernier point de contact entre son oeuvre et son lecteur. Il peut construire sa notoriété via son site et les réseaux sociaux. Comparatif liseuses : Kindle, Kobo, PocketBook, Bookeen - Liseuse : se laisser tenter (ou pas) ? Quel modèle de liseuse choisir Lentement mais sûrement, les liseuses électroniques ont su trouver leur place parmi tous les équipements électroniques à notre disposition.

Comparatif liseuses : Kindle, Kobo, PocketBook, Bookeen - Liseuse : se laisser tenter (ou pas) ?

Bien sûr, elles offrent peu de possibilités d’usage en dehors de la lecture, mais c’est aussi ce qui fait leur force : elles ne savent faire qu’une seule chose, mais elles le font bien. Aujourd'hui, 4 fabricants s'affrontent sur le marché français : Amazon, Kobo, PocketBook et Bookeen. On retrouve également les liseuses Bookeen sous la marque Nolim distribuée par Carrefour ainsi que les liseuses PocketBook sous les marques Tea et ePagine proposé par des distributeurs comme le Furet du Nord, Cultura ou encore Decitre. Papier vs numérique : quelles différences dans les comportements de lecture ?

La préférence de l'écran au papier s'impose pour le partage de l'information avec son entourage.

Papier vs numérique : quelles différences dans les comportements de lecture ?

Les Français préfèrent le papier (59%) à l'écran (16%) pour la lecture approfondie et pour conserver l'information (40% vs 29%), selon une étude réalisée par Seprem Etudes et Conseil pour le Syndicat de la presse sociale (SPS).La préférence de l'écran au papier s'impose pour le partage de l'information avec son entourage (49% vs 18%) et pour aller rapidement à l'essentiel ou trouver une réponse à une question précise (75%vs 9%). Concernant plus particulièrement l'information émanant de mutuelles, syndicats ou associations, 40% des sondés préfèrent recevoir à la fois des informations par courrier imprimé et des informations numériques par courrier électronique. 25% préfèrent ne recevoir que des infos numériques par courrier électronique, 17% seulement des informations par courrier imprimé et 18% ne pas recevoir d'infos mais aller d'eux-mêmes se connecter sur un site.

Livre papier vs livre numérique : lequel est le plus écolo ? Même si la lecture sur support numérique reste marginale en France, elle grignote peu à peu des parts de marché.

Livre papier vs livre numérique : lequel est le plus écolo ?

Livre numérique contre livre de papier : la guerre est déclarée. Fleur Pellerin déclare la guerre au Netflix du livre : l’offre « Amazon Kindle unlimited » est illégale, dit-elle.

Livre numérique contre livre de papier : la guerre est déclarée

Sauf qu’à côté d’Amazon, il existe des dizaines d’autres acteurs sur ce même créneau, dont des start-up françaises qui craignent pour leur activité. Imaginez une offre illimitée à votre bibliothèque idéale, accessible (et pas encombrant) pour 9,90 euros par mois -le premier mois est offert. C’est ce que propose YouScribe.com, bibliothèque digitale ouverte : 14 salariés, 4,5 millions utilisateurs par mois en pleine envolée ; chiffre d’affaire multiplié par 5 entre 2013 et 2014. Malgré ces bons résultats, YouScribe s’inquiète pour son avenir. Son patron redoute que la Ministre Fleur Pellerin ne prenne le parti des éditeurs traditionnels dans cette affaire. Aujourd’hui, les players ont accès aux livres et reversent 60% de leur chiffre d’affaire aux éditeurs, qui reversent ensuite aux auteurs. Papier fait de la résistance: pourquoi le livre numérique ne s'impose pas (encore) Les Français auraient-ils une dent contre le livre numérique, ou un amour inébranlable pour le papier?

Papier fait de la résistance: pourquoi le livre numérique ne s'impose pas (encore)

Quoi qu'il en soit, le marché peine à décoller dans l'Hexagone, alors qu'il est déjà bien développé dans les pays anglo-saxons. Les chiffres sont révélateurs. Dans son dernier rapport, le Syndical national de l'édition (SNE) (pages 87 à 97) explique que la vente des livres numériques en France a progressé de 1% de 2011 à 2012, portant ainsi ce "nouveau" marché à 3,1% du chiffre d'affaire total de l'édition française. Pourquoi le livre numérique coûte à peine moins que le papier.

Nous sommes en 1454.

Pourquoi le livre numérique coûte à peine moins que le papier

Un certain Johannes Gutenberg bricole le premier livre imprimé de l’histoire occidentale. Dans le sillage de sa Bible à 42 lignes, éditeurs, imprimeurs et libraires se multiplient en Europe, marquant l’émergence d’une nouvelle industrie. Auparavant réservé aux érudits et aux riches, l’écrit se démocratise et devient bon marché. 2007: reprenant l’idée visionnaire de l’entreprise Cytale, Amazon lance le Kindle, une tablette permettant de lire à l’époque 90.000 œuvres avec un seul et même outil. Depuis les supports pour e-books se sont multipliés (iPad, Nexus 7, Surface, Galaxy, Nook...), de même que les plateformes permettant leur téléchargement comme Amazon, iBookstore et plus récemment Google Play. Le succès grandissant de ce nouveau format aidant (aux Etats-Unis, les ventes de livres numériques dépassent parfois celles du papier dans certaines catégories), on pourrait logiquement s’attendre au franchissement d’une nouvelle étape sur les étiquettes.

©Albin Michel. Numérique: «La lecture ne change pas avec le support» Numérique: «La lecture ne change pas avec le support»

Numérique: «La lecture ne change pas avec le support»

Pourquoi le livre résiste-t-il à la vague numérique ? L’avenir appartient bien au livre… digital !

Pourquoi le livre résiste-t-il à la vague numérique ?

Par Jean-Yves Mollier, professeur d’histoire contemporaine Le papier est-il l’avenir du livre ? On se souvient de cette saillie sortie tout droit des laboratoires du MIT (Massachusetts Institute of Technology) selon laquelle si l’on inventait aujourd’hui, le livre papier, ce serait la découverte la plus géniale du siècle. Faite d’abord pour conjuguer les peurs provoquées par l’avènement du fichier numérique, des e-books conçus à la fin du XXe siècle, cette boutade était aussi une réponse à la morgue des fabricants d’ordinateurs. E-book: «Un vrai livre doit sentir bon» VOTRE AVIS - Alors que le chiffre d'affaires du secteur du livre baisse, les ventes de livres numériques sont en hausse.

E-book: «Un vrai livre doit sentir bon»

Mais les internautes du Figaro hésitent encore. Le livre se meurt… Vive le livre! Si le marché du livre encaisse un recul de 2,7% sur son chiffre d'affaires en 2013, le (petit) segment numérique, lui, continue de progresser: GFK recense plus de 5 millions d'œuvres téléchargées sur l'année. C'est près de 3 millions de plus qu'en 2012. Mais malgré ce résultat, les liseuses et autres e-books sont loin de faire l'unanimité chez les internautes du Figaro: si certains semblent avoir réussi à sauter le pas du numérique, la plupart continue de défendre encore et toujours une lecture traditionnelle.

Les souvenirs de vieux bancs d'école et de profs de français grincheux n'y ont rien fait: certains internautes du Figaro s'avouent complètement accros au livre électronique. Mort du livre ou disparition des lecteurs ? FIGAROVOX/TRIBUNE- A l'occasion de l'ouverture du Salon du livre, l'écrivain Gérard de Cortanze revient sur la mort annoncée du livre papier. Il rappelle que la question centrale n'est pas celle du livre, mais de la lecture car, que seront les livres quand il n'y aura plus de lecteurs pour les lire ? Gérard de Cortanze est écrivain et critique littéraire.

Dernier livre paru: L'An prochain à Grenade (Albin Michel, 2014). Le 6 août 2010, lors de sa conférence donnée au Massachusetts Institute of Technology (MIT) Nicholas Negroponte, Professeur réputé et chercheur, a annoncé la «mort physique du vieux livre papier d'ici à cinq ans», ajoutant: «Cette hypothèse est difficile à accepter par la majorité des gens.» Il tirait son argumentation du fait suivant: les livres numériques seraient en train de supplanter les livres traditionnels auprès des consommateurs.

Cette «mauvaise nouvelle» est évidemment à mettre en relation avec les résultats de l'enquête Livres Hebdo/Ipsos autour de la lecture. Histoire de la page, de l'Antiquité à l'ère du numérique. Le livre numérique, planche de salut pour la lecture ? 1 « Quant aux étudiants de licence, ils ne savent plus utiliser de livres, ont désappris à en lire. L (...) 1Les pratiques de lecture chez les jeunes, en particulier chez les étudiants, sont régulièrement le sujet de considérations alarmistes et de propos empreints d’indignation morale. Enseignants de collège, de lycée, puis d’université dissertent sur le déclin de la lecture chez leurs élèves ou de l’illégitimité culturelle de certains de leurs livres de chevet.

Des éditeurs, notamment ceux des secteurs scolaire, parascolaire ou universitaire1, dressent un constat similaire et appellent de leurs vœux, en grands marchands qu’ils sont (Mollier, 1988), le retour du livre au centre des apprentissages tout en fustigeant la lecture par chapitres et le « photocopillage ». Enfin, la presse contribue à chanter l’antienne du déclin de la lecture, révélant la disparition d’une certaine culture humaniste regrettée. 5Notre propos s’articulera autour de trois points. Tableau 1. Tableau 2. Rentrée littéraire: «Le livre reste un média très porteur pour comprendre le monde» Professeure à l’université Paris-XIII, Françoise Benhamou est une spécialiste reconnue de l’économie de la culture. Elle porte un regard assez positif sur la santé du secteur de l’édition. Le marché du livre va-t-il si bien que ça ? Honnêtement, il se porte plutôt bien, surtout en comparaison avec d’autres secteurs du commerce de détail.

Nombre d’éditeurs sont contents et les chiffres en attestent : au deuxième trimestre 2016, le marché a connu une croissance de 0,5 %. Du coup, l’année devrait être positive (la plus grosse période de ventes reste Noël, certains libraires y font 30 % de leur chiffre d’affaires). Comment expliquez-vous que les librairies résistent si bien ? Booktubeuse : 5 RAISONS de préférer le livre numérique au livre papier selon @Lanylabooks. Booktubeuse : l'avis de Olalachicks sur le débat "Livre numérique et livre papier" Booktubeuse : À Livre Ouvert, LE LIVRE PAPIER VS LE LIVRE NUMERIQUE.

Focus manga et fanfiction : le problème du cadre légal

Fanfiction dans la presse. Pourquoi pirater des livres numériques ? (Reiterlied, CC BY-NC-SA 2.0) Note préalable : ce billet n’a pas pour vocation d’apeurer les professionnels quant au piratage mais plutôt de les sensibiliser aux actions qui peuvent être menées afin d’enrayer dans la mesure du possible cette pratique. Rappelons aussi que, d’après les chiffres du 6e baromètre Sofia (mars 2016), le piratage connait une baisse de 4%. La plupart des contenus piratés sont issus de livres qui jouissent d’une belle visibilité : best-sellers, livres d’auteurs à succès, œuvres ayant obtenu des prix en tous genres ou encore nouveautés des rentrées littéraires. Soyons francs : à moins d’avoir obtenu le prix Goncourt 2016 ou de s’appeler Ken Follett, les risques de voir ses livres se multiplier de façon illégale sur la toile sont relativement minces.

Au-delà de ces ouvrages en vue, d’autres facteurs peuvent pousser le lecteur à se tourner vers une offre illégale, peu importe le contenu dont il est question. Indisponibilité d’une offre ebook Des prix trop élevés. Comment pirater légalement tous les livres. Je suis désolé, amis auteurs, j’ai une mauvaise nouvelle (et notamment pour moi qui sors aujourd’hui Clitoria). J’ai découvert que notre avenir serait encore moins rose que nous ne le pensions, tout ça par le plus grand des hasards. Hier soir, mon amie Line me raconte qu’elle lit désormais en numérique, mais qu’elle vient de se faire rouler par Amazon.

Elle commande la version Kindle de City, le roman d’Alessandro Baricco.