Agriculture urbaine

Facebook Twitter

Nantes invente la ville verte de demain. Un poulailler design place Graslin, une serre tunnel le long de l’Erdre, des ruches sur pilotis au beau milieu d’un rond-point… Ces idées extravagantes sont au cœur d’un projet de prospective urbaine baptisé « Ekovores », imaginé par deux designers industriels nantais de l’agence Faltazi.

Nantes invente la ville verte de demain

Un programme vertueux que Nantes, qui se prépare à devenir capitale verte de l’Europe, regarde de près. Réinventer l’agriculture urbaine de proximité Plutôt habitués à dessiner des bouilloires et des cocottes minutes que de vraies cocottes, Laurent Lebot et Victor Massip, alias les Faltazi, les ont remisé pour un temps afin de s’attaquer à une problématique complexe : inventer la ville verte de demain. « Notre projet s’inspire de ce qui se passe aujourd’hui à Détroit, dans les transitions towns et des principes prônés par les locavores », expose Laurent Lebot.

FALTAZI. Les Ekovores. Et si on transformait le toit de votre immeuble en potager ? | Rue89 Planète. Une ferme Lufa sur un toit de Montréal (Fermes Lufa) Une batavia fraîchement cueillie qui craque sous la dent est un plaisir simple mais difficile à satisfaire pour un citadin.

Et si on transformait le toit de votre immeuble en potager ? | Rue89 Planète

A mesure que les villes s’étendent et que les bonnes terres agricoles s’épuisent, l’appétit des consommateurs pour les produits frais et locaux se fait plus pressant. Pourquoi ne pas développer des cultures maraîchères en ville sur l’espace inutilisé des toits ? L’idée En Amérique du Nord, l’agriculture urbaine est en plein essor.