background preloader

Et si on transformait le toit de votre immeuble en potager ?

Et si on transformait le toit de votre immeuble en potager ?
Une ferme Lufa sur un toit de Montréal (Fermes Lufa) Une batavia fraîchement cueillie qui craque sous la dent est un plaisir simple mais difficile à satisfaire pour un citadin. A mesure que les villes s’étendent et que les bonnes terres agricoles s’épuisent, l’appétit des consommateurs pour les produits frais et locaux se fait plus pressant. Pourquoi ne pas développer des cultures maraîchères en ville sur l’espace inutilisé des toits ? L’idée En Amérique du Nord, l’agriculture urbaine est en plein essor. Depuis, les jardins sur les toits de la « Grosse Pomme » ont fait souche et pris de l’ampleur. Une ferme sur un toit, « l’agriculture de l’avenir » Son créateur, Mohamed Hage, un jeune informaticien né au Liban, aime raconter s’être inspiré de la lufa (ou loofah), une variété de courge grimpante qu’il voyait pousser, enfant, jusque sur le toit de sa maison natale : « Pour moi, c’était tout naturel de construire une serre sur un toit. Une ferme Lufa sur un toit de Montréal (Ferme Lufa)

http://rue89.nouvelobs.com/rue89-planete/2011/11/28/et-si-transformait-le-toit-de-votre-immeuble-en-potager-226976

Related:  Potager sur les toitsAgriculture urbaineCulture hors solAGRICULTURE ET JARDINSquittou

Les toits verts : un concept qui fleurit à grande échelle Le toit vert (toit végétal, ou encore toiture végétalisée) est un concept de toiture utilisant de la terre et des végétaux en remplacement de l’ardoise, la tuile… Dans de nombreuses villes, le concept fait parler de lui car au lieu de maintenir des déserts de goudron et de gravier sur les toits, des champs, des potagers et des jardins pourraient se développer et fournir de grands bénéfices. Au-delà des avantages de climatisation naturelle, de gestion des eaux de pluie et de prolongation de la vie du toit, les toitures végétales sont simplement belles. Cultures en lasagnes ("lasagna bed") - Permaculture Jeudi 4 novembre 2010 4 04 /11 /Nov /2010 23:21 La technique du jardin en lasagnes Tout le monde connait les lasagnes, ce plat italien constitué de plaques de pâtes en alternance avec des couches de sauce bolognaise et béchamel, sans oublier le fromage.

Comment bien cultiver sur les toits? Une école d'ingénieurs fait des tests à Paris Tomates, pommes, fraises: sur le toit de l'école AgroParisTech, des passionnés ont créé un immense potager qui sert de laboratoire pour trouver la meilleure façon de cultiver en ville. Nicolas Bel et Nicolas Marchal, de l'association Potager sur les toits, ont convaincu la direction de cette école d'ingénieurs d'investir un espace de 600 m2, en plein coeur de Paris, pour y mener des expérimentations. «Le but, c'est vraiment de trouver des solutions innovantes pour cultiver de façon plus durable», explique Nicolas Bel, ingénieur féru d'horticulture. Le thym est un «gros fixateur de polluant» Dans des bacs carrés en bois, des salades vertes poussent sur différents types de sols: du marc de café, du compost, des déchets de bois... et du terreau que l'on peut trouver dans le commerce. Au comparatif des sols qui donnent les plus belles laitues, c'est le compost, où circulent les vers de terre et poussent des champignons, qui rafle la mise.

Cultures en lasagnes ("lasagna bed") - Permaculture Jeudi 4 novembre 2010 4 04 /11 /Nov /2010 23:21 La technique du jardin en lasagnes Tout le monde connait les lasagnes, ce plat italien constitué de plaques de pâtes en alternance avec des couches de sauce bolognaise et béchamel, sans oublier le fromage. On retrouve cette idée de couches alternées dans le mode de préparation du sol alternant des couches végétales variées favorables à la pousse des plantes potagères ou ornementales. L’intérêt de la préparation du sol en « lasagne » ( « lasagna gardening »,« lasagna bed » en anglais) est d’obtenir quantité de légumes et fleurs sur les sols quasi-abandonnés avec des « plus » non négligeable : le recyclage de tous les déchets verts et ménagers. Cours, terrasses, toitures, carrés et même dalle de béton, profitent de ce qui ne sera seulement un effet de mode, mais un réel mode de réappropriation du sol à peu de frais.

Une serre sur mon toit par Jonathan Lemay Crédit photo: Fermes Lufa, licence: CC BY SA 2.0 ( Plusieurs organisations prêtent maintenant le toit de leur édifice pour en faire un jardin durant l’été. Face aux conditions nordiques qui ne permettent pas de tenir ce type de jardin toute l’année, d’autres ont poussé l’audace un peu plus loin en mettant sur pied de véritables serres sur leur toit. Une première au Canada

Le jardin sur les toits Rue des Haies, dans le 20e arrondissement parisien. Dans le gymnase des Vignerolles, un groupe d’adolescents joue au basket… Mais sur le toit, c’est une tout autre activité que l’on pratique : le jardinage ! Et oui, face au manque d’espace, la Ville de Paris a eu l’idée originale de créer un jardin directement sur les toits parisiens. Imaginez, 800 m2 d’espaces à jardiner ! La permaculture, un concept qui s’étend à l’échelle de la ville Totnes en Angleterre. Analyser le fonctionnement de la nature et comprendre son organisation sont les bases du concept de la permaculture. Cette notion qui remonte aux années 1970 trouve actuellement de nouveaux champs d’application à l’échelle du territoire pour penser la ville de demain. Explications. L’agriculture comme point de départ Dans les années 1970, les Australiens Bill Mollison et David Holmgren conceptualisent l’idée de la permaculture.

La ferme verticale : image paroxystique de mondes agricoles en mutation La ferme verticale : image paroxystique de mondes agricoles en mutation Pensées par certains comme la solution idéale pour garantir la sécurité alimentaire des villes ou imaginées par d’autres comme des constructions futuristes inquiétantes, les fermes verticales bousculent indubitablement les représentations sociales que nous avons tous des mondes agricoles et de la place qu’ils occupent dans nos sociétés contemporaines. L’érection de ces tours fertiles et l’irruption de l’agriculture dans la cité nous apparaissent de prime abord comme des ruptures fondamentales dans notre façon de concevoir non seulement la ville, mais aussi l’agriculture, l’agriculteur lui-même et la campagne. Toutefois, derrière ces ruptures apparentes, et au-delà des espoirs qu’ils peuvent susciter et des limites qu’ils laissent deviner, les projets de fermes verticales témoignent d’évolutions sociotechniques déjà à l’œuvre. Agriculture : une question urbaine

Production rentable sans facteurs de croissance Plus de la moitié (53 %) des porcs québécois reçoivent un antibiotique comme facteur de croissance dans au moins un de leurs aliments en période d’engraissement, selon une enquête d’Épidémio-Qualité. Pour contrer la montée des bactéries résistantes, cette pratique est interdite au Danemark, depuis 2000. Cela n’empêche pas le petit royaume d’être l’un des plus grands exportateurs de viande porcine du monde, avec 2,071 millions de tonnes exportées en 2011.

Des serres hydroponiques au-dessus des immeubles Politiquement, il ne pourrait qu'être dommageable au chef de l'Etat de paraître impuissant face à une vente d'Alstom par appartements : ce serait faire moins que son prédécesseur, s'agissant d'une industrie française stratégique puisque touchant au nucléaire. Le Carreau du Temple se dévoile ce week-end Le nouveau Carreau du Temple ouvre ce week-end avec une programmation artistique et culturel spéciale avant de prendre lundi, son rythme de croisière. Son directeur, Jean-Luc Baillet, nous en explique le projet. SNCM: l'Etat est au pied du mur

Jardins suspendus Jardins suspendus- Jardins potagers - Windowsfarm Les nouveaux jardiniers urbains Les pauvres des villes du sud motivés par des emplois et une meilleure nutrition Notre production est entièrement écologique - Nous n'utilisons aucun pesticide, mais à côté des laitues et des tomates nous plantons du basilic, du persil et de la menthe, qui éloignent naturellement les insectes.

Related:  Serre sur les toitsapascaldesignEmploi - Agriculture urbaine