background preloader

Ari24120

Facebook Twitter

aghilas

Lqjkdflmkqjml.

DOSSIER NOUVEAU

Travailler chez Google : c'est l'enfer. Google a beau être une entreprise de rêve pour tous les étudiants du monde entier, l’envers du décors se dévoile un peu grâce à des témoignages d’anciens employés qui se sont littéralement lâchés sur la toile ce weekend. Sur le site Quora, spécialisé dans les questions réponses en tout genre, une personne a donc demandé quels étaient les aspects négatifs lorsqu’on travaille chez Google. Les réponses, généralement en provenance d’anciens employés et sous couvert d’anonymat, ont vite afflué. Il en ressort que la plupart des employés de Google sont surqualifiés pour les jobs qu’ils occupent. Google peut se permettre de n’employer que les meilleurs ingénieurs, mais ces derniers se retrouvent donc souvent à effectuer des tâches basiques et qui ne demandent que peu de compétences, comme du support pour Google Ads, ou pire, la suppression de vidéos signalées comme inappropriées par les utilisateurs de YouTube. Google veut scruter la productivité de ses salariés... pendant un siècle.

Google est capable de mener des études étude sur la consommation de M&Ms au bureau... alors pourquoi pas étudier la productivité de ses salariés pendant cent ans! La société américaine a très sérieusement lancé "gDNA", une étude prévue pour durer un siècle. A condition bien sûr que la compagnie elle-même survive aussi longtemps... L'objectif : trouver la recette magique du management qui rendra les travailleurs heureux. Car des employés comblés par leur travail sont, a priori, au zénith de leur productivité - il appartiendra à l'étude de confirmer le lien entre bonheur et performance professionnelle.

Les salariés de Google sous la loupe des scientifiques pendant un siècle Google a lancé cette enquête à très long terme il y a deux ans, en prenant exemple sur la célèbre "étude de Framingham", qui dure depuis 1948 aux Etats-Unis, à l'origine pour collecter des données sur les maladies cardiaques. La majorité des salariés de Google n'ont pas de vie personnelle. Travailler chez Google, ce n'est pas que du bonheur. Une cantine gratuite, des salaires alléchants (88.000 euros par an en moyenne pour un ingénieur), des fauteuils massants ou encore 20% de temps libre pour développer ses projets personnels… A priori, Google paraît l'endroit rêvé pour tout salarié. Ce n'est d'ailleurs pas par hasard que le groupe américain figure régulièrement parmi les premières places des palmarès consacrant les employeurs préférés des jeunes diplômés.

Si travailler chez le géant de la Silicon Valley est une expérience très enrichissante, cela peut bizarrement avoir de mauvais côtés. C'est en tout cas le point de vue de certains anciens employés de la firme de Mountain View, qui échangent leurs critiques sur un fil de discussion du site de questions-réponses Quora, repéré par Business Insider. En voici les plus marquants. > Des employés trop qualifiés Vu le nombre de personnes souhaitant travailler chez Google, la firme peut se permettre de ne recruter que les meilleurs éléments.

> Esprit start-up, es-tu là ? MERCATIQUE STMG. Google : les salariés bousculent le mythe. Le géant de l'informatique, pourtant auréolé d'une réputation d'entreprise modèle, est loin d'être un Éden pour ses salariés. Entre querelles d'ego et faiblesses managériales, leurs témoignages chamboulent les idées reçues. Florilège. Fréquemment, Google est attaqué de l'extérieur. Depuis sa création, en 1998, on lui a tout reproché: politiques de confidentialité douteuses, violations de droits d'auteur, censure, etc. . • «Arrogance et sexisme» «Beaucoup de gens qui travaillent chez Google ont le sentiment d'avoir tous les droits parce qu'ils sont issus de l'élite», témoigne une ancienne directrice des ressources humaines. . • Une sélection drastique… mais des tâches mesquines «Ce qu'il y a de pire dans cette boîte, c'est le décalage entre l'exigence du recrutement et la simplicité d'un grand nombre de missions», écrit Vlad Patryshev, resté trois ans et demi à Mountain View.

. • Impossible de changer seul la donne «J'ai travaillé trois ans pour Google. . • La vie en «G» • Un campus pas si sympa. 13 avantages incroyables des employés de Google | Eddy Lacassaigne. On les appelle les Googlers, ils ont la chance de travailler pour Google qui offre des conditions de travail inédites. Mais quels sont vraiment ces avantages ? Vous avez peut-être vu le film Les Stagiaires dans lequel on découvre les bureaux californiens de Google à travers l’histoire de deux stagiaires qui n’auraient jamais dû se retrouver là. Si la réalité est un peu différente, il n’en reste pas moins que le quartier général de Google ressemble plus à une immense salle de jeux pour adultes qu’au bureaux d’une des plus grandes sociétés au monde. Et ce n’est pas tout, en plus de cet environnement idyllique, travailler pour Google offre de nombreux avantages.

En voici quelques uns dont les Googlers californiens peuvent profiter pendant leurs heures de travail. Vous venez de lire quelques uns des avantages à travailler pour Google, mais sachez qu’il y en a encore beaucoup d’autres. Economie : la vie chez Google. Stéphane Loignon | 28 Juin 2013, 18h15 | MAJ : 04 Juil. 2013, 17h01 Vendredi, 18 heures : dans la cour d’un superbe hôtel particulier, au cœur du 9e arrondissement parisien, une centaine de salariés de Google trinquent sous le soleil, une bière ou une coupe de champagne à la main. Au siège français, les « Googlers », comme ils s’appellent entre eux, fêtent l’arrivée du week-end lors d’un apéritif hebdomadaire. L’occasion de se mélanger, du stagiaire au patron, et de discuter de projets parfois confidentiels.

Tandis que certains jouent au ping-pong, des ingénieurs américains de passage en France se livrent, devant quelques curieux, à une démonstration en avant-première des Google Glass, des lunettes futuristes capables de recevoir des textos, équipées d’un GPS et d’une caméra. « C’est pour ce genre de projets fous que je travaille ici », glisse un salarié. Bienvenue chez Google ! « C’est une fiction, pas un film sur l’histoire de Google », tempère une porte-parole du groupe. > 1. > 2. > 3. Google prend soin de ses salariés, même après leur mort.

Des coupes de cheveux gratuites aux toilettes les plus high-tech du monde, les employés de Google bénéficient déjà de nombreux avantages. Forbes révèle que ça ne s’arrête pas là. Même après leur mort, un traitement spécial leur est réservé. Dans une interview, le responsable des ressources humaines Laszlo Bock explique: «cela pourrait avoir l’air ridicule (…) mais on a annoncé la mise en place d’un capital décès à Google».

Si un salarié de Google meurt alors qu’il est encore employé par l’entreprise, son conjoint recevra un chèque équivalent à 50% de son salaire tous les mois pendant dix ans. Les 34.000 salariés de Google sont concernés par cette nouvelle mesure. Toutes les actions du salarié seront aussi immédiatement mises au nom du conjoint restant et ses enfants recevront 1.000$ par mois jusqu’à l’âge de 19 ans (ou 23 s’ils sont étudiants). Cette politique d’accorder des avantages personnels aux salariés aurait été mise en place dès le premier jour. Google, compagnie providence?

Pour motiver ses salariés, Google mise sur l'interaction et l'autonomisation. Chez la firme de Mountain View, motiver ses collaborateurs passe par deux choses : la possibilité de prendre du temps pour travailler sur un projet personnel, et la gratification des personnes qui aident leurs pairs. Pour favoriser l'engagement de ses salariés, Google a décidé de leur laisser plus de temps libre, tout en les incitant à communiquer entre eux.

Les managers de la firme de Mountain View sont partis du principe suivant: au cours de la réalisation de leur travail, ingénieurs comme développeurs acquièrent de nombreuses compétences, qu'ils peuvent souhaiter mettre en œuvre dans un cadre plus personnel. C'est pourquoi ils ont lancé en 2006 une initiative permettant aux employés de diviser leur temps de travail en deux parties. Soit un temps de travail effectif (80%) et un considéré comme du temps libre (20%). Utiliser les interactions entre employés comme assurance d'un travail effectif Récompenser chaque acte d'entraide publiquement afin de pousser à celle-ci.

Voyage au coeur du «Google way» REPORTAGE - Google ouvre rarement les portes de ses sites de recherche et développement. Lefigaro.fr a pu passer une journée dans le centre européen du géant du web, à Zurich, en Suisse et approcher la manière bien particulière dont il fait travailler ses employés. C'est un bâtiment industriel discret, caché derrière d'autres dans le sud de Zurich, en Suisse. Sur sa façade, les six lettres colorées que chaque internaute connaît par coeur : Google. Bienvenue au centre européen d'ingénierie de Google, un pôle dédié à la recherche et au développement , inauguré voici à peine plus d'un an. A l'intérieur de ces 12.000 m², 500 ingénieurs, dont la moyenne d'âge doit avoisiner les 30 ans, originaires de 40 pays différents, travaillent chaque jour pour la plus grande entreprise Internet au monde.

La presse n'a pas souvent accès aux bâtiments de R&D de la firme. » LIRE Quand Google redessine le monde Des conditions de travail qui font rêver Force est de constater que ce n'est pas qu'une légende.