background preloader

Stat contraception

Facebook Twitter

Quiz : pilule, stérilet… maîtrisez-vous bien la contraception ? Contraception : seules 24 % des Françaises utilisent le DIU. Parmi les différentes méthodes de contraception disponibles, la contraception hormonale orale est utilisée par 60 % des femmes, tandis que le DIU ou stérilet n’est utilisé que par 24 % des femmes dont 40 % sont âgées de 40 à 44 ans.

Contraception : seules 24 % des Françaises utilisent le DIU

Les méthodes locales (préservatif, spermicide, diaphragme) ou naturelles sont quant à elles, choisies par 16 % des femmes en France. DIU ou pilule ? Alors que le DIU est une méthode contraceptive fiable et réversible, de nombreux gynécologues le prescrivent après 35 ans pour offrir une pause hormonale à leurs patientes en choisissant le plus souvent un DIU au cuivre.

Lors d’une conférence de presse organisée par le fabricant 7MED Industries (laboratoire Hepatoum), il a été précisé que bien que la pilule est une méthode sûre, au même titre que le DIU, deux tiers des IVG (interruption volontaire de grossesse) pratiquées en France concernent des femmes sous contraception orale. La raison ? Trop d'idées reçues autour du DIU Dr Jesus Cardenas. Bayer HealthCare-Le Rapport sur la vérité 2015 : les mythes et les idées fausses sur la contraception selon les femmes de la génération Y. Classé dans : SantéSujet : Commentaires d'analystes TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - 22 sept. 2015) - Bien que les femmes de la génération Y prennent leurs décisions dans la plupart des aspects de leur vie, lorsqu'il est question de méthode contraceptive, une proportion significative ne fait pas un choix éclairé.

Bayer HealthCare-Le Rapport sur la vérité 2015 : les mythes et les idées fausses sur la contraception selon les femmes de la génération Y

Il s'agit du sujet au coeur d'une récente étude de recherche - le Rapport sur la vérité - publiée aujourd'hui, juste à temps pour la Journée mondiale de la contraception, le 26 septembre. Le nombre de stérilets a doublé en 10 ans. Le stérilet Mirena a contribué au gain d’intérêt envers ce mode de contraception au Québec, si bien qu’il enregistre, avec l’anneau vaginal, la hausse d’utilisation la plus marquée.

Le nombre de stérilets a doublé en 10 ans

Selon les chiffres de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), 42 871 femmes se sont fait installer un stérilet l’an dernier. Elles étaient 22 203 en 2005. Le Mirena est surtout populaire du fait de son efficacité contraceptive. Son coût est intéressant: un maximum de 400 $ sur cinq ans, ça revient à 6,66 $ par mois. En plus, la moitié des femmes n’ont plus de menstruations après un an. photo courtoisie. Stérilet : les gynécos font un blocage. A 34 ans, Diane porte un stérilet en cuivre depuis plus de six ans.

Stérilet : les gynécos font un blocage

Quand, il y a quelques mois, elle doit exceptionnellement consulter un autre gynécologue que celui qui la suit habituellement, le praticien, découvrant son moyen de contraception à l’examen, s’exclame : «Qui a osé vous faire cela ? On ne pose pas de stérilet à une nullipare !» Car utiliser un dispositif intra-utérin (DIU, l’autre nom du stérilet) lorsque l’on n’a pas eu d’enfant reste une pratique marginale en France. La place du stérilet dans l’Hexagone a d’ailleurs été l’un des thèmes abordés au cours du 25e Salon de gynécologie obstétrique, qui s’est tenu la semaine dernière à Paris. Selon la dernière enquête de l’Ined et de l’Inserm (1) sur la contraception, en 2013, 8% des 25-29 ans sans enfant étaient concernées par le stérilet, contre 0,4% trois ans auparavant. Forums. CONTRACEPTION: L'éducation, la meilleure des préventions chez l'adolescente? Actualité publiée il y a 8 jours Social Science and Medicine Il est bien clair que l’éducation ou le niveau d’études ne suffisent pas, mais leur impact est important sur la baisse des grossesses non désirées chez les mineures et donc des IVG.

CONTRACEPTION: L'éducation, la meilleure des préventions chez l'adolescente?

Ainsi, alors que face aux risques des contraceptifs oraux combinés (COC) de 3ème et 4ème génération, la « promotion » des contraceptifs réversibles de longue durée (implant, stérilet) ne semble pas avoir joué un rôle important dans la réduction des grossesses chez les adolescentes –ici au Royaume-Uni-, ces chercheurs se sont posé la question des autres facteurs pouvant engager les adolescentes à adopter une forme plus efficace et mieux adaptée de contraception. Leur étude, présentée dans la revue Social Science and Medicine, conclut à ce facteur majeur : l’éducation. Is education the best contraception: The case of teenage pregnancy in England? Highlights We examine alternative explanations for falling teen pregnancy rates in England.

Is education the best contraception: The case of teenage pregnancy in England?

Les jeunes femmes sont-elles ouvertes au changement ? L’accessibilité de la contraception a permis aux femmes de disposer librement de leur corps et de décider du moment opportun pour avoir des enfants.

Les jeunes femmes sont-elles ouvertes au changement ?

Elle a également conditionné d’autres choix de vie des femmes. D’après l’enquête, plus de 8 femmes sur 10 ont déjà pris une décision concernant aussi bien leur vie de couple, leur vie sexuelle que leur parcours professionnel. Et 70% des femmes de 20 à 35 ans n’ayant pas encore eu d’enfant ont également fait un choix sur ce sujet. Les résultats de l’enquête révèlent que les femmes sont davantage décisionnaires dans ces domaines relevant de la vie privée. En effet, concernant : Contraception : les ventes de stérilets ont augmenté de 47% en 2013. Contraception : 75 % des femmes prêtes à en changer. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin d’améliorer votre expérience d’utilisateur et de vous offrir des contenus personnalisés.En savoir plus>> Accueil PARENTS > Actualités > 75 % des femmes prêtes à changer de contraception 75 % des femmes prêtes à changer de contraception Si trois jeunes femmes sur quatre se disent satisfaites de leur moyen de contraception, elles ne sont pas contre l’idée d’en changer dans les années à venir.

Contraception : 75 % des femmes prêtes à en changer

3 jeunes femmes sur 4 satisfaites de leur contraception. La crise de la pilule en 2013 a modifié le profil contraceptif français. Provision of No-Cost, Long-Acting Contraception and Teenage Pregnancy. Although it has declined substantially over the past two decades, the pregnancy rate among girls and women 15 to 19 years of age remains a stubborn public health problem.

Dispositif intra-utérin et implant progestatif très efficaces à long terme chez les adolescentes L’utilisation de moyens de contraception réversibles de longue durée d’action (DIU et implant) chez les adolescentes permet de réduire de façon très importante le nombre de grossesses non désirées. Cette étude américaine dont les résultats sont parus dans le New England Journal of Medicine incite à proposer plus fortement ces techniques pour une efficacité accrue à long terme en situation réelle. – ansfo
Les dispositifs intra-utérins et l’implant progestatif offrent une meilleure prévention contre les grossesses non désirées que les autres moyens de contraception et sont bien acceptés par les adolescentes quand ils sont facilement accessibles. L’étude américaine qui présente ces résultats plaide donc largement en faveur de ces dispositifs chez les mineures de plus de 15 ans en recherche d’une contraception efficace. Aux Etats-Unis, le taux de mineures enceintes y est plus élevé que dans les autres pays développés avec un coût social et financier important (faible niveau d’éducation pour ces jeunes filles qui arrêtent leurs études, assistance sociale, recours aux IVG, etc). Pour tester une façon de réduire le nombre de ces grossesses non désirées, des chercheurs ont mené une étude de cohorte prospective CHOICE conçue pour promouvoir l’utilisation de moyens de contraception réversibles et de longue durée d’action (DIU et implant). Les 1404 participantes âgées de 15 à 19 ans ont été informées sur les différents moyens de contraception disponibles mais les prescripteurs insistaient sur l’efficacité à long terme en situation réelle de ces derniers. Les jeunes filles faisaient ensuite leur choix et les moyens de contraception étaient tous délivrés gratuitement. – ansfo
Parmi elles, 72% ont choisi le DIU ou un implant (contre moins de 5% des jeunes filles en population générale) et 28% ont choisi un autre moyen de contraception. Entre 2008 et 2013, le nombre moyen de grossesses, naissances et avortements a été respectivement de 34 pour 1000 dans cette étude (versus 158.5 pour 1000 des jeunes filles en population générale), 19,4 pour 1000 (versus 94 pour 1000 des jeunes filles en population générale) et 9,7 pour 1000 (versus 41,5 pour 1000 des jeunes filles en population générale). Marie Lestelle (Paris) Référence : Gina M. Secura et al. Provision of No-Cost, Long-Acting Contraception and Teenage Pregnancy N Engl J Med 2014; 371:1316-1323 – ansfo

Each year, more than 600,000 teens become pregnant, and 3 in 10 teens will become pregnant before they reach 20 years of age.1,2 Rates are higher among black and Hispanic teens, with 4 in 10 becoming pregnant by 20 years of age, as compared with 2 in 10 white teens. 2-4 In addition to the negative health and social consequences borne by teenage mothers and their children, the national financial burden is substantial.

Provision of No-Cost, Long-Acting Contraception and Teenage Pregnancy

In 2010, births involving teenage mothers cost the United States nearly $10 billion in increased public assistance and health care and in income lost as a result of lower educational attainment and reduced earnings among children born to teenage mothers.5 Methods. CONTRACEPTION: Plus de protection et moins d’hospitalisations. Actualité publiée il y a 10h22mn Diminution de la contraception orale oestroprogestative au profit des stérilets et des implants, redistribution des prescription au sein des COC au profit des pilules de 1ère et 2nde génération, en 1 an et demi, les femmes ont bien changé leur comportement vis-vis de la contraception.

CONTRACEPTION: Plus de protection et moins d’hospitalisations

Et l’impact sur le risque sanitaire est bien là, selon l’étude menée par l’Agence nationale de Sécurité du Médicament qui parle même d’un bénéfice immédiat, soit près de 350 hospitalisations pour embolies pulmonaires en moins en un an. Ces résultats appellent, avec ce recul, à une plus grande pharmacovigilance, d’autant que les contraceptifs oraux restent le médicament le plus prescrit chez les femmes âgées de 18 à 44 ans.

Etude de l’impact de la modification récente des méthodes de contraception sur la survenue d’embolies pulmonaires chez les femmes de 15 à 49 ans - Point d'Information. Etude de l’impact de la modification récente des méthodes de contraception sur la survenue d’embolies pulmonaires chez les femmes de 15 à 49 ans (07/11/2014) (316 ko) La médiatisation des risques liés aux contraceptifs oraux combinés (COC) en décembre 2012 et le plan d’actions des autorités sanitaires qui a suivi, ont conduit à un changement des habitudes des femmes vis-vis de la contraception en France[1] . Les femmes françaises et les prescripteurs ont donc privilégié les COC 1ère et 2ème génération qui présentent un risque thromboembolique plus faible.

L’étude menée par l’ANSM vise à évaluer l’impact de ces changements sur la survenue d’embolies pulmonaires chez les femmes en âge de procréer. Family Planning 2020. Davantage de femmes et de jeunes filles ont accès aux méthodes contraceptives dans les pays les plus pauvres du monde. Deux ans après le Sommet de Londres sur la planification familiale, les financements des programmes de planification familiale et le nombre de femmes et de jeunes filles qui utilisent des méthodes modernes de contraception ont augmenté de manière significative. Londres, le 3 novembre 2014 : Aujourd’hui, Family Planning 2020 (FP2020) publie son deuxième rapport de progrès qui présente ce qui a été accompli depuis le Sommet de Londres de 2012 sur la planification familiale. Le rapport, Partenariat en Progrès, montre que l’initiative fait des progrès réguliers vers l’objectif fixé de permettre à 120 millions de femmes et de jeunes filles supplémentaires vivant dans les 69 pays les plus pauvres du monde d’avoir accès, volontairement, aux informations, services et produits de planification familiale d’ici à 2020.

Contraception : embolies pulmonaires en baisse chez les femmes. Contraception : des obstacles perdurent chez les jeunes et les précaires. PureStock/SIPA Deux ans après le début de la controverse des pilules de troisième et quatrième génération, le paysage contraceptif français s'est nettement modifié. « Sans que l’on puisse dire aujourd’hui si cet effet sera durable », considèrent des chercheurs de l’INED dans une note rendue publique vendredi à l’occasion de la journée mondiale de la contraception. Malgré la polémique entourant ces pilules, « aucune désaffection vis-à-vis de la contraception n’a été observée », soulignent les auteurs. Depuis le débat médiatique de 2012-2013, près d’une femme sur cinq déclare avoir cependant changé de méthode, l’usage de la pilule reculant de 50 à 41 % entre 2010 et 2013, au profit d’autres approches comme le stérilet (+1,9 %), le préservatif (+3,2 %) et des méthodes de type calcul des dates entre deux rapports ou retrait (+3,4 %). 2014_09_focus_chiffres_cle_france.pdf.

La contraception et l'IVG en France, en Europe et dans le monde - Contraception et IVG, 25 ans après la loi Veil - Dossiers. En France La France se caractérise par une large utilisation de la pilule contraceptive, complétée par un recours relativement fréquent (chez les femmes de plus de 35 ans) au stérilet. Utilisation des différentes méthodes de contraception par tranche d'âge (en %) Source : Ined, 1994 in Conférence de Pékin, cinq ans après (mise en œuvre par la France des recommandations de la 4e conférence mondiale sur les femmes), Secrétariat d'État aux droits des femmes et à la formation professionnelle, La Documentation française, 2000. La loi de 1975 relative à l'IVG stipule, dans son article 4, que : "toute interruption de grossesse doit faire l'objet d'une déclaration établie par le médecin et adressée par l'établissement où elle est pratiquée au médecin inspecteur régional de la santé".

Cette déclaration anonyme contient diverses informations sur l'intervention et sur la femme qui avorte. Moins de contraception hormonale pour les immigrées. Evolution récente de l’utilisation en France des contraceptifs oraux combinés (COC) et autres contraceptifs. Lire aussi Evolution de l’utilisation en France des Contraceptifs Oraux Combinés (COC) et autres contraceptifs de janvier 2013 à avril 2014 - Rapport (23/06/2014) (84 ko) Dans le cadre de son plan d’actions sur les contraceptifs oraux combinés (COC), l’ANSM publie une mise à jour des données disponibles sur l’évolution en France des pratiques liées à leur utilisation et à celle des autres contraceptifs (préservatifs exclus). Adopter une contraception dès le premier rapport est de bon augure. 10 juillet 2014 Débuter une contraception avant ou au moment du premier rapport sexuel est associé à un moindre risque de grossesse non désirée par la suite, par rapport au fait d’en débuter une plus tard. C’est ce que révèle une enquête sur la santé sexuelle et reproductive des Français, réalisée par une équipe Inserm*.

Les chercheurs ont interrogé 8 645 adultes âgés de 15 à 49 ans, représentatifs de la population générale en 2010. Contraception : les ventes de pilules de 3e et 4e générations chutent de 60% Préservatif lors des premières amours, puis pilule, enfin stérilet une fois que les enfants sont faits. Tel est resté durant des années le «modèle contraceptif» français. Mais en décembre 2012, éclatait le scandale: le grand public apprenait que les pilules contraceptives de 3e et 4e génération, très largement prescrites, majoraient le risque de thrombose veineuse profonde. Contraception en France : évolution des pratiques au cours des 16 derniers mois. Les ventes de DIU et de contraceptifs d’urgence en hausse depuis janvier 2013. Amorcé depuis septembre 2012, date à laquelle l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) a communiqué sur l’augmentation des risque de thromboses veineuses associé aux pilules de 3e et 4e génération, le mouvement de report vers les pilules de 1re et 2e génération s’est poursuivi : elles représentent aujourd’hui les 3/4 des ventes de contraceptifs oraux combinés (COC), ce qui n’a pas affecté le volume global des ventes, très légèrement en baisse (0,5 %).

Deux fois plus d'hommes en Haïti utilisent des méthodes de contraception que les femmes. Pourquoi la pilule séduit de moins en moins. Stérilet, pilule, méthodes naturelles : les Françaises et leur contraceptif après la crise de la pilule. SANTÉ - Janvier 2013, gynécologues, sociologues et médecins craignaient un abandon massif de la pilule et une augmentation sensible du nombre d'IVG.

Quelques semaines après la plainte de Marion Larat contre le laboratoire Bayer qui produisait sa pilule, un vif débat médiatique s'était installé, à charge contre la pilule. Pilule et contraception. La pilule reste la méthode de contraception la plus utilisée en France, mais son utilisation est en recul, selon l'enquête Fecond réalisée par l'Ined et l'Inserm.

Les femmes se détournent de plus en plus de la pilule contraceptive. Un an et demi après le scandale lié aux pilules de troisième et quatrième générations, soupçonnées d’être à l’origine de thromboses veineuses, le constat dressé conjointement par l’Institut national d’études démographiques (Ined) et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) est sans appel : les plaquettes sont de plus en plus délaissées par les Françaises. Fin 2013, quelques mois après le débat médiatique, la pilule n’était plus utilisée que par 41% des femmes sous contraceptif, contre 50% trois ans auparavant. Déjà entamée dans les années 2000, la baisse du recours à la contraception orale s’est donc accentuée avec les affaires de l’année dernière. «Entre 2005 et 2010, la baisse était due à des facteurs socio-économiques, nuance Nathalie Bajos, chercheure à l’Inserm et coauteure de l’étude. Portail de la statistique publique. Grossesses non désirées en France : le taux fluctue avec…le mode de contraception !

Déjà inscrit au site ? Saisissez vos codes d’accès. Certaines de ces rubriques sont libres d’accès pour tous les professionnels de santé inscrits, d’autres, et toutes les archives, requièrent un abonnement Premium. Pour des raisons réglementaires, l’inscription individuelle des professionnels de santé est indispensable pour accéder au site. Il est indispensable, pour vous identifier : que votre ordinateur soit à l'heure (ainsi qu'à la bonne date) que votre navigateur (Internet Explorer, Firefox, Chrome, Safari...) accepte les cookies.Vous pouvez consulter cette page si vous avez besoin d'aide : Comment activer les cookies Héritier du Journal International de Médecine publié sous sa version papier d’octobre 1979 à juillet 1998, JIM.fr est aujourd’hui l'un des premiers sites médicaux francophones selon toutes les enquêtes de lecture.

Estimates of unintended pregnancy rates over the last decade in France as a function of contraceptive behaviors. Received 16 May 2013; received in revised form 11 October 2013; accepted 3 November 2013. published online 14 November 2013. Objective. World Contraceptive Use 2011. Change in Sexual Behavior With Provision of No-Cost Contrace... : Obstetrics & Gynecology. OBJECTIVE: To estimate whether providing no-cost contraception is associated with the number of sexual partners and frequency of intercourse over time.

Pas d’augmentation des comportements à risque d’IST sous contraceptifs Accéder gratuitement à un moyen de contraception (stérilet, implants, pilules, patch ou anneaux contraceptifs) n'augmente pas les risques de rapports sexuels avec des partenaires multiples chez les femmes. Des chercheurs américains de la Washington University School of Medicine ont réalisé une importante étude incluant près de 10 000 femmes et publié leurs résultats dans la revue Obstetrics & Gynecology. L’accès à une contraception efficace ne semble donc pas augmenter le risque d’infection sexuellement transmissible (IST) chez les femmes. – ansfo
Au total, 42% des participantes n'avaient jamais eu d’enfant et 62% avaient eu une grossesse non désirée avant. Après 12 mois de contraception gratuite, les auteurs ont observé une diminution statistiquement significative de la proportion de femmes et d'adolescentes qui ont déclaré plus d'un partenaire sexuel au cours des 30 derniers jours (5,2% versus 3,3%). Soixante dix pour cent n’ont signalé aucun changement de leur nombre de partenaires, 13% une diminution et 16% une augmentation, en très grande majorité (80%) il s’agissait d’une hausse de zéro à un partenaire. Les auteurs ont mis en évidence une augmentation de la fréquence mensuelle des rapports sexuels sans augmentation de l’incidence des IST. Dr Caroline Puech Référence : Secura GM, Adams T, Buckel CM, Qiuhong Z, Peipert JF. Change in sexual behavior with provision of no-cost contraception. Obstetrics & Gynecology. March 6, 2014. – ansfo

METHODS: This was an analysis of the Contraceptive CHOICE Project, a prospective cohort study of 9,256 adolescents and women at risk for unintended pregnancy. Participants were provided reversible contraception of their choice at no cost and were followed-up with telephone interviews at 6 and 12 months. We examined the number of male sexual partners and coital frequency reported during the previous 30 days at baseline compared with 6-month and 12-month time points. RESULTS: From our total cohort, 7,751 (84%) women and adolescents completed both 6-month and 12-month surveys and were included in this analysis. « Marché de la Contraception en France en 2013 : La crise des pilules a profité au dispositif intra-utérin » The Economics of Birth Control. Un quart des femmes atteintes de MICI n’ont pas de contraception. La planification familiale à travers le monde, novembre 2013Statistiques de l'utilisation des méthodes modernes de contraception.

3 pilules sur 4 vendues sont de 1ère ou 2ème génération. Contraception : les ventes de stérilet explosent. Contraception, IVG et IST chez les Franciliennes. De nouveaux chiffres sur l'accès à la contraception, à l'IVG et sur les IST en Ile-de-France. Contraception : les pilules de 3e et 4e générations reculent encore - Contraception féminine. La contraception marque un tournant. Evolution de l’utilisation en France des Contraceptifs Oraux Combinés (COC) et autres contraceptifs de décembre 2012 à avril2013. L’accès à la contraception progresse dans tous les pays mais les besoins ne sont pas couverts.

Les patientes sont-elles satisfaites de leur contraception ? 2010 thèse. La pilule contraceptive perd son hégémonie. Contraception et pilules de 3e et 4 génération : les bonnes pratiques. Une vue d’ensemble: coûts et avantages des services de contraception—Évaluations pour 2012. La médicalisation croissante de la contraception en France. La prévention des grossesses non désirées : contraception et contraception d'urgence. Contraception: Des Genevoises s’émancipent en abandonnant la pilule - News Genève: Actu genevoise. La contraception reste une affaire de femmes : en attendant la parité, je fais grève. Deux tiers des grossesses non désirées surviennent chez les femmes utilisant une contraception ! La contraception - Sciences.

Www.ejournal-gynecologie.fr/ejournal/G2013-02-21/G2013-02-21.pdf. Saignements sur stérilet au cuivre: les AINS confirment leur efficacité. Pregnant with an IUD: The Story of My Abortion. Contraception : « Mais qu’est-ce qu’ils ont tous contre le stérilet ? » Implants contraceptifs sous-cutanés comparés à d'autres formes de contraceptifs réversibles ou d'autres implants comme méthodes efficaces de prévention de la grossesse.

Over-the-Counter accès aux contraceptifs oraux. Www.sages-femmes-orthogenistes.org/wp-content/uploads/2012/11/population_société_contraception_09_2012-2.pdf. Contraception : 56,7 % des femmes concernées. Immaculée contraception. Contraception : que savent les français ? Population et Sociétés. "Le modèle contraceptif français est trop rigide" L'état des lieux de la contraception en France. La médicalisation croissante de la contraception en France, N. Bajos, 2002. Harris Interactive France.