background preloader

Attentat

Facebook Twitter

Les racines de l’État islamique. Loulouwa Al Rachid est post-doctorante au sein du European Research Council Wafaw (When Authoritarianism Fails in the Arab World) et docteure associée au Centre de recherches internationales de SciencesPo Paris.

Les racines de l’État islamique

Ses recherches portent sur l’Irak et l’autoritarisme baasiste. Elle a soutenu en 2010 une thèse de science politique intitulée : L’Irak de l’embargo à l’occupation : dépérissement d’un ordre politique (1990-2003). En parallèle, elle effectue des missions de conseil pour des think tanks et a notamment été l’analyste référent sur l’Irak au sein de l’International Crisis Group (2001-2006 et 2009-2011). Matthieu Rey est maître de conférences au Collège de France (Chaire d’histoire contemporaine du monde arabe), agrégé d’histoire, arabisant et chercheur au sein du European Research Council Wafaw (When Authoritarianism Fails in the Arab World). Pour réfléchir après le 13 novembre 2015. Quand les Français se réapproprient le drapeau bleu-blanc-rouge.

Le drapeau français plébiscité : une signification ambiguë. Il a rarement fait l'unanimité. Un drapeau français disposé devant le restaurant "Le Petit Cambodge" à Paris, le 22 novembre 2015 (L.

Le drapeau français plébiscité : une signification ambiguë. Il a rarement fait l'unanimité

CIPRIANI/SIPA). La France a un rapport à son drapeau national complexe et ambigu. À la différence d’autres pays comme les États-Unis ou le Royaume-Uni, afficher ses couleurs ne va ici pas de soi du tout. En France, brandir le drapeau tricolore aurait plutôt tendance à vous classer à droite voire à l’extrême droite. Il fut longtemps perçu (et il le reste encore en partie) comme un symbole nationaliste avant d’être un symbole national. En raison de l’appropriation et de l'utilisation de ce symbole par un parti comme le Front national ?

Un symbole de la Révolution... et de l'Ancien Régime À l’origine, rappelons d’abord que le tricolore n’est pas un drapeau mais une cocarde arborée par les révolutionnaires de 1789. Juste après la prise de la Bastille, ils la font même porter par Louis XVI en signe d’unité, le 17 juillet. Elèves et actualité tragique. Affiner, approfondir la réflexion. Pour contribuer à la réflexion après les attentats du 13 novembre 2015. Suite à la vague d'attentats du 13 novembre dans le Xe et XIe arrondissement de Paris et à Saint-Denis, comme après ceux des 7 et 8 janvier 2015 contre la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo et contre un magasin casher à Paris, nous proposons une sélection de ressources universitaires publiées par des spécialistes de géographie et de géopolitique pour contribuer à l'analyse.

Nous avons privilégié les ressources en ligne, en accès libre ou via le portail cairn.info. Les ressources les plus récentes sont mises en avant. Si les auteurs sont majoritairement des géographes et des géopoliticiens, ils peuvent être aussi des politistes, anthropologues, sociologues, historiens. Nous commençons par une sélection de documents clefs. Les liens sont valides au 14 novembre 2015. 1. Patrick Poncet, « Le terrorisme », Le Temps de la géographie, France Culture, 10 août 2015. Débat : Daech - Naissance d’un État terroriste.

L’État Islamique en Irak et au Levant, Daech en arabe, contrôle aujourd’hui un territoire grand comme la moitié de la France, à cheval sur deux pays, la Syrie et l’Irak.

Daech - Naissance d’un État terroriste

Sa fortune est comparable à celle d’un pays africain. L’organisation est devenue une sorte d’État hors la loi qui attire militants et combattants du monde entier. Inconnue il y a un an, cette start-up du terrorisme, née en Irak sous l’occupation américaine, est devenue une multinationale de la terreur. Comment est apparue Daech et quel est son modèle économique ? Peut-elle encore étendre son territoire ? Qui sont les barbares de "Daech", l'Etat islamique ? - 21 septembre 2014. De quoi l'Etat islamique est-il le nom ?

Qui sont les barbares de "Daech", l'Etat islamique ? - 21 septembre 2014

Entité monstrueuse qui est née sur les décombres du conflit syrien (180.000 morts), cette organisation terroriste est le symptôme de la maladie qui ronge le Moyen-Orient. Nihiliste et millénariste, elle est le résultat terrifiant de la vacuité politique dans cette région, où les mouvements qui ont suscité un espoir, du panarabisme aux révoltes arabes de 2011, se sont jusqu'ici soldés par un échec. Elle dit aussi l'abandon de l'Occident, qui a préféré détourner les yeux pendant que le monstre grossissait. Les décapitations des otages, terribles mises en scène de la barbarie, qui se sont succédé, ont laissé l'Occident hébété au point que Barack Obama a d'abord confessé qu'il n'avait "pas de stratégie face à l'Etat islamique". Attaques à Paris : les rumeurs et les intox qui circulent.

Dans le sillage des fusillades à Paris et en région parisienne, de nombreuses réactions de soutien ont émergé sur les réseaux sociaux, mais aussi des rumeurs et de fausses informations.

Attaques à Paris : les rumeurs et les intox qui circulent

Le gouvernement a mis en garde contre la propagation de ces rumeurs et édité un guide de bonne conduite, les #MSGU, ou pratique des Médias sociaux en gestion d’urgence. Voici les principales, ainsi que l’explication de leur caractère erroné. 1. Non, quatre policiers n’ont pas été tués Des chaînes d’information et quelques sites ont diffusé durant la nuit une information erronée évoquant quatre policiers tués en neutralisant les assaillants au Bataclan, qui s’est répandue très rapidement.

En revanche, un policier en civil, qui n’était pas en service, a été tué rue de Charonne. 2. D’autres médias ont pu donner des informations non avérées, comme dans ce tweet, très relayé. En réalité, il n’y a eu aucune confirmation sur des fusillades ou des victimes aux Halles, à Belleville, au Trocadéro ou à République.