background preloader

Thèbes (Louxor) et Karnak

Facebook Twitter

Temple des millions d'années de Ramsès III. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple des millions d'années de Ramsès III

Enceinte principale[modifier | modifier le code] Le temple, long de cent cinquante mètres, est d'un plan commun, proche du temple funéraire de son prédécesseur, Ramsès II. En effet Ramsès III chercha à rétablir la grandeur de l'Égypte de son illustre ancêtre. Dès son accession au trône il entreprit alors de bâtir son temple jubilaire qui restera l'un des plus vastes de la nécropole de Thèbes. Plutôt bien conservé il est entouré d'une enceinte de briques en terre crue, qui a peut-être été fortifiée et qui enserre l'ensemble des monuments du site.

L'entrée d'origine se fait par une grande porte à l'est, le migdol, qui était conçue sur le modèle des portes fortifiées des forteresses syriennes et dont on a de nombreuses représentations sur les reliefs décrivant les campagnes militaires des grands pharaons conquérants comme Thoutmôsis III, Séthi Ier ou encore Ramsès II.

Dans l’axe du portail d’entrée on trouve : Gournet Mourraï. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gournet Mourraï

Le début de l'utilisation comme nécropole remonte à la seconde moitié de la XIe dynastie. De cette période plusieurs grandes tombe saff (rangée en arabe) furent creusées qui sont maintenant cachées derrière des maisons modernes. Les tombeaux les plus importants sont : La tombe (TT40) d'Amenhotep, dit Houy qui fut fils royal de Kouch sous le règne de Toutânkhamon (XVIIIe dynastie).La tombe (TT223) de Karakhamon, qui fut premier prêtre du Ka à l'époque saïte.La tombe (TT277) d'Aménémonet, qui fut grand prêtre d'Amon lors de la XIXe dynastie.La tombe (TT383) de Mérimosé, qui fut vice-roi de Kouch sous le règne d'Amenhotep III (XVIIIe dynastie). Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ Anglais : Qurnet Murai (un seul r), allemand : Qurnet Murrai (deux r) Liens externes[modifier | modifier le code] Les grandes nécropoles : Gournet Mourraï.

Vallée des singes (Égypte) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vallée des singes (Égypte)

La vallée des singes est le nom donné à un ouadi[1] s'enfonçant dans la montagne libyque, proche de la vallée des rois, appelé aussi la vallée de l'Ouest (West valley), d'où le nom des tombes (WV22, WV23, WV24 et WV25) qui y ont été retrouvées. Dès 1838, le voyageur britannique John Gardner Wilkinson avait indiqué qu’on y avait exhumé des momies de simiens. Louis Charles Émile Lortet explora cette vallée en 1905-1906, puis fouilla et trouva en effet un certain nombre de sépultures de babouins, de dates différentes, et surtout d’époque gréco-romaine. Il pensa avoir découvert la nécropole des singes sacrés voués à Thot, dont les emblèmes animaux étaient l’ibis et le babouin.

Cependant, certains spécimens plus anciens, datant du Nouvel Empire exhumés dans la « vallée des Singes » sont attribués à Khonsou, une autre manifestation divine des cultes thébains de Karnak. Vallée des rois. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vallée des rois

La plus ancienne tombe connue sur le site est celle de Thoutmôsis Ier et, à partir de Thoutmôsis III, à l'exception d'Akhénaton, tous les pharaons des XVIIIe, XIXe et XXe dynasties y seront inhumés (approximativement de -1539 à -1075). La dernière tombe connue d'un pharaon est celle de Ramsès XI (tombe KV4). Quant à la dernière tombe découverte, c'est la KV64, la tombe d'une chanteuse d'Amon du temple de Karnak ayant vécu durant la XXIIe dynastie.

Géographie[modifier | modifier le code] La vallée est située sur la rive ouest du Nil, en face de Louxor en Égypte. Une montagne pyramidale, « La Cime » (en arabe Al-Qurn), domine la vallée du haut de ses 470 mètres. Vallée des reines. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vallée des reines

Seules trois ou quatre tombes sont aujourd'hui ouvertes au public : Les premières fouilles de la vallée des reines ont été faites par John Gardner Wilkinson, puis par Jean-François Champollion en 1829, Karl Richard Lepsius en 1844, Ernesto Schiaparelli en 1903 qui a découvert la tombe de Néfertari. En 1984, grâce à la donation de Germaine Ford de Maria, la vallée est déblayée et aménagée sous le contrôle scientifique de Christiane Desroches Noblecourt assistée par Christian Leblanc. Les principaux tombeaux[modifier | modifier le code] Vallée des nobles. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vallée des nobles

La vallée des nobles est une région d'Égypte située à côté de la vallée des rois et la vallée des reines. Elle regroupe les tombeaux des personnages importants de l'entourage de pharaon. Il y a quatre-cent-quinze tombes listées, répertoriées sous le nom de TT (pour Theban tomb). Tombeaux de la vallée des reines. Thèbes antique et sa nécropole. Ancient Thebes with its Necropolis Thebes, the city of the god Amon, was the capital of Egypt during the period of the Middle and New Kingdoms.

Thèbes antique et sa nécropole

With the temples and palaces at Karnak and Luxor, and the necropolises of the Valley of the Kings and the Valley of the Queens, Thebes is a striking testimony to Egyptian civilization at its height. Thèbes antique et sa nécropole. Thèbes (Égypte) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thèbes (Égypte)

Pour les articles homonymes, voir Thèbes. D'abord obscure capitale de province, elle prend une importance nationale à partir de la XIe dynastie. Elle est en effet la ville d'origine des dynastes de la famille des Antef, qui fondent la XIe dynastie avec Montouhotep Ier et Montouhotep II, liquidateurs de la Première Période Intermédiaire et rassembleurs des Deux Terres[1], c'est-à-dire de la Haute-Égypte et de la Basse-Égypte. Thèbes est également la patrie de Séqénenrê Taâ dit « le Brave », dont les successeurs, Kamosé et Ahmôsis, vont libérer l'Égypte antique des Hyksôs et clore la Deuxième Période Intermédiaire.

Le site de Thèbes est peuplé, au moins, depuis le Paléolithique moyen. On y adorait principalement trois dieux, Amon « Le caché », Mout « La mère » et Khonsou « Le voyageur », regroupés dans la triade thébaine. Vue aérienne du palais d'Amenhotep III à Malqata sur la rive ouest de Thèbes. Theban Mapping Project. Temple des millions d'années d'Amenhotep III. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple des millions d'années d'Amenhotep III

Parfois appelé l’Aménophium[1], le temple des millions d’années d’Amenhotep III, « Neb-Maât-Rê à l’occident de Thèbes », est situé à Kôm el-Hettan (arabe : كم الحيطان), sur la rive ouest du Nil, face à Louxor, à droite de la route menant vers la nécropole thébaine. On suppose qu’il a été détruit par une secousse tellurique durant le règne de Ramsès II ainsi que par les inondations, ce temple étant le monument le plus proche du lit majeur du Nil. Par la suite, les ruines ont servi de matériau de construction pour les monuments ultérieurs. Temple de Ptah (Karnak) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple de Ptah (Karnak)

Le temple de Ptah de Karnak est situé à l'intérieur de l'enceinte d'Amon-Rê. Ce petit sanctuaire est situé au nord du grand temple d'Amon de Karnak au bout d'une allée pavée qui était jalonnée de chapelles osiriennes édifiées entre la Troisième Période Intermédiaire et la Basse Époque. Le temple est orienté est-ouest. Il mesure près de quarante-cinq mètres de longueur pour une dizaine de largeur. Son sanctuaire est tripartite avec une chapelle axiale et deux chapelles latérales. Devant ce pylône se trouve un kiosque à colonnes composites reliées entre elles par des murs d'entrecolonnement.

Il n'en reste pas moins que les reliefs du temple sont bien consacrés aux dieux memphites comme l'atteste notamment celui de l'arrière du temple représentant le dieu Ptah ainsi qu'Imhotep divinisé devant lesquels pharaon officiait. Temple de Mout (Karnak) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'enceinte de Mout est l'une des quatre principales enceintes du temple de Karnak, situé près de Louxor, en Égypte. Elle est dédiée à la déesse égyptienne Mout, la déesse-mère. Mout (translittération : mwt) signifie "mère". Temple d'Osiris (Karnak) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le temple d'Osiris, aussi appelé temple d'Opet, situé à Karnak est un temple égyptien voué au culte d'Osiris.

Il se trouve au sud-ouest de l'enceinte d'Amon-Rê du temple de Karnak. Il est presque accolé à l'ouest du temple de Khonsou. Ce temple, tel que nous le connaissons aujourd'hui, a été construit par Ptolémée VIII Évergète II sur l'emplacement d'un temple plus ancien datant de la XVIIIe dynastie sous les pharaons Thoutmôsis III et de son successeur Amenhotep II, réaménagé à la XXVe dynastie par Taharqa[1]. Contrairement au nom qu'il porte[2], c'était donc moins la déesse Opet qui y était honorée que la triade thébaine : Osiris-Isis-Horus.

Temple d'Aton (Karnak) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le temple d'Aton situé à Karnak est un temple égyptien voué au culte d'Aton. Il fut construit durant les quatre premières années de règne d'Akhénaton, alors que ce dernier portait encore le nom d’Amenhotep IV. Le lieu, aujourd'hui enfoui sous un amoncellement de débris, fut le théâtre des changements radicaux qui aboutirent à la « révolution amarnienne ».

Relief représentant Amenhotep IV, trouvé à Karnak Dans un songe, Thoutmôsis IV n'avait-il pas été choisi par le grand Hor-em-Akhet, « l'Horus dans l'Horizon », l'Harmakhis grec, dont le Sphinx de Gizeh était l’incarnation ? Amenhotep III, à son tour, aménagea et agrandit encore davantage le temple d’Amon-Rê, contribuant au développement du culte solaire que son fils rendra par la suite exclusif. Malgré la solarisation de plus en plus marquée du site, il n’y avait sans doute pas encore de conflit ouvert entre des clergés rivaux cohabitant à Karnak. Temple d'Amon (Louxor) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Partie nord-ouest du temple La construction fut commandée par Amenhotep III à son architecte Amenhotep fils de Hapou. Ce dernier édifia un temple complet avec, en enfilade, naos, sanctuaire de la barque solaire, salle des offrandes et antichambre[2], cette dernière flanquée de chapelles reposoirs destinées à la triade thébaine.

Le tout est précédé d’une salle hypostyle ouverte sur une grande cour carrée, la « cour solaire », bordée sur trois côtés d’une double rangée de soixante-quatre colonnes papyriformes. Les salles de culte de même que l’hypostyle s’élèvent sur une plateforme qui porte une longue inscription dédicatoire. Ramesséum. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Ramesséum est le temple funéraire de Ramsès II, situé dans la nécropole thébaine, en face de Louxor, en Égypte. Description[modifier | modifier le code] La superficie de ce temple est d'environ dix hectares. Une statue de Ramsès II, en granit rose, gît brisée à terre au sein de ce temple dédié entièrement au pharaon Ramsès II ; celle-ci devait mesurer environ dix-huit mètres. Nécropole thébaine.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La nécropole thébaine est une vaste nécropole située sur la rive ouest du Nil, en face de Louxor en Égypte. Elle fut utilisée principalement sous le Nouvel Empire. C'est un lieu touristique classé au patrimoine mondial de l'humanité. On y trouve des temples et des tombes. Les fouilles sont incessantes et les autorités égyptiennes ne parviennent pas à juguler les vols, tant le site est vaste. Temples funéraires[modifier | modifier le code] Malqata. Louxor. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Louxor ou Louqsor, en arabe الأقصر, Al Uqsur, est une ville située sur la rive droite du Nil, en Haute-Égypte, située à environ 700 km au sud du Caire et à environ 300 km au nord d'Assouan.

Selon le recensement de 2006[1], c'est à présent une ville de 429 000 habitants[2] — qui tous, vivent directement ou indirectement du tourisme —, ce qui la place au neuvième rang des villes égyptiennes. Géographie[modifier | modifier le code] Liste de Karnak. Karnak. Enceinte de Montou. Enceinte d'Amon-Rê. El-Tarif. El-Khokha. El-Assasif. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les tombeaux[1] les plus connus sont : Notes[modifier | modifier le code] ↑ L'appellation « TTnn » signifie Tombe Thébaine.

Cheikh Abd el-Gournah. Chapelle rouge. Chapelle blanche (Karnak) Catégorie:Tombe thébaine.