background preloader

Temples nubiens

Facebook Twitter

Temples d'Abou Simbel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temples d'Abou Simbel

Les temples d'Abou Simbel sont deux temples de l'Égypte antique creusés dans la roche situés près d'Abou Simbel (en arabe أبو سمبل), dans le Sud de l'Égypte, au nord du Lac Nasser sur le Nil, à environ soixante-dix kilomètres de la deuxième cataracte du Nil. Ces monuments sont classés patrimoine mondial par l'UNESCO. Construction[modifier | modifier le code] Ramsès II lance le chantier dès le début de son règne, il tient à reprendre l’œuvre du pharaon qui lui sert de modèle, Amenhotep III, qui avait fait bâtir des sanctuaires monumentaux en haute Nubie[1]. Il souhaite ainsi renouer avec la prospérité qui régnait sous le règne de son prédécesseur, les temples doivent combler les dieux, assurer grâce au bon cycle des crues du Nil la sécurité alimentaire de ses sujets.

Grand temple d'Abou Simbel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grand temple d'Abou Simbel

À l'origine taillé dans la colline de Méha, en Nubie, il a été déplacé avec le petit temple au sommet de la falaise d'origine afin de la sauver de la montée des eaux du lac Nasser provoquée par la construction du haut barrage d'Assouan dans les années 1960. Afin de reconstituer le site d'origine, le temple est recouvert d'une colline artificielle creuse. Lieu de construction et signification[modifier | modifier le code] Le grand temple d'Abou Simbel est construit dans la colline de Méha dans une région frontalière de l'Égypte qui est soumise aux pharaons depuis des siècles : la Nubie. On peut se demander pourquoi tant de temples et forteresses ont été construits dans cette région. Le temple est un moyen de propagande pour intimider et effrayer les Nubiens et les commerçants. Le temple a été construit sur la rive occidentale qui pour les Égyptiens est la rive des morts par rapport à l'ensoleillement.

Extérieur[modifier | modifier le code] Temple de Tafa. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple de Tafa

Le temple de Tafa (ou Taffeh) est un temple nubien datant de l'époque romaine aujourd'hui conservé au Rijksmuseum de Leyde aux Pays-Bas, le second temple du site ayant été détruit au XIXe siècle. À l'origine, il était situé entre situé entre les monuments de Kertassi et de Beit El Ouali. Un temple sauvé des eaux[modifier | modifier le code] Sous la présidence de Gamal Abdel Nasser, l'Égypte se lance, en 1954, dans la construction du haut barrage d'Assouan. Les eaux du lac ainsi généré vont alors engloutir la vallée du Haut-Nil depuis Assouan jusqu'à la cataracte de Dal au Soudan.

Une vaste campagne internationale pour la sauvegarde des monuments de Nubie est alors engagée. Les Pays-Bas participant à cette vaste entreprise internationale, l'Égypte, pour les remercier, leur offre le temple de Tafa. Notes[modifier | modifier le code] Temple d'Isis (Dendour) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple d'Isis (Dendour)

Le temple d'Isis de Dendour est un temple nubien construit pendant la période romaine et aujourd'hui conservé au Metropolitan Museum of Art de New York. Le temple de Dendour au Metropolitan Museum of Art de New York de nuit Le temple de Dendour dessiné par son découvreur britannique Henry Salt Il est d'abord dédié à la déesse Isis et aux dieux Harpocrate et Osiris. Mais, en 577, il est converti en église chrétienne.

Sous la présidence de Gamal Abdel Nasser, l'Égypte se lance, en 1954, dans la construction du haut barrage d'Assouan. Une vaste campagne internationale pour la sauvegarde des monuments de Nubie est alors engagée. Les États-Unis participant à la vaste campagne internationale pour la sauvegarde des monuments de Nubie, l'Égypte, pour les remercier, leur offre, en 1965, le temple de Dendour. Le temple est ainsi, depuis 1978, exposé dans une salle du Metropolitan Museum of Art de New York. Temple d'Amon (Soleb) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Temple d'Amon (Soleb)

Le temple d'Amon situé à Soleb est un temple égyptien voué au culte d'Amon. Soleb est situé sur la rive gauche du Nil, à près de cinq cents kilomètres d'Assouan, en Nubie, entre la IIe et IIIe cataracte, découvert en 1963 par la mission dirigée par Michela Schiff Giorgini. Le temple d'Amon est l'œuvre d'Amenhotep fils de Hapou, architecte du temple de Louxor. Il fut construit à l'occasion du jubilé d'Amenhotep III au nord du royaume de Koush. Construit avec un grès trop tendre, il n'est plus aujourd'hui que vestiges de ce qui était sans doute déjà une ruine vers -1000, à la suite d'une pluie diluvienne. Petit temple d'Abou Simbel.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Petit temple d'Abou Simbel

À l'origine taillé dans la colline d'Ibshek, il a été déplacé avec le grand temple au sommet de la falaise d'origine afin de la sauver de la montée des eaux du lac Nasser provoquée par la construction du haut barrage d'Assouan dans les années 1960. Afin de reconstituer le site d'origine, le temple est recouvert d'une colline artificielle creuse. Ramsès II ordonne la transformation du premier temple, dédié à Hathor, pour son épouse Néfertari. Celle-ci finit par s'identifier à la déesse et à l'instar de son mari dans le grand temple, elle reçoit un culte divin.

Ainsi, elle obtient le privilège rare de pouvoir officier devant les dieux comme représenté sur les bas-reliefs du temple, y compris lors de l'offrande de la règle Maât, rôle dévolu à Pharaon seul. Outre les bas-reliefs, elle est représentée sur la façade du temple sous la forme de deux colosses encadrés par des colosses de Ramsès II. Monuments de Nubie d'Abou Simbel à Philae. Nubian Monuments from Abu Simbel to Philae This outstanding archaeological area contains such magnificent monuments as the Temples of Ramses II at Abu Simbel and the Sanctuary of Isis at Philae, which were saved from the rising waters of the Nile thanks to the International Campaign launched by UNESCO, in 1960 to 1980.

Monuments de Nubie d'Abou Simbel à Philae

Monuments de Nubie d'Abou Simbel à Philae Cette zone archéologique est jalonnée de monuments admirables, comme les temples de Ramsès II à Abou Simbel et le sanctuaire d'Isis à Philae, qui purent être sauvés lors de la construction du haut barrage d'Assouan grâce à une campagne internationale lancée par l'UNESCO en 1960 qui se poursivit jusqu'en 1980. معالم النوبة من أبو سمبل إلى فيلة في هذه المنطقة الأثريّة مبانٍ مثيرة للعجب مثل معبد رمسيس الثاني في أبو سمبل ودار عبادة إيزيس في جزيرة فيلة اللذين أمكن انقاذهما لدى بناء سدّ أسوان بفضل حملةٍ دوليّةٍ أطلقتها اليونسكو عام 1960 واستمرت حتّى العام 1980. source: UNESCO/ERI 阿布辛拜勒至菲莱的努比亚遗址 Памятники Нубии от Абу-Симбел до Филэ. Temple d'Amon (Debod)